CDURABLE.info sélectionne, depuis 10 ans, l'essentiel à savoir de l'actualité du Développement Durable pour comprendre et agir en acteur du changement.
 
 
Planète - Contribution Ecologique

Petrol Addict : désintoxicons-nous du pétrole !

jeudi 27 janvier 2011
Posté par e-graine

Imprimer Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

Qu’on le veuille ou non, le pétrole fait partie de notre quotidien. Malgré tous nos efforts et même en agissant individuellement à notre échelle, nous sommes tous des "petrol addict". Les citoyens sont complètement démunis face à cette dépendance de nos sociétés au pétrole dont tout le monde connait les conséquences environnementales. Les pétroliers entretiennent cette dépendance. Aux accusations multiples dont ils sont l’objet, ils répondent toujours par l’argument cynique et imparable : " nous ne faisons que répondre à la demande". Ils se dédouanent de toute responsabilité, et les responsables politiques laissent faire au lieu d’impulser un changement radical et inéluctable . Et c’est souvent la culpabilité mais aussi le fatalisme qui l’emportent chez chacun d’entre nous quand on s’interroge sur le "comment sortir du pétrole". C’est pourquoi Greenpeace propose de sortir de notre dépendance à l’or noir par une campagne assez originale. Explications.



Lucie fait face à une crise de manque, Franck avoue ne pas savoir comment vivre sans et Brigitte en rêverait presque la nuit... Les protagonistes de la nouvelle campagne de communication de Greenpeace pourraient faire partie des Alcooliques Anonymes. Sauf que ce n’est pas à l’alcool dont ils sont dépendants mais à un autre liquide, tout aussi addictif : le pétrole. A travers des saynètes humoristiques, l’ONG environnementale dénonce l’omniprésence de l’or noir dans notre quotidien et notre quasi-impossibilité à vivre sans. Car, il faut bien l’avouer, nous sommes bel et bien cernés ! Dans nos vêtements, notre assiette, (eh oui car la viande il faut bien la produire), nos routes, nos moyens de transports... la nouvelle campagne de communication de Greenpeace.

Problème : le règne de l’or noir semble plus que jamais fragilisé. Et la menace la plus grande ne vient pas des militants écologistes mais bien d’une possible disparition. Explications : la fin du pétrole bon marché est une hypothèse qui a été maintes fois évoquée en 2010, par différents experts internationaux, en premier lieu l’Agence internationale de l’énergie (AIE). En novembre, la très sérieuse institution annonçait dans un rapport et à mots couverts que le « Peak Oil » ou « pic pétrolier » était finalement atteint. Ce terme scientifique désigne le moment où la production mondiale de carburant aura atteint son maximum par rapport à la demande. Après cette période, ce pic pétrolier, la demande mondiale de brut sera forcément trop importante par rapport aux capacités de production mondiale. Résultat : les réserves s’épuiseront inexorablement jusqu’à extinction. Angoissant, n’est-ce pas !

La grande question reste de savoir quand exactement ce pic pétrolier aura lieu. Et là est toute la difficulté. En effet, les grandes compagnies pétrolières reculent cette date le plus loin possible, afin de rassurer les consommateurs et d’exploiter toujours plus. Pour Shell par exemple,la période du pic serait vers 2040. Mais pour l’Association for the study of peak oil (ASPO), organisme américain indépendant, et l’Institut Français du pétrole, il serait entre 2010 et 2020. En somme nous-y voilà !

Pour mieux comprendre le pic pétrolier, regardez-donc cet épisode du « Dessous des Cartes » qui lui est consacré.

Face à cette menace, la réponse des acteurs de l’industrie pétrolière se veut rassurante. Ils tablent en effet sur le recours à des exploitations dites « non-conventionnelles » pour répondre à la demande, c’est-à-dire des extractions réalisées très profondément sous la mer ou l’utilisation des gaz de schistes et des sables bitumineux. Problème là-encore : ces techniques sont encore expérimentales, chères et présentent de nombreux risques pour l’environnement.

Ces informations très sensibles remettent totalement en cause notre mode de vie actuel, extrêmement dépendant de l’or noir. Et c’est là tout l’intérêt de la campagne de Greenpeace qui, à travers la caricature, nous pousse à nous questionner sur nos habitudes. Car, si sortir du pétrole est une nécessité, les moyens d’actions ne sont pas toujours évidents et dépendent de décisions politiques d’envergure, notamment sur les énergies renouvelables.

Chez Kiagi, on prône également l’action citoyenne, moteur du changement. Alors voici quelques idées pour une cure de désintoxication efficace et durable :

  • Faire pression sur les décideurs. Pour cela, vous pouvez rejoindre la campagne de Greenpeace et télécharger le Kit du Petrol Addict. Vous pouvez également rejoindre la mobilisation contre l’exploitation des gaz de schistes.
  • Repenser son mode de vie. Chacun à notre échelle, nous consommons plus ou moins de pétrole. Et nous avons un réel pouvoir pour diminuer cette dépendance. Comment ? En favorisant les écogestes : limiter nos déplacements en voiture, consommer local, éviter les plastiques, les voyages en avion, les suremballages...
  • Pour aller plus loin, pourquoi ne pas rejoindre ou créer un groupe de Villes en Transition ? Ce réseau international déploie des initiatives locales pour repenser notre dépendance au pétrole à l’échelle de la ville. Il existe même des groupes à Paris.

- Visionnez donc notre reportage sur les Villes en Transition.

Article lu 855 fois



 

Accueil | Contact | Mentions légales | Espace privé | Statistiques du site
Nombre de visiteurs 9969845

49 visiteurs en ce moment

| Site réalisé avec SPIP |un site CDURABLE online

Agence MC Cdurable CDURABLE.com

RSSfr

Creative Commons License : Firefox


__________________________________________
Google
Loading
  Maison
La maison durable
  Cdurable.com
Agir pour un monde durable