Dans l'actualité :

Quelles perspectives sur les ressources mondiales 2024

Le monde est confronté à une triple crise planétaire...

Quand la permaculture inspire l’habitat et l’entreprise

Notre mode de développement n’est plus viable. Il creuse...
Donner du sens à vos échanges

La carte Sol pour payer de manière équitable et solidaire

La monnaie « sol » (pour solidaire) fête sa première année d’expérimentation. Ce système de paiement électronique se présente sous la forme d’une carte, comparable aux cartes de fidélité, à laquelle est attaché un certain nombre de sols d’une valeur de 0,10 euro chacun. Elle peut être utilisée comme moyen de paiement ou d’échange. Imaginée par la MAIF, la Macif, le Crédit coopératif et le groupe Chèque-déjeuner, cette monnaie, d’inspiration équitable et solidaire, est valide au sein d’un réseau d’entreprises qui partagent ces valeurs dans 5 régions expérimentales : Bretagne, Ile de France, Nord Pas de calais, Rhône Alpes et Alsace. De janvier à fin octobre 2007, les transactions ont représenté 36 500 sols, soit l’équivalent de 3 650 euros. Un millier de cartes sol sont actuellement en circulation et plusieurs centaines d’autres devraient être distribuées dans les semaines qui viennent.

Aujourd’hui, la richesse est souvent réduite à l’argent, les indicateurs de richesse ne prennent en compte que ce qui se mesure en valeur monétaire. Toutes les activités économiques sont comptabilisées de la même manière, qu’elles améliorent la vie ou soient porteuses de destructions écologiques ou humaines. Au contraire tout ce qui ne donne pas lieu à des échanges en argent est ignoré. L’entraide, la vie associative, le temps passé avec les enfants ou l’attention portée aux anciens sont ignorés… Ce qui n’a pas de prix n’a plus de valeur ! La monnaie a été inventée comme outil pour faciliter les échanges. C’est une unité de compte dans un espace de confiance permettant d’aller plus loin que le troc. Mais dès que l’idée que l’on se fait de la richesse repose uniquement sur la valeur monétaire, sur l’argent, la spéculation prend le pas sur la fonction d’échange. Marie-Odile NOVELLI, Vice-Présidente du Conseil régional déléguée au Logement, au Foncier à la politique de la Ville et aux Solidarités explique le soutien de la Région Rhône-alpes au projet Sol (dans le cadre du lancement du Sol à Grenoble le 28 novembre 2007) : L’économie sociale et solidaire est une nouvelle compétence, issue notamment de la volonté de passer toutes les politiques régionales à l’aune du développement Durable. C’est un projet plus révolutionnaire qu’il n’y paraît, et plus réaliste qu’on ne le croit : Aujourd’hui en France l’ambiance est à la peur de la mondialisation, de la destruction de notre équilibre économique et social par le déploiement du productivisme et de l’ultra-libéralisme. Notamment parce que l’on n’entrevoit pas de solutions. Face à cette crainte, il y a plusieurs réponses possibles : 1) le repli, révolté ou frileux, qui n’ améliore pas la situation 2) le renforcement de la compétitivité qui sauve – éventuellement- l’économie nationale, et contribue à détériorer la situation ailleurs… 3) enfin, la promotion d’une économie qui permette à chacun de vivre convenablement, ici et ailleurs. Cette économie correspond notamment à celle que l’on nomme « sociale et solidaire ». Le projet SOL s’inscrit dans cette perspective avec au moins quatre spécificités : – La valeur d’un SOL est fondée sur son effet de solidarité et d’utilité sociale et non sur sa valeur marchande. Le cours du SOL engagement est de 1 mn de temps d’activité, quelle que soit l’activité, manuelle ou intellectuelle, le niveau de diplôme de la personne qui l’exerce. – L’orientation de la consommation vers des productions soutenables (au plan environnemental et du développement durable) – L’absence de spéculation, puisque le SOL a une durée limitée dans le temps – Le temps de travail bénévole a de la valeur. Toute l’activité des associations qui favorise le lien social sans contre-partie marchande est une des conditions d’un monde vivable. Ces conditions, l’économie marchande tend à les nier voir à les détruire (alors que les fondateurs de l’économie classique montraient qu’il s’agit des conditions de possibilités de l’économie) ; la monnaie SOL les met en valeur… Plus largement, elle s’inscrit dans une démarche de transformation de l’économie : en effet, la monétarisation de l’économie, sa transformation en une sphère autonome, hypertophiée, est récente au regard de l’histoire. Les formes d’économies sont plurielles, même chez nous , mais on ne le voit pas : l’économie domestique, celle qui permet aux êtres humains et à la sociéte de se reproduire (en élèvant des enfants par ex,) est très importante, et essentiellement « bénévole ». L’économie Sociale et Solidaire, et la monnaie sol qui la symbolise, contribue à « réencastrer » l’économie dans le lien social, contribue à la cohésion sociale, au lieu de rentrer en concurrence avec elle comme le fait l’économie marchande.

