[CDURABLE.info l'essentiel du développement durable] : Les CIGALES : notre épargne, levier pour entreprendre autrement et durablement
Actionnariat de proximité
Les CIGALES : notre épargne, levier pour entreprendre autrement et durablement
Par Pascale Dominique Russo aux Editions Yves Michel
lundi 31 mars 2008
par Jean Louis Bézert

Cet ouvrage décrit les principes de création et de fonctionnement des CIGALES et rappelle les grands évènements qui ont marqué l’histoire de ces clubs d’investissement très particuliers qui promeuvent, dans un cadre légal et classique, un économie alternative, de proximité, solidaire et respectueuse de l’environnement. Un ouvrage de Pascale Dominique Russo publié aux Editions Yves Michel.

Les CIGALES sont un exemple concret d’utilisation adaptée des règles et des structures économiques classiques dans un but d’économie solidaire et alternative.

Au fil des pages, nous parcourons les grands moments d’une histoire de plus de 20 ans d’une pratique originale et persévérante, de la création au réseau actuel qui compte plus de 110 clubs. Les premiers investissements ont eu lieu dans des sociétés oeuvrant dans des secteurs diversifiés comme le commerce équitable, la culture, l’insertion ; aujourd’hui il s’agit plus d’entreprises axés sur la protection de l’environnement, le développement durable ou l’insertion.

En 2007, les CIGALES représentent environ 110 clubs répartis sur tout le territoire et chaque CIGALES compte entre 5 et 20 Cigaliers. En partenariat avec d’autres acteurs de l’économie sociale et solidaire, chaque CIGALES aide, participe à la création et au développement des entreprises choisies suivant des critères stricts. Évidemment, tous les projets n’ont pas réussi, mais il est incontestable que l’aide de CIGALES a permis de belles réussites ! Citons, pour l’exemple, une société de location de voitures d’occasion, une résurrection de l’activité laine en Ardèche, un magasin pour l’enfant respectant les principes du commerce équitable, une entreprise de nettoyage industriel,....

Au fil des chapitres, l’auteur trace aussi le portrait de plusieurs acteurs qui ont joué un rôle essentiel dans l’histoire d’une ou plusieurs CIGALES, dans l’animation de la fédération ainsi que dans les nombreuses structures associées.

Quelques concepts forts lus au fil des pages :

« plus qu’un épargnant, le Cigalier devient un investisseur orienté vers la création d’entreprises de l’économie sociale et solidaire. »

« Aujourd’hui, les CIGALES soutiennent particulièrement des activités liés au commerce équitable, à la production BIO et aux énergies renouvelables ».

« Le travail dans l’humanitaire revêt un aspect humiliant pour les personnes des pays que l’on aide. Il a quelque chose de néo-colonialiste. L’humanitaire ne mène pas vers l’action économique, contrairement au commerce équitable. »

« L ’adhésion à l’idée de finance solidaire peut provenir parfois d’un souci de rendre son épargne utile dans la proximité.... Il s’agit souvent d’un coup de coeur. »

« Il faut faire entendre qu’il existe une diversité à l’intérieur des finances solidaire.... Le capital risque solidaire de proximité... repose sur trois dimensions : La création d’entreprise, l’association entre l’épargnant et l’entreprise et le caractère interprofessionnel de cette relation »

Bref, cet ouvrage est essentiel pour chaque Cigaliers, chaque porteur de projets, pour tous ceux qui souhaitent connaître des exemples concrets d’utilisation de notre épargne pour entreprendre autrement et, évidemment, pour tous ceux qui veulent donner du sens à leur épargne en rejoignant ou en créant une CIGALES !