Dans l'actualité :

Montée des eaux : l’urgence de solutions fondées sur la nature pour le bassin méditerranéen

Une équipe de scientifiques publie de nouveaux résultats dans...

Pour sauver le Pacte Vert européen, mobilisation générale !

Alors que les attaques continuent contre le Pacte vert...

Comment associer transition écologique et justice sociale ?

Alors que les Français se disent inquiets des effets...
Ameublement & Décoration

Tendances maison : l’envers du décor et les dérives de la fast-déco

Un nouveau rapport Les Amis de la Terre, Zero Waste France et le Réseau national des Ressourceries & Recycleries

Dans un nouveau rapport, dévoilé aujourd’hui à la Maison du Zéro Déchet, Zero Waste France, le Réseau National des Ressourceries et Recycleries et les Amis de la Terre France pointent l’emballement de la production dans l’ameublement et la décoration. Les associations demandent au gouvernement de prendre des mesures pour encadrer les pratiques du secteur et soutenir les alternatives, comme le réemploi et la réparation.

Un surinvestissement de la maison désastreux pour l’environnement

Entre 2017 et 2022, le nombre d’éléments d’ameublement mis sur le marché en France a augmenté de 88%, passant de 269 à 505 millions d’unités mises sur le marché. Le nombre de déchets d’éléments d’ameublement (DEA) collectés a quant à lui été multiplié par un peu plus de 2 entre 2014 et 2020, selon l’Ademe.

LA HAUSSE DU MARCHÉ DES ÉLÉMENTS D’AMEUBLEMENT

Depuis les confinements liés au Covid, la maison a été surinvestie par ses habitant·es : lieu d’enfermement subi, mais aussi espace refuge, elle a été transformée et personnalisée de façon encore plus forte qu’auparavant

Pauline Debrabandere, coordinatrice de campagnes de Zero Waste France
MEUBLES D’APPOINT, COUETTES ET CHAISES DE JARDIN EN PLUS FORTE PROGRESSION

Évidemment, les géants de la fast-fashion, de l’e-commerce et de la grande distribution, mais aussi les acteurs émergents du déstockage et du e-commerce, ont tout fait pour renforcer cette tendance afin d’en tirer un maximum de profit, avec des conséquences désastreuses pour la planète”.

Pauline Debrabandere, coordinatrice de campagnes de Zero Waste France

MISES SUR LE MARCHÉ D’ÉLÉMENTS D’AMEUBLEMENT
PAR CATÉGORIES, EN MILLIERS DE TONNES

Légende : les différentes catégories d’éléments d’ameublement
CAT01 : meubles de salon, séjour, salle à manger
CAT02 : meubles d’appoint
CAT03 : meubles de chambre à coucher
CAT04 : literie
CAT05 : meubles de bureau
CAT06 : meubles de cuisine
CAT07 : meubles de salle de bains
CAT08 : meubles de jardin
CAT09 : sièges
CAT10 : meubles techniques, commerciaux et de collectivités
CAT11 : produits rembourrés d’assises et de couchage

Aujourd’hui, les éco-organismes dédiés collectent 1,3 million de tonnes de déchets d’ameublement, soit seulement 42% en tonnage des éléments mis sur le marché. Près de la moitié de ces déchets collectés sont non-réutilisables, non-réparables et non recyclables. Ainsi, ils sont purement et simplement brûlés en incinérateur et en cimenterie, ou enfouis en décharge.

Fast-fashion, fast-déco : même combat

Au-delà des quantités astronomiques de meubles et d’éléments de décoration mis sur le marché, d’autres facteurs attestent de l’émergence d’un système de fast-déco reposant sur les mêmes pratiques que la fast-fashion : renouvellement rapide des collections, conditions de travail parfois contraires à la dignité humaine, dumping environnemental et social, prix très bas et promotions permanentes, utilisation des réseaux sociaux et “gamification”…

Aujourd’hui, une enseigne milieu de gamme comme Maisons du Monde commercialise chaque année 3 000 nouvelles références, parmi les 15 000 proposées. De nouveaux acteurs, comme Shein et Action, ont fait irruption sur le marché de la déco low-cost, en s’appuyant sur des communautés très actives sur les réseaux sociaux, friandes de “hauls” et d’”unboxing”. Résultat : 46 % des acheteur·ses de produits de décoration renouvellent au moins une fois par an des éléments de leur pièce à vivre.

