Dans l'actualité :

Méthanisation : un levier pour l’agroécologie ?

La méthanisation est-elle vraiment un levier pour l’agroécologie ? Aude Dziebowski,...

Pourquoi créer une taxe sur la spéculation financière ?

Agir pour le climat soutient la mise en place...

Fédérer agriculteurs et entreprises pour régénérer notre terre

L’agriculture, c’est 40% des surfaces terrestres et 25% des...
Numéro 22 novembre - décembre 2008

Echo Nature: L’eau, l’homme et l’alimentation

Nature, Habitat, Santé et Écologie

Le magazine Echo Nature est un bimestriel d’information environnementale. Emanant du site d’information Univers-nature.com, dont il partage la Rédaction, il présente un contenu spécifique et le confort du papier (50% recyclé, éco-certifié FSC et encres végétales – 48 pages), avec à chaque numéro 4 dossiers thématiques (écologie, habitat, nature, santé), un conseil du professionnel en habitat, des pleins phares sur des sujets d’actualité, une interview et de nombreuses autres informations pour, au final, « Informer sans être radical, Vulgariser sans simplifier, Donner les clés pour laisser juge ». Lancé en avril 2005, son tirage varie entre 13000 et 20000 exemplaires (pour le hors série), avec une diffusion nationale en librairies, divers magasins bio, salons et sites Internet, ainsi que par abonnement. Sa parution est bimestrielle et comporte un numéro hors série par an.

Dossier

Les agrocarburants : le miracle éphémère Le début du XXIe siècle a vu naître, dans de nombreux pays industrialisés, un engouement prononcé pour l’utilisation, dans les transports, de carburants d’origine végétale à la place du bon vieux pétrole. Quelques années après, cette ressource, qui apparaissait comme une sorte de miracle énergétique, se développe lentement et suscite des polémiques de plus en plus violentes. Origines d’un développement Autour de 2005, les pays occidentaux ont vu s’affirmer deux menaces qui pouvaient mettre en danger, dans un futur proche, leur prospérité économique. D’un côté les rapports de la grande majorité des scientifiques indiquaient que le réchauffement climatique s’accélérait et que les conséquences risquaient d’être assez rapidement désastreuses. D’un autre côté les premiers signes d’une limite de la production pétrolière et de sa concentration dans quelques pays de la planète pouvaient engendrer à moyen terme une asphyxie des économies. Face à cela, fabriquer en masse du carburant à partir de ressources végétales est apparu comme le début d’une réponse à ces deux enjeux, solution d’autant plus simple à apporter que les technologies existaient déjà et qu’un pays, le Brésil, les avait mis en œuvre à grande échelle. Il est vrai qu’à première vue, l’exemple brésilien pouvait laisser espérer une solution miracle. Après le premier choc pétrolier des années 1970, le Brésil s’est lancé dans le développement des agrocarburants, avec une forte croissance entre 1975 et 1990, puis une période de stagnation lors du contre-choc pétrolier de la dernière décennie du XXe siècle. Dès le début des années 2000, sous l’impulsion du gouvernement, les industriels et les constructeurs automobiles ont fortement relancé la croissance du secteur. Les autorités du pays ont imposé d’incorporer entre 20 et 25 % d’éthanol dans l’essence et le secteur automobile a mis sur le marché des véhicules « flex fuel » permettant aux consommateurs de choisir à la pompe soit de l’essence, soit 100 % d’éthanol. Cela a permis au Brésil d’afficher en 2005 dans le domaine des agrocarburants des résultats spectaculaires : plus de 12 millions de tonnes d’éthanol consommées par les transports, soit le tiers de la production mondiale de l’époque. Ce volume a permis d’économiser près de 40 % de la consommation d’essence pour véhicule du pays soit environ 15 % de la consommation globale de carburant du Brésil. Ce bilan, qualifié alors d’exemplaire par de nombreux acteurs politiques et économiques, a été un fort accélérateur du développement des agrocarburants dans les pays industrialisés. D’autant plus que le Brésil a très vite affiché sa volonté de devenir un acteur international majeur dans ce secteur, assurant ainsi les pays occidentaux de pouvoir compléter leur besoin. A cette époque, sans doute l’aveuglement créé par une solution trop simpliste a donné peu d’écho aux quelques voix qui tentaient de pondérer cet engouement en précisant que le Brésil possédait d’immenses surfaces forestières et devait en détruire de nombreux hectares chaque jour pour poursuivre son développement. Actuellement ces actions de déforestation continuent à un rythme très soutenu ; d’après les chiffres 2008 de l’Institut national brésilien de recherches spatiales, ce sont plus de 1 000 km2 qui sont détruits tous les mois. …