Donnez du sens à vos choix de consommation

La carte Sol
La carte Sol
Contribuez au développement d’une économie basée sur des valeurs écologiques, humaines et sociales, en renforçant l’économie sociale et solidaire. Comment participer ? – Lors de vos achats dans une structure de l’économie sociale et solidaire, une carte SOL vous est remise. – Les achats effectués dans les structures du réseau SOL donnent droit à des SOLs Coopération cumulés sur votre carte. – Les SOLs Coopération peuvent vous servir à régler une partie de vos achats dans les structures SOL. – Vous cumulez et dépensez librement vos SOLs Coopération dans toutes les structures du réseau SOL ! – Vous pouvez aussi donner vos SOLs Coopération à des projets solidaires. — Exemple : Lors d’un achat dans un commerce équitable, le commerçant vous donne 30 SOLs. Libre à vous de dépenser ces SOLs au cinéma associatif, au café-librairie, ou encore au restaurant bio de votre quartier. Quels biens et services sont accessibles avec les SOLs Coopération ? – La liste des biens et services donnant droit à et pouvant être réglés en SOLs Coopération est consultable sur le catalogue – Seuls les entreprises et organismes signataires de la charte SOL peuvent distribuer et recevoir des SOLs. Le SOL Coopération, monnaie fondante… Unité de compte et moyen d’échange, le SOL Coopération ne permet pas la spéculation : s’ils ne sont pas utilisés par les consommateurs, les SOLs Coopération perdent de la valeur au fil du temps… – Votre carte SOL est valable jusqu’au 31 décembre 2008. – Pendant cette période, chaque SOL Coopération acquis conserve sa valeur 6 mois. Puis il perd progressivement de sa valeur : on dit qu’il “fond”. – La valeur qui a ainsi “fondu” n’est pas perdue : elle vient alimenter le fonds de fonte, compte commun de SOLs Coopération servant à la réalisation de projets solidaires. En tant que membre de l’association SOL, vous pouvez proposer des projets, voter et participer aux choix d’affectation de ce fonds.

 

A lire

Efficacité, rénovation et transition énergétique : ambition 2030

Chantier prioritaire de la planification écologique, la rénovation énergétique...

Que veut le Rassemblement national sur le climat ?

À l'approche des élections européennes, le Pacte vert est...

Élu(e)s pour agir ? Rejoignez le réseau Ademe !

Gilles Pérole est adjoint au maire de Mouans-Sartoux (06)...

Quand les agriculteurs s’impliquent dans les énergies renouvelables

Quand agriculteurs et riverains d’un territoire s’associent pour développer...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Quand la permaculture inspire l’habitat et l’entreprise

Notre mode de développement n’est plus viable. Il creuse...

Stockage intersaisonnier de chaleur : la solution de chauffage – climatisation durable et décarbonée

Le stockage intersaisonnier de chaleur consiste à mettre en...

Tu veux changer les choses ? Avec l’ingénierie tu peux vraiment tout faire !

En France, il manque 20 000 ingénieurs et ingénieures...

Baromètre de confiance envers les fruits et légumes frais

Avec + 4,9 % d'après l'INSEE, l'inflation des produits...
David Naulin
David Naulinhttp://cdurable.info
Journaliste de solutions. Formation "Devenir journaliste" au CFPJ en 2022

Quelles perspectives sur les ressources mondiales 2024

Le monde est confronté à une triple crise planétaire : le changement climatique, la perte de biodiversité, la pollution et les déchets. L'économie mondiale...

Quand la permaculture inspire l’habitat et l’entreprise

Notre mode de développement n’est plus viable. Il creuse les inégalités, consume la bio-régénérescence de la planète et accélère le dérèglement climatique. Il y...

Pourquoi bouder l’alimentation bio malgré la réduction de l’écart de prix avec les produits conventionnels ?

Choisit-on consciemment ce que l'on mange ? Chaque jour, nous favorisons, à travers nos choix alimentaires, un type d’agriculture plutôt qu’un autre. Les aliments...