Face à une saturation de biens, le secteur de la décoration fait le choix d’accélérer son rythme de production vers des niveaux insoutenables pour la planète. Avec toujours le même objectif : donner envie en créant de toute pièce un besoin superficiel

Pierre Condamine, chargé de campagne surproduction aux Amis de la Terre France
UN MARCHÉ DE LA DÉCORATION EN PLEIN ESSOR

A l’heure du dépassement des limites planétaires, il est urgent d’encadrer le secteur afin de limiter sa consommation démesurée de ressources.

Pierre Condamine, chargé de campagne surproduction aux Amis de la Terre France

Le réemploi et la réparation, des alternatives qui ont besoin de soutien

Il existe des alternatives efficaces pour limiter l’impact des meubles et de la décoration, comme le réemploi et la réparation. Selon une estimation de RREUSE, réseau européen des entreprises sociales du réemploi, les activités de ses membres ont permis en 2022 de détourner environ 1 million de tonnes de marchandises et de matériaux de sites d’enfouissement où ils auraient dû finir leur vie, et d’étendre la durée de vie d’environ 214 500 tonnes d’objets grâce au réemploi. Cette activité compense ainsi chaque année les émissions annuelles de CO2 de plus de 108 000 citoyen·nes européen·nes.

Mais bien que le réemploi et la réparation soient légalement prioritaires sur le recyclage et l’incinération, ces activités restent marginales. Par exemple, le taux de meubles réemployés, parmi ceux collectés par les éco-organismes, est en baisse constante depuis 2017 et n’a jamais dépassé 3%.

En particulier, le réemploi des meubles se heurte à de nombreuses difficultés, du fait de la baisse de qualité des objets collectés, du manque de foncier pour gérer ce flux particulièrement consommateur d’espace, du risque de détérioration des objets pendant la collecte, mais aussi du manque de financement du réemploi et de la réparation.

L’explosion de la production de meubles de faible qualité a des impacts très négatifs sur le taux de réemploi dans les Ressourceries et Recycleries

Catherine Mechkour Di Maria, Secrétaire générale du Réseau National des Ressourceries et Recycleries.
LE FONDS RÉPARATION, UNE INCITATION POUR LES CONSOMMATEUR·ICES À RÉPARER LEURS BIENS

Plus de la moitié des meubles que nous recevons vont directement en benne pour recyclage, alors que celui-ci est non-prioritaire par rapport au réemploi. Quand on rajoute à cela le coût important du foncier pour le stockage et la vente dans cette filière, on débouche sur un problème structurel : le réemploi des meubles est complètement sous-financé en France”.

Catherine Mechkour Di Maria, Secrétaire générale du Réseau National des Ressourceries et Recycleries.

Les propositions des associations pour mettre la fast-déco au placard

Zero Waste France, Les Amis de la Terre France et le Réseau National des Ressourceries et Recycleries demandent des mesures contraignantes pour :

  • réduire les quantités de meubles et éléments de décoration commercialisées en France, afin de respecter la limite de +1,5°C fixée par l’Accord de Paris.
  • doubler les montants investis pour le développement du réemploi dans le secteur de l’ameublement et de la décoration, sous l’impulsion de l’Etat.
  • soumettre les éléments de décoration au principe du pollueur-payeur à travers la filière à responsabilité élargie du producteur (REP) dédiée, au même titre que les éléments d’ameublement.
  • limiter et encadrer les pratiques marketing et la publicité incitant à la surconsommation.
  • faire baisser le coût de la réparation des meubles et éléments de décoration sous le seuil psychologique de 33% du prix neuf, grâce à des aides adaptées (“bonus réparation”).
  • interdire ou a minima mettre en place des pénalités fortement dissuasives dès 2025 pour les produits non recyclables ou fabriqués avec des ressources non gérées durablement, comme les fleurs en plastique.

