Dans l'actualité :

Tu veux changer les choses ? Avec l’ingénierie tu peux vraiment tout faire !

En France, il manque 20 000 ingénieurs et ingénieures...

Restauration de la nature : une victoire citoyenne pour la biodiversité !

Le Parlement européen a franchi une étape décisive pour...

Installer des panneaux solaires en 2024

Alors que les coûts de l'énergie explosent, le prix...
Consomm'action

Du champagne bio pour le réveillon du nouvel an

En Champagne, de plus en plus de producteurs se lancent dans la viticulture sans désherbants ni produits chimiques. Pour le réveillon du nouvel an, nous vous avons sélectionné quelques crus d’exception…

Le champagne, qui sait souvent faire oublier qu’il s’élabore à partir de raisins, a plutôt pris jusqu’à aujourd’hui l’habitude de construire son image à l’aide d’artifices techniques et commerciaux. Mais depuis quelques années, des viticulteurs développent une autre image, plus respectueuse de l’Homme et de la nature. Pour eux, la démarche bio ne manque pas d’arguments rationnels. Le champagne reste un produit d’exportation par excellence et, vendant beaucoup de bouteilles en Europe du Nord, les Champenois s’entendent, de ce côté-là, de plus en plus souvent réclamer des vins sans désherbants ni produits chimiques. Il y a donc une demande. Et, avant que celle-ci ne se manifeste, beaucoup de vignerons, sans répondre à toutes les conditions de la culture bio, avaient déjà compris depuis longtemps que le champagne n’est grand que par l’expression de ses terroirs de craie et qu’il fallait préserver la vigne de toute autre influence. C’est d’ailleurs chez eux que se développent aujourd’hui la plupart des tentatives pour aller le plus loin possible. Leurs efforts coûtent plus ici qu’ailleurs, rappelait L’Express en 2004 : la Champagne est resté très longtemps le vignoble le plus «sale» et le plus pollué de France. L’affaire des «gadoues» ou «boues de ville» en est le triste symbole. Pendant des décennies, beaucoup de vignes furent, ici, nourries du produit des décharges urbaines, notamment parisiennes. Cela a continué malgré l’apparition du plastique, devenu, à partir des années 1960, l’élément dominant des détritus ménagers. Il a fallu attendre 1995 pour que cette pratique soit interdite. Le sol en reste marqué: dans les vignes de beaucoup de grandes marques – marques dont les publicités vantent sur papier glacé la pureté et la luminescence de leurs bulles – les vendangeurs doivent encore piétiner brosses à dents, piles usagées, sacs en plastique, débris de jouets, etc. La pollution n’est pas seulement esthétique, ces gadoues étant riches en éléments métalliques alors que le propre d’un terroir crayeux est leur absence. Si l’on ajoute au tableau les désherbants chimiques épandus de plus en plus souvent par hélicoptère, on comprend aisément que la pratique bio constitue ici une rupture culturelle moins aisée qu’ailleurs. Aujourd’hui ils sont une vingtaine de viticulteurs à vendre un champagne élaborée à partir de raisins cultivés sans pesticides, sans herbicides, sans fongicides ni engrais de synthèse.

