Dans l'actualité :

Les 10 principes du Code mondial d’éthique du tourisme

Cadre de référence fondamental pour le tourisme responsable et...

Comprendre les enjeux de la CSRD – Corporate Sustainability Reporting Directive

Tennaxia, précurseur français des logiciels de pilotage de la...

Lutte contre la dépendance énergétique : les politiques énergétiques française et européenne en 2024

Depuis 2019, la France a intégré dans sa législation...

Soja « durable » : attention à l’arnaque ! alerte les Amis de la Terre

Alors que la Table ronde sur le soja responsable (RTRS) se réunit aujourd’hui à Campinas (Brésil), avec, entre autres, Monsanto, Syngenta et Cargill, pour définir de nouveaux standards volontaires de culture du soja, les Amis de la Terre-International dénoncent les tentatives de « greenwashing » et de tromperie du consommateur. Même le soja transgénique sera étiqueté « responsable »[[Les critères peuvent être téléchargés sur le site www.responsiblesoy.]], dénonce l’ONG.

Le développement de la monoculture de soja durant ces dernières années a eu des conséquences désastreuses bien connues : accélération de la déforestation, aggravation des conflits sociaux et fonciers, augmentation de l’utilisation de pesticides et émissions importantes de gaz à effet de serre. Ce soja sert presque exclusivement à nourrir les animaux des pays riches et maintenant à fournir le marché de l’agrodiesel. Pour les Amis de la Terre-International, la RTRS est une tromperie verte car : – elle ne s’attaque pas au problème de l’augmentation de la production de soja qui est la cause des dommages à la fois aux populations locales, à la biodiversité et au climat ; – en réalité, elle fait le jeu des grands groupes agro-industriels et légitime leurs pratiques [[les principaux acteurs du développement du soja sont Monsanto, Syngenta, Cargill et Bunge – qui sont aussi des participants très actifs de la RTRS.]]. Elle va même jusqu’à certifier le soja OGM pourra comme responsable alors qu’il est prouvé qu’il entraîne une augmentation de l’utilisation de pesticides, avec des conséquences catastrophique sur l’environnement et la santé des populations locales ; – les représentants des petits paysans et les communautés locales ont été exclus de la RTRS et s’opposent aux critères proposés Les Amis de la Terre-International demandent : – une réduction de la dépendance au soja pour l’alimentation du bétail, en corrélation avec une baisse de la quantité et une amélioration de la qualité de la viande consommée dans les pays industrialisés – l’arrêt de l’utilisation d’huile de soja comme agrocarburant ; – la mise en place de politiques agricoles et alimentaires équitables et environnementalement soutenables pour permettre à toutes les régions et les pays de se nourrir sans dépendre démesurément d’importations. Pour Martin Drago des Amis de la Terre-International, « les standards que développe la RTRS vont légitimer un système de culture du soja dévastateur, alliant déforestation et destruction des conditions de vie des petits paysans au profit de quelques grands propriétaires terriens et multinationales. Le seul soja responsable, c’est moins de soja ». Pour Christian Berdot des Amis de la Terre-France : « Nous devons affronter les vrais problèmes derrière ce système comme la sur-consommation dans les pays industrialisés et le partage inéquitable des ressources comme l’eau et les terres. Nous avons besoin de vraies solutions qui préservent l’environnement et les populations locales et promeuvent la souveraineté alimentaire plutôt que les profits de quelques multinationales ». Plus de 80 organisations de par le monde ont signé une lettre d’opposition aux propositions de la RTRS.

 

A lire

Le Service Civique écologique pour les jeunes de 16 à 25 ans

Dérèglements climatiques, menace de la biodiversité, expansion des déchets...

Quelle place pour l’écologie dans le débat public ?

Le débat public sur l'écologie, s'il est devenu plus...

Féris Barkat porte la voix de la génération Banlieues Climat

Féris Barkat est le fondateur de Banlieues Climat, une...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

A quand l’indicateur du Bonheur National Brut ?

« Le bonheur de tous ». C’est par ces mots...

Zéro Artificialisation Nette pour réduire le mal-logement

Comment créer 400 000 nouveaux logements chaque année pendant...

Mode : comment passer du jetable au durable ?

Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique et de...

Rapport sur l’état mondial des bâtiments et de la construction

Le Rapport sur l’état mondial des bâtiments et de...

Quand la permaculture inspire l’habitat et l’entreprise

Notre mode de développement n’est plus viable. Il creuse...
David Naulin
David Naulinhttp://cdurable.info
Journaliste de solutions écologiques et sociales en Occitanie.

Les 10 principes du Code mondial d’éthique du tourisme

Cadre de référence fondamental pour le tourisme responsable et durable, le Code mondial d’éthique du tourisme est un ensemble de 10 principes destinés à...

Comprendre les enjeux de la CSRD – Corporate Sustainability Reporting Directive

Tennaxia, précurseur français des logiciels de pilotage de la performance durable des entreprises et investisseurs, décrypte pour nous les grands thèmes de la CSRD...

Lutte contre la dépendance énergétique : les politiques énergétiques française et européenne en 2024

Depuis 2019, la France a intégré dans sa législation l'objectif de la neutralité carbone d'ici 2050, conformément à l'Accord de Paris sur le changement...