Dans l'actualité :

Les prairies et parcours : des systèmes vivants pour la transition agroécologique  

Les prairies naturelles ou permanentes et parcours, riches en...

Les produits issus du pétrole ont une empreinte carbone plus élevée qu’estimée 

De nouvelles données publiées récemment influencent de manière significative...

Pour une transition écologique, équitable et solidaire de notre agriculture et de notre alimentation

A l'occasion du Salon de l’agriculture, 12 ONG réunies...

Le crépuscule de la com’ responsable, un appel de l’association Communication et Démocratie.

1 000 milliards de dollars ! Ce sont les prévisions des dépenses publicitaires dans le monde en 2025, alors qu’elles sont aujourd’hui d’environ 800 milliards de $ et de 15 milliards d’€ en France. Autant dire que si la publicité n’avait pas d’effet sur les consommateurs, cela fait belle lurette que les annonceurs n’en feraient plus ! Les inventions les plus efficaces en matière de réclame et de lobbying étant le fait des fabricants de tabac, ce n’est pas très étonnant qu’il ait fallu attendre 40 ans pour ne plus subir la promotion des paquets de cigarettes alors que leur dangerosité est avérée depuis 1953. En effet, c’est depuis la loi Evin de 1991 que la publicité pour le tabac est interdite en France et fortement réglementée pour l’alcool, étant donné les effets néfastes de ces produits sur la santé. A peu près à la même période, en l’occurrence en 1990, sortait le premier rapport du GIEC sur les changements climatiques. 30 ans plus tard, les forêts disparaissent, les glaciers fondent à vue d’œil, tandis que les inondations, les sécheresses et les canicules sont désormais une actualité quotidienne. Et pendant ce temps, les publicités pour les SUV, les hamburgers, les lessives qui lavent plus blanc, les produits sucrés, les compagnies aériennes, la mode jetable, etc… continuent de saturer nos imaginaires. Récemment, la Convention citoyenne pour le climat avait fait des propositions très ambitieuses sur l’encadrement de la publicité dans le projet de loi Climat et résilience. Cependant, étant donné les chiffres annoncés au début de ce texte et les intérêts en jeu, la régulation des activités de communication commerciale a été repoussée aux calendes grecques. Heureusement, dormez tranquille car le for good, la communication responsable, le zéro déchet, la raison d’être, la neutralité carbone et tous ces subterfuges langagiers vont nous protéger des dérives du marketing et nous guider vers une société harmonieuse… A ce titre, on vous conseille de revisionner les Etats généraux de la communication si vous voulez bien rigoler ! Ce washing à grande échelle de beaucoup de marques et d’agences de communication n’est tout simplement plus admissible car le changement de nos modes de vie ne peut plus être repoussé. Hélas, faire passer des vessies pour des lanternes étant précisément le métier de certains publicitaires peu scrupuleux, le grand enfumage continue. Ce sera d’ailleurs le thème de la campagne que nous préparons pour une ONG internationale mobilisée contre la déforestation : alors que l’Amazonie et le Cerrado sont en feux au Brésil, proches d’atteindre le point de bascule (où la forêt produira plus de CO2 qu’elle n’en absorbe), il est plus que temps d’interpeller certaines entreprises de l’agro-alimentaire pour qu’elles prennent enfin leurs responsabilités, et cessent de nous enfumer, au sens propre comme figuré ! A l’agence RUP, nous n’avons pas la même conception du rôle de la communication que nombre de nos confrères. Nous défendons une communication d’utilité publique car la communication dite responsable ne permet en rien la remise en cause pourtant nécessaire d’une société de consommation qui nous mène dans le mur. Et il se trouve que nous avons une petite antériorité sur les sujets écologiques, en ayant participé à la délégation des ONG françaises à la COP 5 à Bonn en 1999 et en accompagnant depuis plus de 20 ans la communication d’acteurs très engagés sur ces enjeux. Alors avec quelques chercheurs, associations et communicants conscient de l’urgence, nous venons de lancer Communication et Démocratie , une association qui a vocation à transformer en profondeur les pratiques de la communication publicitaire et du marketing promotionnel les plus néfastes pour l’environnement et la santé publique ; encadrer le blanchiment d’image et les pratiques de lobbying ; défendre la pluralité des médias et l’accès de la société civile à l’espace public ; former et sensibiliser les professionnels à une communication respectueuse des équilibres sociaux, démocratiques et écologiques. Rejoignez-nous, on a besoin de vous ! Du combat contre le tabac à la lutte contre l’enfumage, on n’a pas envie d’attendre encore 40 ans, alors que le monde part en fumée… Passez un très bel été quand même. A bientôt, Bien à vous, capture_d_e_cran_2022-07-09_a_18.49_22.png L’équipe de l’agence RUP Ali, Amalia, Cathy, Emilie, Jean, Jérémy, Kidzy, Marion, Marlyn, Pascale, Valérie, Vincent

