Dans l'actualité :

Quelles perspectives sur les ressources mondiales 2024

Le monde est confronté à une triple crise planétaire...

Quand la permaculture inspire l’habitat et l’entreprise

Notre mode de développement n’est plus viable. Il creuse...
BONHEUR MONDIAL | EDITION 2007

Un indice pour mesurer le bonheur, à quoi bon ?

Comprendre la mondialisation avec Globeco

Le bonheur n’est plus une idée neuve en Europe, ni même dans le monde ; du coup, les organisations internationales et les médias s’intéressent de plus en plus à la mesure du bonheur, et cela donne lieu à de nombreux colloques : les derniers, organisés notamment par l’OCDE et l’Union européenne, d’abord à Rome (mai 2007) puis à Istanbul (juin 2007), ont permis de poser clairement la question : mesurer le bonheur, est-ce possible ? Est-ce souhaitable ? A quoi bon ?

En fait, il existe deux façons d’aborder ce problème : · la première consiste à essayer de mesurer le bonheur individuel ; c’est une voie difficile, que Luc Ferry a même qualifiée d’absurde, tellement la conception que chacun se fait du bonheur est différente d’une personne à l’autre, d’un pays à l’autre et d’une civilisation ou d’une religion à l’autre ; c’est la raison pour laquelle les experts de l’OCDE et de l’Union européenne se sont prudemment contentés de préconiser dans ce domaine des études par sondage et des analyses microéconomiques. · La seconde nous paraît correspondre davantage à une vraie demande : il s’agit d’aller plus loin que le PIB (Beyond GDP !) pour évaluer la façon dont les différents pays et le monde entier procurent à leurs habitants une vie « heureuse » ; encore faut-il définir ce qu’est un pays heureux et ce qu’est un monde heureux ! Justement, c’est ce que fait GLOBECO depuis plus de 5 ans, en définissant d’abord ce qu’est un monde heureux et ce qu’est un pays heureux, ce qui n’est pas très difficile : – Qui peut nier que la paix est préférable à la guerre ? – Qui peut nier que la liberté est préférable à la dictature ? – Qui peut nier que la qualité de vie est préférable à la misère ? – Qui peut nier que, comme le disait Danton, « Après le pain, l’éducation est le premier besoin du peuple » ? Nous pouvons donc, à partir de ces 4 chapitres, trouver pour chacun d’entre eux des indicateurs significatifs de « l’état des lieux » et de l’évolution de ce que nous avons appelé le bonheur mondial et le bonheur par pays ; c’est d’ailleurs ce qu’a commencé à faire le PNUD à partir de 1990 en définissant les 3 éléments (le PIB, l’espérance de vie à la naissance et le niveau de formation) qui fondent l’indicateur de développement humain (IDH): notre indice du bonheur mondial en est un complément et une continuation, dans la mesure où il prend en compte non pas 3, mais 40 éléments pour le bonheur mondial et 20 pour le bonheur par pays ; de cette façon, les éléments qui ne sont pas pris en compte par le PIB ni par l’IDH, c’est-à-dire tout ce qui concerne la paix et la sécurité, les droits de l’homme, l’environnement et la culture sont pris en compte, pour aboutir à une meilleure réponse à la question que tout le monde se pose : comment va le monde ? Va-t-il mieux ou plus mal ? Comment va mon pays ? Va-t-il mieux ou plus mal ? « Bonheur mondial, édition 2007 » reprend le cours des 6 éditions précédentes, avec le plan suivant :
  • Nous calculons d’abord l’évolution du bonheur mondial par rapport à l’année précédente et par rapport à l’an 2000, année de base de nos travaux ;
  • Nous calculons ensuite l’évolution de la fracture mondiale, entre « le milliard de riches » et « le milliard de pauvres» ;
  • Nous établissons le classement par pays ;
  • Et nous calculons enfin l’évolution de l’indice de la mondialisation, pour voir si cette évolution coïncide ou pas avec une amélioration de l’indice du bonheur mondiale et de l’indice de la fracture mondiale.

