Dans l'actualité :

Méthanisation : un levier pour l’agroécologie ?

La méthanisation est-elle vraiment un levier pour l’agroécologie ? Aude Dziebowski,...

Pourquoi créer une taxe sur la spéculation financière ?

Agir pour le climat soutient la mise en place...

Fédérer agriculteurs et entreprises pour régénérer notre terre

L’agriculture, c’est 40% des surfaces terrestres et 25% des...

Urgences climatiques et sociales : faut-il changer l’enseignement de la finance ? Réponses de Thomas Lagoarde-Segot, Professeur d’économie et finance internationale à KEDGE Business School

A l’occasion de la sortie prochaine du manuel Ecological Money and Finance. Exploring Sustainable Monetary and Financial System (Springer Nature, 659 p.), Thomas Lagoarde-Segot, professeur d’économie et de finance internationale à KEDGE Business School et directeur de la commission économie de SDSN France, explore les pistes d’une refonte de l’enseignement de l’économie et de la finance face aux urgences climatiques et sociales. Il répond à trois questions pour présenter cette parution internationale, fruit d’un travail collectif de 4 ans.

1/ Quel est votre constat sur les fondements de l’enseignement de la finance et du système monétaire actuel ?

L’enseignement de l’économie et de la finance semble toujours figé dans une vision héritée des années 1990. La discipline financière peine à intégrer les nouvelles approches macroéconomiques et monétaires, et plus globalement les questions sociétales dans le champ de ses enseignements. Mais face aux défis économiques, climatiques et sociaux du XXIème siècle, un nouveau consensus semble se dessiner concernant la nécessité d’une refondation. En 2018 déjà, l’Institut Veblen publiait les résultats d’une grande enquête menée auprès de 200 universitaires français et intitulée Dix ans après la crise financière de 2008, comment enseigne-t-on la finance ? Malgré le bouleversement radical qu’avait constitué la crise des subprimes, cette enquête pointait du doigt qu’une décennie plus tard, on enseignait toujours la finance de la même façon… Puis, en 2022, le Shift Project publiait son grand rapport Climat Sup Finance. Former pour une finance au service de la transition, remis au ministre de l’Economie. Ce rapport appelle sans ambigüité à faire évoluer rapidement la formation des étudiants et professionnels au prisme des nouveaux enjeux climatiques et du développement durable.

2/ Pourquoi est-il urgent de revoir cet enseignement ?

La finance est le cerveau de l’économie. Pour maintenir le réchauffement climatique en dessous de 2°C d’ici 2100 et atteindre les Objectifs du Développement Durable (ODD), nous devrons donc, aussi, faire évoluer le système financier. Durant les dix dernières années, certains financiers ont certes tenté de verdir les modèles financiers existants, mais sans s’interroger sur leur pertinence. Mais cette approche est de toute évidence une illusion perdue. Certaines études indiquent par exemple que seuls 0,5% des actifs « verts » seraient réellement alignés sur les objectifs des accords de Paris. Ce n’est pas étonnant puisque le contexte actuel est fondamentalement différent de celui des années 1970 où sont apparus les grands préceptes financiers toujours enseignés aujourd’hui. Pour traiter les nouveaux enjeux climatiques, naturels et sociaux, nous devrons repenser en profondeur nos hypothèses, nos modèles, les outils et s’interroger sur leur finalité, à tous les échelons, du niveau micro au niveau macroéconomique. Il faut apporter un regard neuf sur le crédit, la monnaie, les taux d’intérêt, le commerce international, la finance internationale, la macro-modélisation, la gouvernance d’entreprise, les processus de sélection et d’évaluation des investissements… dans la perspective des ODD. Bref, la durabilité requiert une nouvelle « révolution scientifique » en économie et en finance.

3/ Comment y arriver ?

C’est une tâche formidable qui ne pourra être remplie qu’en multipliant les partenariats internationaux pour le développement durable, comme l’indique l’ODD 17. Le réseau SDSN France, créé par KEDGE Business, CY Paris Université, et Paris Sciences et Lettres en 2018, et placé sous l’égide des Nations Unies, en est un bon exemple. Il nous a permis de constituer une commission d’experts académiques et professionnels. Dès nos premières réunions, nous avons décidé de construire un nouveau manuel qui combinerait, comme le recommandait le rapport de l’Institut Veblen, les approches « macroscopiques » (pour refonder l’enseignement de l’économie financière et monétaire grâce aux sciences sociales) et « microscopiques » (pour analyser rigoureusement les nouveaux acteurs et instruments financiers écologiques). Pour mener à bien ce projet nous avons aussi eu la chance de pouvoir nous appuyer sur le Programme Grande Ecole de KEDGE BS, qui nous a permis de transformer le cours fondamental d’économie de 1ère année en un cours de macroéconomie Ecologique (une première dans le monde des grandes écoles). Ce cours a constitué la clé de voute de ce travail, auquel sont venues se greffer les contributions de près de quinze spécialistes tous en poste dans les grandes écoles et universités françaises, pour produire ce manuel de près de 700 pages, 24 chapitres, qui sera aussi publié en français en 2024.
Ecological Money and Finance : Exploring Sustainable Monetary and Financial Systems
Ecological Money and Finance : Exploring Sustainable Monetary and Financial Systems
Jeffrey D. Sachs, President du réseau UN Sustainable Development Solutions, Professeur à l’Université de Columbia : “ Notre nouvelle ère de développement durable appelle également une nouvelle ère de manuels d’économie et de finance. Bravo aux contributeurs de ce livre passionnant et pionnier, démontrant de nouvelles façons importantes de repenser le système financier et ses fondements éthiques pour s’aligner sur les objectifs de développement durable et l’accord de Paris sur le climat.” Brian Lucey, Professeur de Finance, Trinity College Dublin, University of Dublin:  » Ce manuel et la philosophie sous-jacente à sa création représentent une approche intégrée pour placer la nature et l’humanité au cœur de l’économie et de la finance. Érudit, complexe sans être trop opaque, et surtout exigeant, il devrait devenir un texte clé de voûte alors que nous avançons vers la reconquête de l’économie et de la finance comme des sciences sociales anthropocentriques.. «  Nicolas Dufrêne, Directeur de l’Institut Rousseau : “Ce livre est une contribution essentielle au développement de la pensée économique humaniste et écologique”.

