Dans l'actualité :

Un MOOC pour comprendre la crise écologique et réinventer l’entreprise

Le MOOC gratuit et multi niveaux : Transformer l’entreprise pour...

Le méthane dans les stratégies d’atténuation : un enjeu majeur.

Les émissions de gaz à effet de serre (GES)...

Introduction à l’entreprise régénérative  : un parcours 100% digital de Butterfly School

La Butterfly School propose un parcours 100% digital pour...
Selon un rapport du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE)

La pollution plastique pourrait être réduite de 80% d’ici à 2040

Une réduction drastique de la pollution plastique nécessite des changements profonds

La pollution plastique pourrait être réduite de 80% d’ici à 2040 si les pays et les entreprises effectuent des changements profonds concernant les politiques et le marché faisant appel à des technologies existantes, selon un nouveau rapport du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE). Ce rapport est publié en amont d’une deuxième phase de négociations, qui se tiendra à Paris, relatives à un accord mondial de lutte contre la pollution plastique, et décrit l’ampleur et la nature des changements nécessaires pour mettre fin à la pollution plastique et créer une économie circulaire.

Une femme trie du plastique dans une usine de recyclage en Jordanie.
Une femme trie du plastique dans une usine de recyclage en Jordanie.
Le rapport Tarir le flot : Mettre fin à la pollution plastique et créer une économie circulaire à l’échelle mondiale fournit une analyse axée sur les solutions abordant des pratiques concrètes, des transformations du marché et des politiques pouvant guider la réflexion des gouvernements et l’action des entreprises. Tarir le flot : Mettre fin à la pollution plastique et créer une économie circulaire à l’échelle mondiale
« Nos modes de production, d’utilisation et d’élimination des plastiques polluent les écosystèmes, créant des risques pour la santé humaine et déstabilisant le climat », souligne Inger Andersen, Directrice exécutive du PNUE. « Ce rapport du PNUE expose une feuille de route visant à réduire de façon considérable ces risques par l’entremise de l’adoption d’une approche circulaire qui maintient les plastiques hors des écosystèmes et de nos corps et les conserve dans l’économie. En suivant cette feuille de route, y compris lors des négociations concernant l’accord de lutte contre la pollution plastique, nous pouvons obtenir des victoires cruciales sur les plans économique, social et environnemental ».

Transformer le marché en faveur de la circularité

Afin de réduire la pollution plastique de 80% à l’échelle mondiale d’ici à 2040, le rapport suggère dans un premier temps de supprimer les plastiques problématiques et inutiles de façon à diminuer l’ampleur du problème. Par la suite, le rapport appelle à opérer trois changements au sein du marché, axés sur la réutilisation, le recyclage, et la réorientation et la diversification des produits :
  • Réutilisation : la promotion d’options de réutilisation, telles que des bouteilles réutilisables, des distributeurs d’aliments en vrac ou encore des systèmes de consignation ou de reprise d’emballages, peut mener à une réduction de 30% de la pollution plastique à l’horizon 2040. Pour réaliser ce potentiel, les gouvernements doivent contribuer à renforcer l’intérêt économique des produits réutilisables.
  • Recyclage : en veillant à ce que le recyclage devienne une activité plus stable et rentable, il est possible de réduire la pollution plastique de 20% supplémentaires à l’horizon 2040. La suppression des subventions aux combustibles fossiles, l’application de directives de conception promouvant la recyclabilité, et d’autres mesures permettraient d’accroître la part des plastiques économiquement recyclables, la faisant passer de 21% à 50%.
  • Réorientation et diversification : remplacer, en faisant preuve de prudence, les produits tels que les films plastiques, les sachets et les articles utilisés dans la vente à emporter par des produits composés d’autres matériaux (tels que le papier ou des matériaux compostables) peut entraîner une réduction de la pollution plastique de 17% supplémentaires.
Deuxième session du Comité intergouvernemental de négociation sur la pollution plastique Même si les mesures ci-dessus sont mises en œuvre, il sera tout de même nécessaire de gérer en toute sécurité 100 millions de tonnes de plastiques provenant de produits à usage unique et à courte durée de vie chaque année d’ici à 2040, en plus la pollution plastique accumulée au fil des ans atteignant des proportions considérables. Pour cela, il est possible de créer et d’établir des normes de conception et de sécurité en ce qui concerne l’élimination des déchets plastiques non recyclables, et de rendre les fabricants responsables des produits libérant des microplastiques, entre autres. Les microplastiques : l’héritage à long terme de la pollution plastique

