CDURABLE.info sélectionne, depuis 10 ans, l'essentiel à savoir de l'actualité du Développement Durable pour comprendre et agir en acteur du changement.
 
 
Développement Durable en débat
Communiqué du Groupe PAC 2013 (FNH, WWF, FNAB, FNCIVAM, RAD, 4D, Solidarité)

Pour une autre PAC : l’agriculture n’a pas d’avenir dans un environnement dégradé

Nicolas Sarkozy interpellé par les ONG après les propos de Jean-Michel Lemétayer

mardi 6 avril 2010
Posté par David Naulin

Imprimer Enregistrer au format PDF

Alors que le président de la République se rend aujourd’hui dans l’Essonne pour parler d’agriculture, des organisations réunies dans le Groupe PAC 2013 (FNH, WWF, FNAB, FNCIVAM, RAD, 4D, Solidarité) ont souhaité réagir sur les derniers propos de Jean-Michel Lemétayer, président de la FNSEA, qui oppose agriculture et environnement.

Selon les ONG, "en opposant revenu agricole et protection de l’environnement, Monsieur Lemétayer se trompe de cible et ne fait qu’amener les agriculteurs et les pouvoirs publics vers une impasse économique, sociale et écologique. De plus, le Président de la FNSEA occulte le coût, pour la société, du modèle agricole intensif qui a encore été mis en évidence récemment par la Cour des Comptes".

Les organisations signataires interpellent les responsables agricoles et politiques "pour que des contre-vérités ne tiennent pas lieu de méthode de travail". Dans la perspective de la réforme de la PAC, elles appellent à un dialogue constructif pour refonder l’agriculture vers un modèle viable. Vous trouverez ci-dessous l’interpellation et les propositions des ONG.



 Réaction de PAC 2013 aux propos de Jean-Michel Lemétayer

Paris, le 6 avril 2010 - Nos organisations (FNH, WWF, FNAB, FNCIVAM, RAD, 4D, Solidarité) mettent en cause les propos inquiétants et inacceptables tenus jeudi 1er avril par le président de la FNSEA. Ce discours s’inscrit dans une remise en cause générale des défis environnementaux par plusieurs responsables agricoles à laquelle nos responsables politiques sont manifestement sensibles, jusqu’à la présidence de la République.

L’environnement est un atout pour les agriculteurs

Bien conscients de la crise économique et sociale que traverse aujourd’hui le monde agricole, nous rappelons que faire de l’environnement un bouc émissaire serait se tromper de cible et ne pas rendre service aux agriculteurs.

Le président de la FNSEA s’obstine à opposer défense du revenu et protection de l’environnement. Or, de nombreux agriculteurs dégagent aujourd’hui un revenu en faisant de l’environnement un atout et non une contrainte. Il existe en effet des modèles agricoles, pratiqués par des milliers de paysans en France, qui sont bénéfiques pour l’environnement, rentables économiquement et créateurs d’emplois. Il est temps d’en tirer les leçons. Loin d’opposer environnement et revenu, nous proposons au contraire que les agriculteurs soient reconnus et rémunérés pour les services environnementaux qu’ils fournissent à la société toute entière.

A moyen terme, les agriculteurs doivent se préparer à un avenir dans lequel certaines ressources, telles que les énergies fossiles ou encore le phosphore, deviendront rares donc chères. Il s’agit d’anticiper les évolutions attendues. Enfin, à long terme, c’est mettre en danger l’avenir de l’agriculture et de nos sociétés que de baisser les exigences environnementales : l’agriculture dépend en effet entièrement des ressources naturelles (sols, biodiversité, eau...) et du bon fonctionnement des écosystèmes. Elle n’a donc pas d’avenir économique dans un environnement dégradé.