Les producteurs

Labour dans le domaine Agrapart - Avize
Labour dans le domaine Agrapart – Avize
Jacques Beaufort, installé à Ambonnay, fut un des pionniers, en sortant son premier champagne bio en 1974. Les récompenses qu’il obtient ainsi que le succés de ses champagnes font des envieux : les autres viticulteurs se sont mis à s’intéresser au bio… S’ils ne font pas tous du bio, ils sont nombreux à avoir pris conscience du problème en essayant de s’en approcher au plus près. Même les vignobles champenois de grandes dimensions, dont les exploitations se rapprochent du monde industriel se mettent au bio, comme la maison Leclerc-Briant, qui passe la totalité de ses 30 hectares en biodynamie. De nombreux autres producteurs sont aussi à découvrir en bio ou en biodynamie : Jean-Pierre Fleury, Pascal Agrapart, Larmandier-Bernier… – Jacques Beaufort, 1, rue de Vaudemange, 51150 Ambonnay, 03-26-57-01-50. Brut et demi-sec ; Ambonnay grand cru brutDrappier, rue des Vignes, 10200 Urville, 03-25-27-40-15.Pascal Agrapart : 57, avenue Jean Jaures 51190 AVIZE – Tél. : 03 26 57 51 38Vincent Bliard cuvée carte noire brute dès 15.80€ et plusieurs cuvées disponibles (choisi en 2007 par le magazine Quelle santé) – Fleury cuvée carte rouge à partir de 20€ (plusieurs cuvées disponibles) (choisi en 2007 par le magazine Quelle santé) – Larmandier-Bernier, 43, rue du 28-Août, 51130 Vertus, 03-26-52-13-24.Laval 3 cuvées Cumières : Les Chênes à partir de 30€Leclerc-Briant, 67, rue Chaude-Ruelle, 51200 Epernay, 03-26-54-45-33

Le plus santé

En choisissant un champagne bio, les maux de tête les lendemains de fête seront rares grâce à la présence beaucoup plus limitée de sulfite. Le sulfite ou anhydride sulfureux, est l’un des polluants atmosphériques les plus agressifs. Mais antioxydant et antiseptique il permet de stabiliser le vin et le conserver. Dans les champagne bio, l’utilisation est réduite de moitié en moyenne, parfois même elle est complètement supprimée. Vérifier bien l’étiquette la mention « contient des sulfites » est obligatoire à partir de 10g/ml. Par contre, le producteur n’a pas obligation de mentionner la dose exacte.

 

Sources : L’Express (06/12/2004) : L’ascension des bulles bio – Magazine Quelle santé ! (décembre 2007)

A lire

Efficacité, rénovation et transition énergétique : ambition 2030

Chantier prioritaire de la planification écologique, la rénovation énergétique...

Que veut le Rassemblement national sur le climat ?

À l'approche des élections européennes, le Pacte vert est...

Élu(e)s pour agir ? Rejoignez le réseau Ademe !

Gilles Pérole est adjoint au maire de Mouans-Sartoux (06)...

Quand les agriculteurs s’impliquent dans les énergies renouvelables

Quand agriculteurs et riverains d’un territoire s’associent pour développer...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Tu veux changer les choses ? Avec l’ingénierie tu peux vraiment tout faire !

En France, il manque 20 000 ingénieurs et ingénieures...

Baromètre de confiance envers les fruits et légumes frais

Avec + 4,9 % d'après l'INSEE, l'inflation des produits...

Fédérer agriculteurs et entreprises pour régénérer notre terre

L’agriculture, c’est 40% des surfaces terrestres et 25% des...

Roots of Tomorrow : un Jeu Vidéo gratuit pour comprendre l’agroécologie

Gamabilis, studio indépendant français, a créé Roots of Tomorrow,...

Etudiant-e ? Secoue ton campus !

D’après la Consultation Nationale Étudiante 2023, 74% des étudiant·es...
David Naulin
David Naulinhttp://cdurable.info
Journaliste de solutions. Formation "Devenir journaliste" au CFPJ en 2022

Tu veux changer les choses ? Avec l’ingénierie tu peux vraiment tout faire !

En France, il manque 20 000 ingénieurs et ingénieures diplômés chaque année. Syntec-Ingénierie, la fédération professionnelle de l’ingénierie, lance une campagne de communication qui...

Restauration de la nature : une victoire citoyenne pour la biodiversité !

Le Parlement européen a franchi une étape décisive pour restaurer et protéger de la biodiversité en Europe en adoptant le règlement sur la restauration...

Installer des panneaux solaires en 2024

Alors que les coûts de l'énergie explosent, le prix de vente du surplus d'électricité généré par des panneaux photovoltaïques est désormais indexé sur l'inflation....