ENJEUX

Communication commerciale : La communication commerciale, par la publicité et le marketing promotionnel, influence les comportements et développe l’obsolescence marketing. – Communication & RSE : Au-delà de leurs produits, les entreprises communiquent sur elle-même ou la « RSE ». Trop souvent, cela se réduit à des stratégies de blanchiment d’image. – Influence politique : L’influence politique des entreprises va au-delà du lobbying institutionnel, elle porte aussi sur la science et l’opinion afin de faire évoluer le débat politique. – Médias & Annonceurs : L’influence des financements publicitaires sur les médias d’information et de divertissement peut faire évoluer leurs lignes éditoriales et leurs pratiques journalistiques. – Pub & Numérique : En ligne, le modèle publicitaire peut cibler les individus. Il organise une surveillance de masse pour monnayer les données personnelles et capter l’attention. – Discours des ONG : Les voix des ONG est décisive dans la vitalité démocratique de nos sociétés. Elles doivent se réapproprier les moyens de communication pour diffuser leurs discours singulier.

 

A lire

Méthanisation : un levier pour l’agroécologie ?

La vue, le bruit ou l'odeur. Tels sont les...

Un monde sans argent inspire partage et rencontres …

Un monde sans argent, une idée du Grand Projet...

Quels sont les enjeux écologiques des élections européennes ?

Les prochaines élections européennes seront cruciales pour l’avenir de...

Accélérer le passage à l’action pour la résilience des stations de montagne

Un séminaire de travail Green Cross a eu lieu...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Fédérer agriculteurs et entreprises pour régénérer notre terre

L’agriculture, c’est 40% des surfaces terrestres et 25% des...

Roots of Tomorrow : un Jeu Vidéo gratuit pour comprendre l’agroécologie

Gamabilis, studio indépendant français, a créé Roots of Tomorrow,...

Etudiant-e ? Secoue ton campus !

D’après la Consultation Nationale Étudiante 2023, 74% des étudiant·es...

Bachelor ACT, un diplôme pour les métiers porteurs de sens

Alors que de plus en plus de jeunes expriment...

Les prairies et parcours : des systèmes vivants pour la transition agroécologique  

Les prairies naturelles ou permanentes et parcours, riches en biodiversité, présentent de nombreux atouts pour la transition agroécologique. Ils aident les agriculteurs à temporiser...

Les produits issus du pétrole ont une empreinte carbone plus élevée qu’estimée 

De nouvelles données publiées récemment influencent de manière significative les comparaisons ACV des plastiques issus du carbone renouvelable et des plastiques issus du pétrole...

Pour une transition écologique, équitable et solidaire de notre agriculture et de notre alimentation

A l'occasion du Salon de l’agriculture, 12 ONG réunies au sein du collectif Cap Nature & Biodiversité dénoncent la volonté de faire de l’écologie...