Dans l'actualité :

Renforcer la résilience des entreprises face au changement climatique

La Conférence permanente des chambres consulaires et organisations intermédiaires...

La station d’épuration du Pays d’Aix rénove sa Zone de Rejet Végétalisée

Inaugurée en mai 2024 par la Régie des Eaux...

5 propositions pour une approche systémique du développement international

La mesure d’impact doit être la boussole du passage...
Résultats de l'étude Ethicity 2010

Les français et la consommation responsable : trop de publicité, trop de labels et pas assez d’infos

Sceptiques face à la communication du "tout durable", les Français expriment un besoin d’informations concrètes

A l’occasion de la Semaine du Développement Durable, Ethicity, cabinet de conseil en développement & marketing durable présente les résultats de l’étude annuelle « Les Français et la consommation durable », menée depuis 2004 afin de définir leurs attentes en matière de consommation durable. En matière de consommation durable, les Français veulent des preuves, du concret et de la proximité ! S’ils expriment à nouveau leur volonté de changement, ils souhaitent une information plus claire. Dans un contexte de crise économique, leur méfiance quant à la capacité des acteurs (entreprises, politiques, etc.) à agir sur des enjeux qui les dépassent (réchauffement climatique) s’exprime à travers un sentiment d’impuissance. Malgré tout, 20% des Français sont toujours mobilisés en matière de consom’action, un chiffre stable depuis 2004.

Une volonté de changement et des comportements qui évoluent Malgré un certain pessimisme lié à un contexte de crise économique, les Français croient toujours à une consommation plus responsable: – ¾ des Français (-6 points vs 2009) considèrent toujours le développement durable comme une nécessité, – 60% (-9 points vs 2009) déclarent avoir changé leur comportement en faveur du développement durable en 2009, – ils sont 47% à déclarer avoir opté pour une consommation plus éthique en 2009, en remplaçant certains produits par des produits durables ou en privilégiant tout simplement ces derniers, – même s’ils représentent encore une minorité, de plus en plus de Français se déclarent prêts à développer de nouveaux modes d’échanges, comme louer, acheter et utiliser certains biens à plusieurs. Par exemple, 36% (+4 points vs 2009) disent être en mesure d’acheter et d’utiliser à plusieurs des outils de bricolages et de jardinage. Des preuves, du concret et de la proximité ! Les Français affichent leur méfiance envers le discours développement durable: – 54% d’entre eux déclarent être méfiants sur le discours des marques et des entreprises en matière de développement durable, – 53% des Français pensent qu’il y a trop de messages publicitaires sur la consommation durable, – 43% d’entre eux vont jusqu’à ne plus supporter les messages des marques sur l’environnement, un constat particulièrement marqué chez les seniors, – 65% estiment qu’il y a trop de labels pour les produits durables ; cette profusion d’information tend à créer de la confusion, – 62% disent ne pas pouvoir juger de la meilleure qualité des produits durables. Les Français veulent une information plus claire :Des preuves de qualité : toujours considérés comme « plus chers » par 83% des Français, les produits de la consommation responsable ne sont pas estimés de meilleure qualité pour autant : seuls 27% considèrent que ces produits sont de meilleure qualité que les produits classiques. 45% déclarent qu’ils achèteraient davantage de produits durables s’ils avaient des preuves concrètes que ces produits sont de meilleure qualité. – De la transparence sur l’engagement social et environnemental des entreprises qui fabriquent ces produits pour 51% de nos concitoyens ; ¾ des personnes interrogées pensent que les entreprises ne leur donnent pas assez d’information sur les conditions de fabrication de leurs produits. – De la traçabilité : 53% déclarent vouloir des informations sur l’origine des matières premières sur les étiquettes des produits qu’ils achètent, 45% sur le lieu de fabrication et 48% sur leurs impacts en matière de biodiversité qui semble les toucher davantage que les enjeux de réchauffement climatique. En effet, 52% estiment que nos modes de vie et de consommation peuvent porter atteinte à la biodiversité et 30% déclarent être prêts à renoncer à certaines habitudes de consommation pour des raisons de préservation de la biodiversité. – Du local : Pour 26% des Français, un produit permettant de consommer de manière responsable doit être « fabriqué localement afin de favoriser le développement de l’emploi au niveau local ». Le local est identifié comme garant d’une éthique sous son aspect social (maintien des emplois en France) et d’une plus garnde proximité avec les acteurs. Sceptiques face à la communication du « tout durable », les Français expriment un besoin d’informations concrètes, montrent du pragmatisme et évoluent dans leurs comportements. Ces observations s’articulent autour d’une attente d’exemplarité et des exigences accrues vis-à-vis des acteurs, des preuves de qualité des produits et un recentrage toujours plus fort vers l’individu : santé, coût, environnement local. Une consommation plus réfléchie se dessine mais qui doit aussi répondre à une envie de liberté et de plaisir et d’une plus grande solidarité.

 

A lire

5 propositions pour une approche systémique du développement international

La mesure d’impact doit être la boussole du passage...

Tims : des ressources en ligne pour une mobilité durable et inclusive

Les porteurs du programme national Tims lancent le premier...

Pour sauver le Pacte Vert européen, mobilisation générale !

Alors que les attaques continuent contre le Pacte vert...

Comment associer transition écologique et justice sociale ?

Alors que les Français se disent inquiets des effets...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Un toit solaire moins cher qu’un toit traditionnel en tuiles ?

Les systèmes de toitures solaires sont désormais moins chers...

En 2024, 500 000 foyers français produisent et consomment leur électricité grâce au soleil

A l’occasion de la journée internationale du soleil le...

Le vélo, une solution pour développer localement une mobilité inclusive et durable

20% de la population française est en situation de...

Agir pour le vivant et construire une écologie politique inclusive

Agir pour le vivant est un festival citoyen ouvert...

A quand l’indicateur du Bonheur National Brut ?

« Le bonheur de tous ». C’est par ces mots...
David Naulin
David Naulinhttp://cdurable.info
Journaliste de solutions écologiques et sociales en Occitanie.

Renforcer la résilience des entreprises face au changement climatique

La Conférence permanente des chambres consulaires et organisations intermédiaires africaines et francophones (Cpccaf) est, depuis son origine en 1973, au service de la croissance...

La station d’épuration du Pays d’Aix rénove sa Zone de Rejet Végétalisée

Inaugurée en mai 2024 par la Régie des Eaux du Pays d’Aix, la nouvelle Zone de Rejet Végétalisée de la Station d’Épuration a été...

5 propositions pour une approche systémique du développement international

La mesure d’impact doit être la boussole du passage à l’échelle des entreprises ! C’est pourquoi l’Impact Tank et le Groupe SOS prennent position...

1 COMMENTAIRE

  1. Les français et la consommation responsable : trop de publicité, trop de labels et pas assez d’infos
    Je lisais justement un article à ce propos. Il y a une enquête qui a été menée par une revue française à propos de ses labels.

    Et c’est vrai qu’il n’y en a un peu trop et qu’on a l’impression que l’acte d’achat est juste symbolique, une démarche de culpabilité.

    Si un casino en ligne devait être considéré comme le meilleur site de jeu d’argent alors ce le serait car les machines à sous y sont si incroyables casino en ligne