Au sommaire du numéro 22 (novembre – décembre 2008)

– Edito: Avec Borloo, je positive !… – 2 mois d’actualité – Plein phare: Le mal-être des huîtres entre modification génétique et perte de diversité – Dossier environnement: Agrocarburants – le miracle éphémère – Grand dossier spécial « Eau »: L’eau, l’homme et l’alimentation : Comment nous dévorons l’eau de la planète (1re partie) – Plein phare: Les coulisses de l’assiette – Dossier nature: Arbres le défi du XXIe siècle – Carnet d’adresses – Pour le plaisir des yeux: Les geysers – Dossier habitat: Puits de lumière éclairage naturel – Le conseil du Pro.: L’insufflation de ouate de cellulose – Dossier santé: Un atout santé : la thérapie assistée par l’animal – Plein phare: Le bisphénol A entre doute et toxicité avérée – A voir, à lire, à écouter – L’agenda – Savoir faire – Soupe au potiron – Du gingembre râpé pour le mal de gorge et le rhume – Tourte aux poireaux – Repères: Les chiffres du recyclage en France – Opinion: Je préférais rêver à ma petite écologie logo-echo.jpgS’abonner à Echo Nature MagazineConsulter le site univers-nature

M&C – Régie d’espaces de Communication Responsables

Le magazine Echo Nature recherche des Annonceurs Responsables pour soutenir son développement durable par l’achat d’espaces de communication responsables auprès de l’Agence M&C : pour plus d’informations, télécharger le Média Kit Echo nature-M&C

 

A lire

Méthanisation : un levier pour l’agroécologie ?

La méthanisation est-elle vraiment un levier pour l’agroécologie ? Aude Dziebowski,...

Un monde sans argent inspire partage et rencontres …

Un monde sans argent, une idée du Grand Projet...

Quels sont les enjeux écologiques des élections européennes ?

Les prochaines élections européennes seront cruciales pour l’avenir de...

Accélérer le passage à l’action pour la résilience des stations de montagne

Un séminaire de travail Green Cross a eu lieu...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Fédérer agriculteurs et entreprises pour régénérer notre terre

L’agriculture, c’est 40% des surfaces terrestres et 25% des...

Roots of Tomorrow : un Jeu Vidéo gratuit pour comprendre l’agroécologie

Gamabilis, studio indépendant français, a créé Roots of Tomorrow,...

Etudiant-e ? Secoue ton campus !

D’après la Consultation Nationale Étudiante 2023, 74% des étudiant·es...

Bachelor ACT, un diplôme pour les métiers porteurs de sens

Alors que de plus en plus de jeunes expriment...

Méthanisation : un levier pour l’agroécologie ?

La méthanisation est-elle vraiment un levier pour l’agroécologie ? Aude Dziebowski, Université de Strasbourg; Emmanuel Guillon, Université de Reims Champagne-Ardenne (URCA); Romain Debref, Université de Reims...

Pourquoi créer une taxe sur la spéculation financière ?

Agir pour le climat soutient la mise en place d'une taxe européenne sur les transactions financières dont les recettes serviraient la transformation écologique de...

Fédérer agriculteurs et entreprises pour régénérer notre terre

L’agriculture, c’est 40% des surfaces terrestres et 25% des émissions de gaz à effet de serre. L’agriculture régénératrice permet de séquestrer du carbone dans...