[CDURABLE.info l'essentiel du développement durable] : Lutte contre les violences faites aux femmes : la France doit mieux faire
Rapport 2010 d’Amnesty International France
Lutte contre les violences faites aux femmes : la France doit mieux faire
mercredi 24 février 2010
par David Naulin

Amnesty International France (AIF) publie ce mercredi 24 février un rapport intitulé "Lutte contre les violences faites aux femmes : la France doit mieux faire". A travers un état des lieux des actions de l’État, ce document pointe les carences d’une législation dont l’efficacité dépend de la rigueur et de la cohérence de son application sur tout le territoire.

"En 2010, les résultats en matière de lutte contre les violences faites aux femmes restent insatisfaisants. La France se doit de mettre en place une politique ambitieuse, soutenue par une meilleure coordination des moyens mis en œuvre et par un financement adéquat de la part de l’État", déclare Geneviève Garrigos, présidente d’Amnesty International France, alors même que l’Assemblée nationale va examiner le 25 février la proposition de loi "renforçant la protection des victimes et la prévention et la répression des violences faites aux femmes".

La violence contre les femmes au sein du couple ne diminue pas. En 2008, 156 femmes sont décédées, victimes de leur compagnon ou ex-compagnon, soit un décès tous les 2,5 jours. Des femmes de tout âge, toute origine et tout milieu sont touchées. En 2006, ces violences représentaient un coût annuel estimé à 2,5 milliards d’euros.

Les auteurs du rapport s’appuient sur les témoignages d’experts juridiques et d’associations de terrain. Leur analyse du cas français se développe autour de quatre thématiques essentielles : les violences au sein du couple, les mutilations sexuelles féminines, les mariages forcés et la traite des êtres humains, phénomène largement sous estimé.

"Pour lutter contre la traite des êtres humains, il est urgent de mettre en place un système d’identification, explique Geneviève Garrigos. Ces femmes doivent être reconnues comme des victimes et non plus comme des délinquantes, afin qu’elles puissent avoir accès à leur droit à la protection."

Quatre ans après la publication de son premier rapport sur ce sujet, Amnesty International France (AIF) souligne que les violences faites aux femmes doivent rester "une affaire d’État".

Trop de coupables de violences n’ont pas à répondre de leurs actions et l’impunité subsiste. Les femmes continuent d’être victimes, non seulement de tels actes mais encore de la procédure judiciaire appliquée de manière hétérogène sur le territoire. Prévention et protection des victimes doivent être au cœur des dispositifs et des innovations sont nécessaires pour parfaire le dispositif légal.

Pour AIF, face à ces violences, l’élaboration d’une réglementation d’ensemble constitue le fondement d’une riposte globale et appropriée, qui doit être appliquée avec cohérence. A cette fin, elle doit contenir des dispositions qui en garantissent l’application effective sur tout le territoire et prévoir les moyens d’évaluation et de suivi.

Téléchargez le Rapport "Lutte contre les violences faites aux femmes : la France doit mieux faire" au format PDF en cliquant ici (50 pages).

ps :

Amnesty International France : Créée en 1961, Amnesty International (AI) est une association indépendante de toute tendance politique, de tout intérêt économique ou croyance religieuse qui s’appuie sur un réseau de plus de 2,7 millions de membres et sympathisants afin de promouvoir et défendre les droits humains dans le monde. Amnesty International a reçu le Prix Nobel de la paix en 1977. Amnesty International France (AIF) a été créée en 1971. Son financement repose essentiellement sur la générosité du public (plus de 200 000 donateurs actifs), sur les ventes de produits de soutien et les cotisations de ses membres (près de 20 000). AIF est agréée par le Comité de la charte du don en confiance.