Dans l'actualité :

Renforcer la résilience des entreprises face au changement climatique

La Conférence permanente des chambres consulaires et organisations intermédiaires...

La station d’épuration du Pays d’Aix rénove sa Zone de Rejet Végétalisée

Inaugurée en mai 2024 par la Régie des Eaux...

5 propositions pour une approche systémique du développement international

La mesure d’impact doit être la boussole du passage...
Mardi 2 septembre à partir de 21h00 sur Arte

Armes, trafic et raison d’État

Un film de Paul Moreira et David André

Chaque jour, des milliers d’armes légères sont vendues, revendues, échangées, au mépris du droit international. Elles finissent toujours par échouer dans les mains de dictatures sanguinaires, de bandes incontrôlées, de gouvernements génocidaires. Avec 700 millions d’armes légères en circulation, le commerce des armes ne connaît pas la crise : 14 milliards de balles sont produites chaque année (soit 2 par être humain) et elles tuent 1000 personnes par jour … Comment freiner ce commerce de la mort qui pèse au moins 1200 milliards de dollars par an ? Pourquoi certains pays occidentaux ferment-ils les yeux ? Une enquête édifiante de Paul Moreira et David André diffusée mardi à 21h00 sur Arte.

L’enquête sera diffusée dans le cadre d’une soirée « Thema » et suivie, à 22h30, d’un débat ainsi que d’un chat sur le site d’Arte.

Extrait du documentaire

Documentaire de Paul Moreira et David André (France, 2008, 1h33mn) – Production : ARTE France, Premières lignes

Une soirée THEMA exceptionnelle : Des armes à abattre

Les armes légères tuent mille personnes par jour. Elles permettent les viols. Gangrènent pour longtemps des sociétés entières. Elles sont vendues, revendues, échangées au mépris du droit international. Elles échouent par milliers aux mains de dictatures sanguinaires, de bandes armées incontrôlées, de gouvernements génocidaires. Le commerce des armes a lieu dans une zone grise de la mondialisation. Là où les bandits et les ‘non-state actors’, les milices paramilitaires aux intérêts troubles, servent parfois les buts occultes des gouvernements. C’est dans cette zone obscure des échanges commerciaux que nous avons mené l’enquête. Nous sommes allés au coeur des combats en République Démocratique du Congo, là où la dissémination des armes a généré les plus grandes pertes civiles depuis la seconde guerre mondiale : 5 millions de morts en dix ans. Dans le plus grand silence. Théoriquement, le pays est soumis à un embargo strict. Pas une balle, pas un fusil ne devrait arriver dans la région. Nous avons rencontré les bandes armées. Elles nous ont avoué payer leurs Kalashnikovs avec le minerai précieux revendu à l’Occident. Tout au long du film, nous avons rendu compte du travail d’un groupe d’enquêteurs liés à Amnesty International et Oxfam. Avec des méthodes comparables à celles des services de renseignement, ils pistent le chemin des armes sur le tarmac des aéroports et dans des bases de données informatiques, ils interrogent des chefs de milice, des trafiquants repentis. Leur enquête bouclée, ils dénoncent les pays qui violent les embargos, identifient les intermédiaires opaques qui changent de pays et de passeport au gré de leurs business. Pourra-t-on mettre un frein au commerce de la mort ? C’est le but des militants de Amnesty, Oxfam et IANSA qui se battent pour un traité international. Nous les avons suivi jusque dans les couloirs de l’ONU au coeur de leur lobbying. Et nous avons découvert que leurs adversaires les plus acharnés ne sont pas les états voyous. Ils occupent même un siège de choix au Conseil de Sécurité. – Visionnez sur le site d’Arte l’interview des réalisateurs du film, ils racontent les moments forts du tournage. – Accédez au forum de discussion de l’émissionConsulter le blog de Paul Moreira