En savoir plus sur Thomas Lagoarde-Segot

lagoardesegot_thomas.jpg?202303021609 Thomas Lagoarde-Segot est professeur d’économie et de finance internationale à KEDGE Business School, où il a été directeur de la recherche. Il est chercheur associé au LEST, UMR CNRS 731. Spécialiste des questions de financement du développement et de la transition écologique, notamment dans les pays du Sud, il coordonne la commission « économie et finance » du SDSN France (Nations unies) et le Post-Crisis Finance Network avec le Collège d’études mondiales de la FMSH (Paris). Il est l’auteur de La Finance Solidaire, Un Humanisme Economique (livre labellisé FNEGE, 2014) ainsi que de nombreuses publications scientifiques sur les pays émergents, la finance sociale, l’histoire financière et la philosophie économique. Thomas a été sollicité en tant qu’expert par France stratégie, la Banque mondiale, les Nations unies et la Commission européenne (FEMISE). Il a été rédacteur en chef de la revue Research in International Business and Finance (2013-2017) et il a plusieurs responsabilités éditoriales (International Review of Financial Analysis, Entreprise et Société). Il a été invité à l’université Hitotsubashi (Japon), à l’University of British Columbia (Canada), à Trinity College Dublin (Irlande), à l’Université libre de Bruxelles (Belgique), et à l’université Laval (Canada). Thomas intervient régulièrement dans les médias nationaux en tant qu’économiste (Le Monde, Les Echos, Libération).

A propos de KEDGE Business School

capture_d_e_cran_2023-03-10_a_14.30_52.png KEDGE Business School est une Ecole de management française de référence présente sur 4 campus en France (Paris, Bordeaux, Marseille et Toulon), 4 à l’international (2 en Chine à Shanghai et Suzhou, et 2 en Afrique à Dakar et Abidjan) et 3 campus associés (Avignon, Bastia et Bayonne). La communauté KEDGE se compose de 15 000 étudiants (dont 23% d’étudiants étrangers), 200 professeurs permanents (dont 43% d’internationaux), 300 partenaires académiques internationaux et 75 000 diplômés à travers le monde. KEDGE propose une offre de 38 formations en management et en design pour étudiants et professionnels, et déploie des formations sur-mesure pour les entreprises au niveau national et international. Depuis 2020, KEDGE a créé son propre Centre de Formation des Apprentis. Membre de la Conférence des Grandes Ecoles et accréditée AACSB, EQUIS et AMBA, labellisée EESPIG et certifiée Qualiopi, KEDGE Business School est une institution reconnue par l’Etat français, avec des programmes visés. KEDGE est classée par le Financial Times 39ème meilleure Business School en Europe en 2022 et 42ème mondiale pour son Executive MBA en 2022.
  • https://kedge.edu/
KEDGE IMPACT pour former des managers responsables et accélérer la transition écologique et sociale.
KEDGE IMPACT pour former des managers responsables et accélérer la transition écologique et sociale.

 

A lire

Méthanisation : un levier pour l’agroécologie ?

La méthanisation est-elle vraiment un levier pour l’agroécologie ? Aude Dziebowski,...

Un monde sans argent inspire partage et rencontres …

Un monde sans argent, une idée du Grand Projet...

Quels sont les enjeux écologiques des élections européennes ?

Les prochaines élections européennes seront cruciales pour l’avenir de...

Accélérer le passage à l’action pour la résilience des stations de montagne

Un séminaire de travail Green Cross a eu lieu...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Fédérer agriculteurs et entreprises pour régénérer notre terre

L’agriculture, c’est 40% des surfaces terrestres et 25% des...

Roots of Tomorrow : un Jeu Vidéo gratuit pour comprendre l’agroécologie

Gamabilis, studio indépendant français, a créé Roots of Tomorrow,...

Etudiant-e ? Secoue ton campus !

D’après la Consultation Nationale Étudiante 2023, 74% des étudiant·es...

Bachelor ACT, un diplôme pour les métiers porteurs de sens

Alors que de plus en plus de jeunes expriment...

Méthanisation : un levier pour l’agroécologie ?

La méthanisation est-elle vraiment un levier pour l’agroécologie ? Aude Dziebowski, Université de Strasbourg; Emmanuel Guillon, Université de Reims Champagne-Ardenne (URCA); Romain Debref, Université de Reims...

Pourquoi créer une taxe sur la spéculation financière ?

Agir pour le climat soutient la mise en place d'une taxe européenne sur les transactions financières dont les recettes serviraient la transformation écologique de...

Fédérer agriculteurs et entreprises pour régénérer notre terre

L’agriculture, c’est 40% des surfaces terrestres et 25% des émissions de gaz à effet de serre. L’agriculture régénératrice permet de séquestrer du carbone dans...