Dans l'actualité :

Renforcer la résilience des entreprises face au changement climatique

La Conférence permanente des chambres consulaires et organisations intermédiaires...

La station d’épuration du Pays d’Aix rénove sa Zone de Rejet Végétalisée

Inaugurée en mai 2024 par la Régie des Eaux...

5 propositions pour une approche systémique du développement international

La mesure d’impact doit être la boussole du passage...

Interview. Climat : la croisade d’Al Gore

Le Point n°1758 25/05/06
On connaissait Al Gore, vice-président des Etats-Unis, puis candidat à la Maison-Blanche. Place désormais au spécialiste mondial du réchauffement planétaire qui, depuis sa défaite contre George Bush en 2000, a donné plus de 1 000 conférences sur ce sujet aux Etats-Unis et à l’étranger. Jamais ce fils d’éleveur du Tennessee n’avait imaginé qu’un de ses diaporamas deviendrait un jour un film présenté à Cannes et vendu dans le monde entier (sortie française le 11 octobre). Approché par les producteurs de Quentin Tarantino et de George Clooney, Al Gore utilise le cinéma pour frapper vite et fort les esprits. « Une vérité qui dérange » n’est pas un film politique : c’est une formidable synthèse limpide, passionnante et terrifiante dressée par un citoyen du monde qui tire la sonnette d’alarme et met dans la balance toute son aura et sa force de persuasion. Le Point : Comment est né votre intérêt pour les questions environnementales ? Al Gore : Etudiant, j’ai eu pour professeur Roger Revelle, le premier scientifique à avoir mesuré, dès 1957, le taux de CO2 dans l’atmosphère. Il nous avait déjà prédit, à l’époque, les conséquences catastrophiques d’une croissance de ce taux. En 1976, quand j’ai été élu au Congrès, j’ai organisé les premières enquêtes sur ce sujet et je lui ai demandé de venir témoigner. Je pensais que ces exposés scientifiques inciteraient les politiques à prendre des mesures. Je me suis trompé. Mais, depuis trente ans, je n’ai cessé de voyager aux quatre coins de la terre pour approfondir mes connaissances. Vous avez été vice-président entre 1993 et 2000. Quelle est la mesure prise à cette époque dont vous soyez le plus fier ? Le traité global de Kyoto, signé en 1997, auquel j’ai pris une part très active. Seul bémol : à mon retour aux Etats-Unis, le Sénat a refusé de le ratifier. Si j’avais été élu en 2000, cette ratification aurait été ma première mesure. Mais mon pays finira un jour par l’accepter. C’est une des raisons principales de ce film : inciter les citoyens à exercer une pression sur les politiques. Pourquoi employez-vous dans le film cette image frappante : si le Groenland continue à fondre, le mémorial du 11 septembre sera un jour sous les eaux ? La tragédie du 11 septembre 2001 nous a incité à dire : plus jamais. Mais nous ne devrions pas seulement nous soucier de la menace terroriste. Car si nous refusons d’affronter la menace climatique, alors ce pour quoi nous nous battons n’aura plus aucun sens. Partagez-vous les analyses du biogéographe Jared Diamond, qui, dans son essai « Effondrement », démontre que plusieurs civilisations (Mayas, Vikings, Khmers d’Angkor) ont disparu à la suite de catastrophes écologiques ? Tout à fait. En 1992, j’ai écrit un ouvrage, « Earth in the balance », où j’étudie les liens entre l’histoire des civilisations et les changements environnementaux. La différence aujourd’hui, c’est que nous sommes dans une civilisation globale. Après l’ouragan Katrina, l’écologie peut-elle devenir le principal enjeu des prochaines élections américaines ?
Le site d’Al Gore

 

A lire

5 propositions pour une approche systémique du développement international

La mesure d’impact doit être la boussole du passage...

Tims : des ressources en ligne pour une mobilité durable et inclusive

Les porteurs du programme national Tims lancent le premier...

Pour sauver le Pacte Vert européen, mobilisation générale !

Alors que les attaques continuent contre le Pacte vert...

Comment associer transition écologique et justice sociale ?

Alors que les Français se disent inquiets des effets...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Un toit solaire moins cher qu’un toit traditionnel en tuiles ?

Les systèmes de toitures solaires sont désormais moins chers...

En 2024, 500 000 foyers français produisent et consomment leur électricité grâce au soleil

A l’occasion de la journée internationale du soleil le...

Le vélo, une solution pour développer localement une mobilité inclusive et durable

20% de la population française est en situation de...

Agir pour le vivant et construire une écologie politique inclusive

Agir pour le vivant est un festival citoyen ouvert...

A quand l’indicateur du Bonheur National Brut ?

« Le bonheur de tous ». C’est par ces mots...
Cyrille Souche
Cyrille Souchehttp://cdurable.info
Directeur de la Publication Cdurable.info depuis 2005. Cdurable.info a eu 18 ans en 2023 ... L'occasion d'un nouveau départ vers un webmedia coopératif d'intérêt collectif pour recenser et partager les solutions utiles et durables pour agir et coopérer avec le vivant ...

Renforcer la résilience des entreprises face au changement climatique

La Conférence permanente des chambres consulaires et organisations intermédiaires africaines et francophones (Cpccaf) est, depuis son origine en 1973, au service de la croissance...

La station d’épuration du Pays d’Aix rénove sa Zone de Rejet Végétalisée

Inaugurée en mai 2024 par la Régie des Eaux du Pays d’Aix, la nouvelle Zone de Rejet Végétalisée de la Station d’Épuration a été...

5 propositions pour une approche systémique du développement international

La mesure d’impact doit être la boussole du passage à l’échelle des entreprises ! C’est pourquoi l’Impact Tank et le Groupe SOS prennent position...