Dans l'actualité :

Un indice « actuariel » climatique sur les données françaises pour le secteur de l’assurance

CNP Assurances, en partenariat avec la Chaire DIALog, publie...

REEVES, le programme de Recherche sur les Espèces Exotiques Végétales EnvahissanteS

Avec le programme REEVES (Recherche sur les Espèces Exotiques...

Pourquoi arracher les haies malgré les bénéfices environnementaux et sociaux de leur maintien ?

Depuis 40 ans, les haies font l’objet de politiques publiques...

Trop cher, le développement durable ? C’est l’inertie qui nous ruine !

Par Koïchiro Matsuura, directeur général de l'Unesco

L’espèce humaine, la planète, la cité savent désormais qu’elles sont peut-être mortelles. Certes, l’humanité ne vit pas sa première crise écologique. Mais nous vivons sans doute la première crise écologique mondiale d’une telle ampleur. Que faisons-nous pour préserver l’avenir de la Terre et de la biosphère ? Quels sont les défis à relever ? Quelles solutions proposer ? Nous venons de discuter de ces questions aux Dialogues du XXIe siècle que nous avons tenus à l’Unesco sur le thème « Quel avenir pour l’espèce humaine ? Quel futur pour la planète ? », avec le concours d’une quinzaine d’experts de premier plan.

Le changement climatique et le réchauffement climatique, tout d’abord. La planète pourrait se réchauffer de 1,5 à 5,8 °C d’ici à 2100. Un tel réchauffement climatique menace de nombreuses parties du monde et risque de susciter davantage de catastrophes, telles la submersion d’États insulaires ou de régions côtières et la multiplication des tempêtes tropicales. La désertification, ensuite. Elle affecte déjà un tiers des terres de la planète. À la fin du XXe siècle, elle menaçait près d’un milliard de personnes vivant dans 110 pays. Ce chiffre pourrait doubler d’ici à 2050 : elle toucherait alors 2 milliards d’individus. La déforestation, elle aussi, se poursuit, alors même que les forêts primaires et tropicales abritent la plus grande part de la biodiversité mondiale, contribuent à lutter contre le changement climatique et freinent la dégradation des sols. La pollution de l’air, de l’eau, des océans et des sols et la pollution chimique et invisible menacent toute la biosphère. La Banque mondiale évalue ainsi à 1,56 million de morts par an le prix que l’Asie paye à la pollution atmosphérique. Comment ne pas mentionner également la crise mondiale de l’eau ? Deux milliards d’individus devront faire face à des pénuries d’eau en 2025 et sans doute 3 milliards en 2050. Enfin, la biodiversité est en danger : les espèces s’éteignent à un rythme cent fois supérieur au taux naturel moyen, et 50 % d’entre elles pourraient disparaître d’ici à 2100. Or, la biodiversité est essentielle au cycle de la vie, à la santé humaine et à notre sécurité alimentaire. Cette situation est lourde de risques de guerres ou de conflits et appelle des réponses globales. Le développement durable nous concerne tous et s’impose comme une condition vitale d’une lutte efficace contre la pauvreté, d’autant que ce sont les plus pauvres qui souffriront le plus des sécheresses et autres catastrophes naturelles à venir. Mais aujourd’hui, nous comprenons que la guerre à la nature est une guerre mondiale. Tel est le sens du rapport Stern sur les conséquences économiques du changement climatique. L’humanité devrait ainsi se préparer à une baisse de 5 à 20 % du PIB mondial d’ici à 2150 et payer une facture de 5 500 milliards d’euros, si elle n’engage pas dès maintenant des actions pour lutter contre le réchauffement climatique. Trop cher, le développement durable ? C’est en fait l’inertie qui nous ruine ! Javier Pérez de Cuéllar a lancé aux Dialogues du XXIe siècle un clair avertissement : « Comment pouvons-nous savoir, et ne pas pouvoir ni vouloir ? » (…)

 

Publié le 11 janvier 2007 par Lefigaro.fr

A lire

Élections législatives : notre futur se joue maintenant !

"Nous sommes à la veille d’un moment historique" rappelle...

Veille environnementale : deux piliers pour une question stratégique

Sommes-nous dans une période de rupture ou de continuité...

Écolo, oui … mais avec de petits arrangements avec nos consciences

Nous sommes nombreux à en avoir conscience : adopter des...

Européennes 2024 : des enjeux cruciaux pour le climat

Christian de Perthuis, Université Paris Dauphine – PSL Sur le...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

La consommation écoresponsable et les jeunes : faites ce qu’on dit, pas ce qu’on fait ?

Découvrez dans cet avis-d’expert, les 3 raisons pour lesquelles...

Comment s’adapter à la chaleur en gardant son logement frais tout l’été ?

Rester au frais dans son logement en été, tout...

(Re)donner et faire confiance à la jeunesse dans notre société

La Fabrique Spinoza publie une étude scientifique qui dépeint...

Le véganisme, serait-il l’idiot utile de la société de consommation ?

On peut être végane pour diverses raisons : pour la...
Cyrille Souche
Cyrille Souchehttp://cdurable.info
Directeur de la Publication Cdurable.info depuis 2005. Cdurable.info a eu 18 ans en 2023 ... L'occasion d'un nouveau départ vers un webmedia coopératif d'intérêt collectif pour recenser et partager les solutions utiles et durables pour agir et coopérer avec le vivant ...

Un indice « actuariel » climatique sur les données françaises pour le secteur de l’assurance

CNP Assurances, en partenariat avec la Chaire DIALog, publie un livre vert intitulé « Risque climatique et impact en assurance ». Cette chaire académique...

REEVES, le programme de Recherche sur les Espèces Exotiques Végétales EnvahissanteS

Avec le programme REEVES (Recherche sur les Espèces Exotiques Végétales EnvahissanteS), SNCF Réseau mène une démarche pionnière dans le monde des gestionnaires d’infrastructure. Il...

Pourquoi arracher les haies malgré les bénéfices environnementaux et sociaux de leur maintien ?

Depuis 40 ans, les haies font l’objet de politiques publiques qui tentent de dissuader les agriculteurs n’en voyant plus l’utilité de les arracher. Si l’inefficacité...