Avertissement, avant de lire GLOBECO

28ZFVUXB_UneIcone.jpg 1 – Pour lire GLOBECO, vous avez besoin de connaître un certain nombre de termes, un certain nombre de chiffres et quelques unes de mes sources préférées ; tout cela est disponible sur mon site Internet www.globeco.fr, rubrique : « GLOBECO, la revue » : « pour lire GLOBECO » ; peut-être souhaitez-vous également savoir pourquoi et comment l’indice du bonheur mondial et les autres indices de GLOBECO sont calculés : « L’indice du bonheur mondial, pourquoi, comment, quels résultats ? ». 2 – Voici l’édition 2007 de « bonheur mondial » ; cette édition se réfère bien entendu à des statistiques qui ont été publiées pour l’essentiel en 2006 et dont les chiffres concernent la plupart du temps 2005, voire 2004, ce qui est le cas, par exemple, du rapport 2006 du Programme des Nations Unies pour le développement. Néanmoins, nous tenons compte dans les tableaux récapitulatifs de l’année de parution des dernières statistiques ; c’est la raison pour laquelle ces tableaux comparent l’année 2006 à 2005 et à 2000, année de base. 3 – Nous précisons cependant l’année concernée pour chacun des indicateurs : c’est l’objet de la parenthèse qui suit chacun des titres relatifs à chaque indicateur : par exemple, concernant le potentiel nucléaire, le chiffre 2006 situé dans la parenthèse signifie que l’année concernée pour cette statistique est 2006. 4 – Certaines statistiques font l’objet, d’année en année, de rectifications, et le chiffre ne devient parfois définitif que deux ou trois ans après sa première parution, ce qui peut tout à fait se comprendre ; c’est le cas, par exemple, pour les investissements directs à l’étranger et pour le nombre de films publiés dans le monde ; pour pallier cet inconvénient, nous introduisons cette année, dans les différents tableaux, la lettre D lorsque les chiffres sont définitifs ; nous ne le ferons néanmoins que pour l’année de base (2000) et ensuite tous les 5 ans ; la prochaine fois, ce sera donc pour 2005. 5 – Chaque année, nous rencontrons quelques difficultés liées au fait que les bases statistiques peuvent varier d’une année à l’autre ; c’est le cas, par exemple, cette année, pour les postes de radio et de télévision : la Banque mondiale ne publie plus les chiffres relatifs aux postes de radio, et privilégie le nombre de postes de télévision par foyer et non plus pour 100 personnes ; nous avons pallié cet inconvénient en recourant aux chiffres de l’Union internationale des télécommunications. Autre exemple : le nombre d’exemplaires de journaux ; ici encore, la Banque mondiale est défaillante, et nous privilégions donc les données de la « World association of newspapers » ! Autre difficulté : l’OMS a publié des chiffres relatifs au nombre de morts violentes et au nombre de suicides pour 2002 ; depuis, aucune information ! Espérons que l’OMS pourra actualiser ces chiffres l’an prochain : ce devrait être le cas, selon les informations que j’ai pu recueillir ! 6 – J’ai signalé deux autres problèmes aux responsables du PNUD, mais je n’ai reçu aucune réponse : · D’une part, les chiffres du coefficient de GINI, qui mesure les inégalités de revenu à l’intérieur de chaque pays, sont épouvantablement anciens, y compris pour la France, puisque la dernière année statistiquement connue est … 1995 ! Rien à faire pour obtenir une explication ! · D’autre part, les chiffres de population que publie le PNUD pour la France (60,3 millions d’habitants en 2004) concernent évidemment la France métropolitaine ; j’ai essayé de savoir si les autres chiffres du PNUD relatifs à notre pays concernent également la seule France métropolitaine : aucune réponse ! 7 – Enfin, nous regrettons toujours de ne pas disposer de statistiques relatives au nombre de livres publiés dans le monde et à la pratique du sport dans le monde ; malgré tous mes efforts, je n’ai toujours rien trouvé de satisfaisant dans ces deux domaines : help !

Sommaire

– L’indice du bonheur mondial, page 7 · Paix et sécurité · Liberté, démocratie, droits de l’homme · Qualité de la vie · Recherche, formation, information, communication, culture – L’indice de la fracture mondiale – Le classement par pays · Paix et sécurité · Liberté, démocratie, droits de l’homme · Qualité de la vie · Formation, information, communication, culture – L’indice de la mondialisation – Conclusion · Ce qu’il faut retenir · Les mauvaises nouvelles · Les bonnes nouvelles

 

Source : GLOBECO

A lire

Efficacité, rénovation et transition énergétique : ambition 2030

Chantier prioritaire de la planification écologique, la rénovation énergétique...

Que veut le Rassemblement national sur le climat ?

À l'approche des élections européennes, le Pacte vert est...

Élu(e)s pour agir ? Rejoignez le réseau Ademe !

Gilles Pérole est adjoint au maire de Mouans-Sartoux (06)...

Quand les agriculteurs s’impliquent dans les énergies renouvelables

Quand agriculteurs et riverains d’un territoire s’associent pour développer...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Quand la permaculture inspire l’habitat et l’entreprise

Notre mode de développement n’est plus viable. Il creuse...

Stockage intersaisonnier de chaleur : la solution de chauffage – climatisation durable et décarbonée

Le stockage intersaisonnier de chaleur consiste à mettre en...

Tu veux changer les choses ? Avec l’ingénierie tu peux vraiment tout faire !

En France, il manque 20 000 ingénieurs et ingénieures...

Baromètre de confiance envers les fruits et légumes frais

Avec + 4,9 % d'après l'INSEE, l'inflation des produits...
Cyrille Souche
Cyrille Souchehttp://cdurable.info
Directeur de la Publication CDURABLE.info depuis 2005. Cdurable.info a eu 18 ans en 2023 ... L'occasion d'un nouveau départ vers un webmedia coopératif d'intérêt collectif pour recenser et partager les solutions utiles et durables pour agir et coopérer avec le vivant ...

Quelles perspectives sur les ressources mondiales 2024

Le monde est confronté à une triple crise planétaire : le changement climatique, la perte de biodiversité, la pollution et les déchets. L'économie mondiale...

Quand la permaculture inspire l’habitat et l’entreprise

Notre mode de développement n’est plus viable. Il creuse les inégalités, consume la bio-régénérescence de la planète et accélère le dérèglement climatique. Il y...

Pourquoi bouder l’alimentation bio malgré la réduction de l’écart de prix avec les produits conventionnels ?

Choisit-on consciemment ce que l'on mange ? Chaque jour, nous favorisons, à travers nos choix alimentaires, un type d’agriculture plutôt qu’un autre. Les aliments...