Le Commissaire européen à l’agriculture et au développement rural, Dacian Ciolos, a lui-même déclaré récemment que « l’environnement est le meilleur argument en faveur de la PAC », allant ainsi à l’encontre des discours tenus en France. En effet, la PAC est confrontée à une profonde crise de légitimité tant sociale qu’environnementale.

Le modèle agricole actuel n’est plus légitime et coûte très cher à la société

Lorsque M. Lemétayer égraine le coût pour les agriculteurs des contraintes environnementales, il oublie de préciser le coût, pour la société, du modèle agricole industriel qu’il défend et notamment la responsabilité des pollutions agricoles dans la dégradation de la qualité de l’eau en France.

Nous rappelons que ce sont les consommateurs, via leur facture d’eau, qui paient le plus lourd tribut. Leur redevance représentant 90% des ressources des agences de l’eau. Et c’est sans compter ce que coûtera au contribuable les possibles condamnations de la France pour non respect des directives européennes sur l’eau.

Le dernier rapport de la Cour des Comptes [1] est sans appel : les pollutions liées aux nitrates et aux phytosanitaires sont le résultat de « l’insuffisante volonté de l’Etat de remettre en cause des pratiques agricoles marquées par l’encouragement au productivisme et le choix d’une agriculture intensive ». Il préconise de « durcir l’encadrement réglementaire des pratiques agricoles » et de mettre les redevances liées aux pollutions agricoles, qu’il juge non dissuasives, « plus en rapport avec le coût de la dépollution ».

En niant ces réalités et en menant ce combat d’arrière-garde, on se demande quelle image du monde paysan le premier syndicat agricole français veut donner aux citoyens et aux consommateurs.

Le fossé entre le monde agricole et la société ne cesse de se creuser : il est temps de réagir !

Les propos de M. Lemétayer ne sont pas en phase avec les nouveaux défis auxquels l’agriculture est confrontée et contribuent malheureusement à creuser un fossé entre le monde agricole et la société. Il s’agit là d’un signal extrêmement négatif envoyé à la société civile mais aussi aux agriculteurs et aux gouvernements européens sceptiques sur l’intérêt de maintenir la PAC.

Nous interpellons le Premier ministre ainsi que les ministres en charge de l’Agriculture et de l’Ecologie, car nous n’acceptons pas que des contre-vérités sur le coût des normes environnementales et que certains dérapages verbaux tiennent lieu de nouvelle méthode de travail sur cet enjeu essentiel qui est de réconcilier l’agriculture, l’environnement et la société. Nous appelons aussi à ce que le rapport 2010 de la Cour des Comptes ne reste pas lettre morte et à ce qu’il contribue au débat.

Il en va de la responsabilité du Premier ministre et du président de la République non pas de défendre les agriculteurs contre l’environnement, mais de garantir un dialogue constructif autour du projet d’une agriculture réellement durable et solidaire qui soit la base d’un nouveau contrat social.

 Propositions du GROUPE PAC 2013

Afin de contribuer au débat, les organisations du Groupe PAC 2013 (FNH, WWF, FNAB, FNCIVAM, RAD, 4D, Solidarité) ont fait des propositions pour une PAC renouvelée, légitime aux yeux des citoyens et qui tienne compte simultanément des enjeux environnementaux, sociaux et économiques de nos sociétés. Pour en savoir plus sur ces propositions que vous télécharger en ligne, cliquez ici.

[1Rapport public annuel 2010, Les instruments de la gestion durable de l’eau, p 617-654. Disponible sur : http://www.ccomptes.fr/fr/CC/Sommaire-23.html.

Article lu 1483 fois



 

Accueil | Contact | Mentions légales | Espace privé | Statistiques du site
Nombre de visiteurs 10187204

71 visiteurs en ce moment

| Site réalisé avec SPIP |un site CDURABLE online

Agence MC Cdurable CDURABLE.com

RSSfr

Creative Commons License : Firefox


__________________________________________
Google
Loading
  Maison
La maison durable
  Cdurable.com
Agir pour un monde durable