À PROPOS

Zero Waste France est une association citoyenne, créée en 1997, qui milite pour la réduction des déchets et une meilleure gestion des ressources à travers plusieurs types d’actions :

  • Influencer les décideurs politiques français et européens pour la création de nouvelles lois plus ambitieuses sur la réduction des déchets.
  • Dénoncer et intenter des actions en justice contre les organisations qui ne respectent pas leurs obligations juridiques.
  • Soutenir et accompagner les acteur·ices de terrain, tel·les que les collectivités et les associations locales.
  • Informer les citoyen·nes des enjeux, notamment réglementaires, liés à la prévention et à la gestion des déchets.

Le Réseau National des Ressourceries et Recycleries (RNRR) est une tête de réseau comptant 247 adhérents, répartis sur l’ensemble du territoire français, de la métropole aux territoires d’outre-mer. Depuis plus de 20 ans, le Réseau National des Ressourceries et Recycleries fédère des acteurs de terrain, associations et collectivités territoriales. Il s’est doté de missions ayant toutes un objectif central : faire des structures du Réemploi Solidaire des actrices incontournables de la bifurcation écologique et sociale nécessaire à la société.

La fédération des Amis de la Terre France a été créée en 1970 par des citoyen·nes qui prennent conscience des impacts du modèle de société en train de s’imposer, et décident alors de s’engager pour changer le système. Les Amis de la Terre militent pour une transition vers des sociétés soutenables au Nord comme au Sud. Notre approche intègre à la fois des problématiques sociales, économiques et environnementales.

A lire

Pour sauver le Pacte Vert européen, mobilisation générale !

Alors que les attaques continuent contre le Pacte vert...

Comment associer transition écologique et justice sociale ?

Alors que les Français se disent inquiets des effets...

30 solutions et retours d’expérience pour adapter les villes au changement climatique

L’Agence Parisienne du Climat et ses partenaires, dont la...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Un toit solaire moins cher qu’un toit traditionnel en tuiles ?

Les systèmes de toitures solaires sont désormais moins chers...

En 2024, 500 000 foyers français produisent et consomment leur électricité grâce au soleil

A l’occasion de la journée internationale du soleil le...

Le vélo, une solution pour développer localement une mobilité inclusive et durable

20% de la population française est en situation de...

Agir pour le vivant et construire une écologie politique inclusive

Agir pour le vivant est un festival citoyen ouvert...

A quand l’indicateur du Bonheur National Brut ?

« Le bonheur de tous ». C’est par ces mots...
Cyrille Souche
Cyrille Souchehttp://cdurable.info
Directeur de la Publication Cdurable.info depuis 2005. Cdurable.info a eu 18 ans en 2023 ... L'occasion d'un nouveau départ vers un webmedia coopératif d'intérêt collectif pour recenser et partager les solutions utiles et durables pour agir et coopérer avec le vivant ...

Montée des eaux : l’urgence de solutions fondées sur la nature pour le bassin méditerranéen

Une équipe de scientifiques publie de nouveaux résultats dans Conservation Biology, sur l’impact des changements climatiques à venir sur la biodiversité du bassin méditerranéen....

Pour sauver le Pacte Vert européen, mobilisation générale !

Alors que les attaques continuent contre le Pacte vert à l’approche des élections européennes, états, entreprises et ONG se mobilisent pour sauver un paquet...

Comment associer transition écologique et justice sociale ?

Alors que les Français se disent inquiets des effets du changement climatique et estiment qu’il est urgent d’agir, la nécessité de la est...