Des milliers de milliards de dollars d’économies

Au niveau global, le passage à une économie circulaire générerait une économie de 1.270 milliards de dollars, compte tenu des coûts et des recettes liées au recyclage. En outre, 3.250 milliards de dollars supplémentaires seraient économisés grâce aux externalités évitées en ce qui concerne la santé, le climat, la pollution et la dégradation des écosystèmes marins, et en matière de coûts liés aux actions en justice. Cette transition entraînerait également la création de 700.000 emplois d’ici à 2040, principalement dans les pays à faible revenu, améliorant de façon significative les moyens de subsistance de millions de travailleurs du secteur informel. Les coûts liés à l’investissement associés au changement systémique recommandé sont élevés, mais ils restent inférieurs aux dépenses qui seront nécessaires si ce changement systémique n’intervient pas : 65 milliards de dollars contre 113 milliards de dollars. Une grande partie de cette somme peut être mobilisée en réorientant les investissements prévus en faveur de nouvelles installations de production (qui ne seront plus nécessaires compte tenu de la diminution des besoins en plastique) ou en créant une taxe sur la production de plastique vierge au profit des infrastructures nécessaires à la circularité du système. Toutefois, le temps presse : un report de cinq ans pourrait entraîner le rejet de 80 millions de tonnes de pollution plastique supplémentaires d’ici à 2040. Les coûts les plus élevés de l’économie du jetable et de l’économie circulaire concernent le fonctionnement. Si la réglementation veille à ce que les plastiques soient conçus dans une optique de circularité, des systèmes de responsabilité élargie des producteurs peuvent couvrir les coûts de fonctionnement garantissant la circularité du système, en exigeant des producteurs qu’ils financent la collecte, le recyclage et l’élimination responsable en fin de vie des produits en plastique.
Des habitants de Watamu, au Kenya, travaillent avec une association pour ramasser des déchets plastiques sur la plage chaque vendredi.
Des habitants de Watamu, au Kenya, travaillent avec une association pour ramasser des déchets plastiques sur la plage chaque vendredi.

Développer des critères communs

Des politiques arrêtées au niveau international peuvent aider à dépasser les limites de la planification nationale et de l’action des entreprises, promouvoir une économie des plastiques circulaire, mondiale et prospère, faire émerger des possibilités commerciales et créer des emplois. Elles peuvent supposer des critères communs concernant les produits en plastique qui peuvent être interdits, une base internationale de connaissances, des règles sur les normes minimales de fonctionnement des systèmes de responsabilité élargie des producteurs et d’autres normes. Le rapport du PNUE recommande d’envisager l’intégration d’un cadre fiscal mondial aux politiques internationales afin de permettre aux matériaux recyclés de concurrencer dans des conditions équitables les matériaux vierges, de créer une économie d’échelle concernant les solutions proposées, et de mettre en place des systèmes de suivi et des mécanismes de financement. Il est essentiel que les responsables politiques adoptent une approche qui couvre à la fois les instruments réglementaires et les politiques ciblant les actions relatives au cycle de vie des plastiques, car ils se renforcent mutuellement pour réaliser l’objectif de transformation de l’économie. Par exemple, des règles de conception visant à rendre des produits économiquement recyclables peuvent être combinées à des objectifs relatifs au contenu recyclé des produits et à des avantages fiscaux ciblant les usines de recyclage. Le rapport aborde également des politiques spécifiques, notamment concernant des normes relatives à la conception, à la sécurité et aux plastiques compostables et biodégradables, des objectifs minimums en matière de recyclage, des systèmes de responsabilité élargie des producteurs, des taxes, des interdictions, des stratégies de communication, les marchés publics et l’étiquetage. Combattre la Pollution Plastique

VERS UN TRAITE MONDIAL POUR METTRE FIN A LA POLLUTION PLASTIQUE

capture_d_e_cran_2023-05-28_a_16.38_51.png La cinquième Assemblée des Nations unies pour l’environnement a adopté en mars 2022 une résolution historique en vue de négocier, d’ici fin 2024, un traité mondial de lutte contre la pollution plastique qui soit juridiquement contraignant et fondé sur une approche globale couvrant l’ensemble du cycle de vie des plastiques. Après une première session de négociations en Uruguay fin 2022 qui a permis de poser les jalons des discussions à venir en appréhendant les attentes et ambitions des principales délégations, la France accueille la deuxième session de négociations à Paris, du 29 mai au 2 juin 2023. Vers un traité mondial de lutte contre la pollution plastique
31_637865840432821434.png.jpg

« Plastique, comment s’en sortir ? »