Pour en savoir plus : les sources de l’enquête

Les sites incontournables : – Le site de Amnesty International – Le site de Control Arms – Le site International Rescue Committee : En République Démocratique du Congo, la dispersion des armes entre diverses milices est responsable des plus grandes pertes civiles depuis la deuxième guerre mondiale, comme le révèle un rapport de l’IRC : 5 millions de morts en dix ans. Les rapports :Le rapport de 2003 des experts du conseil de sécurité de l’ONU (Groupe d’experts sur l’exploitation illégale des ressources naturelles et autres richesses de la République démocratique du Congo) sur la guerre en République démocratique du Congo, adressée Président du Conseil de sécurité. Il montre clairement comment le commerce du minerai alimente les groupes armés. Sans l’argent dégagé par les mines, il n’y aurait sans doute pas la guerre en RDC. Les experts de l’ONU, confrontés aux plus fortes pertes civiles depuis la deuxième guerre mondiale, ont tenté de convaincre les entreprises actives dans la région de ne plus investir dans le commerce des métaux précieux. De ne pas les acheter et de ne pas les transporter. A la fin du rapport, une liste des entreprises présentes sur le terrain. Elles sont classées en plusieurs sections. Depuis celles qui ont pris en compte leurs arguments et ont accepté de suspendre leurs activités jusqu’à celles qui n’ont même pas accepté de recevoir les experts de l’ONU, notamment Transintra, filiale à 100% du groupe Bolloré, (en anglais) – CICR: Rapport sur le Droit international humanitaire « Vies brisées armées développées » Ailleurs sur le web :John Bolton, ambassadeur des USA à l’ONU de aout 2005 à décembre 2006. Un néo-conservateur parmi les plus radicaux, il est contre tout traité multi-latéral pouvant engager les Etats Unis vis à vis des autres nations. Chargé par Bush de faire opposition à la démarche des ONG luttant pour un traité sur le commerce des armes, il fut l’ennemi le plus déterminé de la campagne Control Arms. En 1994, invité par Citizens for Global Solutions, il s’était livré à une violente diatribe contre l’ONU. Dix ans plus tard, il sera nommé ambassadeur par Bush. Ce qui fit dire au satiriste Jon Stewart : « C’est un peu comme si on avait confié la protection des baleines au capitaine Achab… » Livres : – « Le Chant de la Mission » de John Le Carré Editeur : Seuil – Date de parution : Septembre 2007 – 368 pages – EAN13 : 9782020898225 – Prix public : 21,80 € – « Trafic d’armes, le scandale » de Laurent Léger Editeur : Flammarion – Date de parution : Septembre 2006 – 341 pages – EAN13 : 9782080688002 – Prix public : 20,00 € – « Marchand d’armes » de Jean de Tonquedec et Jérôme Marchand Flammarion – 2003 – 358 pages Films : – « Lord of war » réalisé par Andrew Niccol avec Nicolas Cage, Ethan Hawke, Jared Leto Film américain – Durée : 2h2min. Année de production : 2005 – «Blood Diamonds » réalisé par Edward Zwick avec Leonardo DiCaprio, Djimon Hounsou, Jennifer Connelly Film américain – Durée : 2h22min. Année de production : 2006

 

A lire

5 propositions pour une approche systémique du développement international

La mesure d’impact doit être la boussole du passage...

Tims : des ressources en ligne pour une mobilité durable et inclusive

Les porteurs du programme national Tims lancent le premier...

Pour sauver le Pacte Vert européen, mobilisation générale !

Alors que les attaques continuent contre le Pacte vert...

Comment associer transition écologique et justice sociale ?

Alors que les Français se disent inquiets des effets...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Un toit solaire moins cher qu’un toit traditionnel en tuiles ?

Les systèmes de toitures solaires sont désormais moins chers...

En 2024, 500 000 foyers français produisent et consomment leur électricité grâce au soleil

A l’occasion de la journée internationale du soleil le...

Le vélo, une solution pour développer localement une mobilité inclusive et durable

20% de la population française est en situation de...

Agir pour le vivant et construire une écologie politique inclusive

Agir pour le vivant est un festival citoyen ouvert...

A quand l’indicateur du Bonheur National Brut ?

« Le bonheur de tous ». C’est par ces mots...
David Naulin
David Naulinhttp://cdurable.info
Journaliste de solutions écologiques et sociales en Occitanie.

Renforcer la résilience des entreprises face au changement climatique

La Conférence permanente des chambres consulaires et organisations intermédiaires africaines et francophones (Cpccaf) est, depuis son origine en 1973, au service de la croissance...

La station d’épuration du Pays d’Aix rénove sa Zone de Rejet Végétalisée

Inaugurée en mai 2024 par la Régie des Eaux du Pays d’Aix, la nouvelle Zone de Rejet Végétalisée de la Station d’Épuration a été...

5 propositions pour une approche systémique du développement international

La mesure d’impact doit être la boussole du passage à l’échelle des entreprises ! C’est pourquoi l’Impact Tank et le Groupe SOS prennent position...