Un dossier à lire dans l’édition de La Croix du mardi 30 mai 2023 et sur la-croix.com Paris accueille jusqu’au 2 juin, au siège de l’Unesco, une grande conférence destinée à aboutir à un traité international pour mettre fin à la pollution plastique. Si le recyclage se développe dans les pays avancés, il ne suffit pas à résoudre tous les problèmes posés par ce matériau. Le chemin est encore long pour trouver un accord, alors que peu de pays sont prêts à réduire leur usage du plastique. plastique_comment_en_sortir_-_la_croix_30_mai_2023.pdf

500 solutions à la pollution plastique

capture_d_e_cran_2023-06-06_a_10.04_24.png 5 juin : Journée de l’Onu environnement dédiée aux solutions à la pollution plastique No Plastic In My Sea appelle l’ensemble des acteurs à s’engager en France et en Europe sur les options les plus ambitieuses proposées aux négociateurs (réduction globale de la production de plastique, interdiction ou limitation des plastiques problématiques, des additifs chimiques et des microplastiques). Elle invite les entreprises à s’appuyer sur le rapport « 500 solutions à la pollution plastique » qui propose un référencement de solutions (produits, emballages, machines, services…) existantes en France et à l’international ; ces d’initiatives, centrées sur la réduction de l’emballage, le réemploi et l’éco-innovation ont fait la preuve de leur maturité et deviennent compatibles avec des acteurs majeurs et leurs contraintes industrielles. Or, l’enjeu est bien de faire passer à l’échelle certaines de ces solutions (réemploi, vrac, produits concentrés à diluer…) afin de parvenir à un effet volume. Les grands groupes et les distributeurs peuvent notamment s’engager fortement dans le réemploi, à un moment où un budget de 50 millions d’euros est ouvert par les éco-organismes. 500 solutions à la pollution plastique et 12 recommandations pour accélérer 500 solutions (produits, emballages, machines, services…) qui permettent de :
  • réduire les bouteilles en plastique : eau du robinet, arômes, réemploi et fontaines d’eau et de boissons
  • réduire les emballages plastiques à usage unique grâce au réemploi
  • réduire l’emballage plastique grâce à la vente en vrac
  • réduire l’emballage plastique en transformant le produit : produits à diluer, produits solides…
  • réduire le plastique par une approche plus globale de l’éco-conception
  • accélérer sur les angles morts : microplastiques, filets de pêche, mégots…
– https://noplasticinmysea.org/

Dossier ADEME « Plastiques : la sobriété avant le recyclage »

capture_d_e_cran_2023-06-15_a_10.11_06.png
Dossier ADEME
Dossier ADEME
  • https://infos.ademe.fr/

 

Documents joints

A lire

Élections législatives : notre futur se joue maintenant !

"Nous sommes à la veille d’un moment historique" rappelle...

Veille environnementale : deux piliers pour une question stratégique

Sommes-nous dans une période de rupture ou de continuité...

Écolo, oui … mais avec de petits arrangements avec nos consciences

Nous sommes nombreux à en avoir conscience : adopter des...

Européennes 2024 : des enjeux cruciaux pour le climat

Christian de Perthuis, Université Paris Dauphine – PSL Sur le...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Comment s’adapter à la chaleur en gardant son logement frais tout l’été ?

Rester au frais dans son logement en été, tout...

(Re)donner et faire confiance à la jeunesse dans notre société

La Fabrique Spinoza publie une étude scientifique qui dépeint...

Le véganisme, serait-il l’idiot utile de la société de consommation ?

On peut être végane pour diverses raisons : pour la...
Cyrille Souche
Cyrille Souchehttp://cdurable.info
Directeur de la Publication Cdurable.info depuis 2005. Cdurable.info a eu 18 ans en 2023 ... L'occasion d'un nouveau départ vers un webmedia coopératif d'intérêt collectif pour recenser et partager les solutions utiles et durables pour agir et coopérer avec le vivant ...

Un MOOC pour comprendre la crise écologique et réinventer l’entreprise

Le MOOC gratuit et multi niveaux : Transformer l’entreprise pour la transition écologique, lancé en 2021 en accès libre par le Collège des Directeurs Développement...

Le méthane dans les stratégies d’atténuation : un enjeu majeur.

Les émissions de gaz à effet de serre (GES) sont calculées grâce à un outil comptable, le Pouvoir de Réchauffement Global (PRG), utilisé dans...

Introduction à l’entreprise régénérative  : un parcours 100% digital de Butterfly School

La Butterfly School propose un parcours 100% digital pour penser croissance et décroissance, performance et ralentissement, observer les transformations possibles des modèles économiques, appliquer...