[CDURABLE.info l'essentiel du développement durable] : Notre maison brûle au Sud : Que peut faire l’aide au développement ?
Notre maison brûle au Sud : Que peut faire l’aide au développement ?
jeudi 11 mars 2010
par David Naulin

Dans notre monde instable, nombre de régions à la dérive sont devenues de dangereux chaudrons où bouillonnent misère et frustrations. Serge Michailof et Alexis Bonnel décrivent dans cet ouvrage les chocs qui, au cours des prochaines décennies, vont frapper d’abord le Sud puis, par ricochet, nos pays riches. L’un des rares outils disponibles pour permettre de construire des États viables dans les régions en crise, autant que pour rendre enfin attractif le développement durable : une aide publique au développement entièrement repensée. Notre maison brûle au Sud. Et si nous regardions ce que nous pouvons faire au Nord ?

A une époque où l’on se gausse aisément d’une aide publique au développement que l’on charge de biens des maux, Serge Michailof et Alexis Bonnel procèdent à un bilan de l’aide depuis sa création dans le contexte de la guerre froide et de la décolonisation, et décrivent ses succès mais aussi ses dérives et ses erreurs. Ils mettent en évidence l’intérêt et les limites, de l’approche compassionnelle actuelle qui, via les objectifs du millénaire, tente d’instaurer une sorte de RMI à l’échelle mondiale. Alors que nombre de régions à la dérive sont devenues de dangereux chaudrons où bouillonnent misère et frustrations, ils décrivent les chocs qui, au cours des prochaines décennies, vont frapper tant le Sud que, par ricochet, nos pays riches.

Notre maison brûle au Sud : Que peut faire l'aide au développement ? Procédant à une analyse impitoyable de l’échec de l’intervention de la communauté internationale en Afghanistan, Serge Michailof propose des approches novatrices pour aider à stabiliser les régions à la dérive. Alors que le prodigieux succès économique des pays émergents nous conduit, Nord et Sud, à une évidente impasse environnementale, Alexis Bonnel offre des pistes de réflexion et d’action pour inventer et diffuser un nouveau modèle de développement. Refusant les illusions de la décroissance, cet ouvrage montre qu’une aide publique au développement repensée est l’un des rares outils disponibles pour amorcer une cogestion avec le Sud de ces biens publics mondiaux menacés que sont la paix et …un climat tempéré.

"Ce livre, je l’attendais depuis longtemps. Qui d’autre que Serge Michailof pouvait nous livrer une telle somme d’analyses mais aussi de propositions ? L’aide peut être fatale. Mais plus fatal encore serait son arrêt. Voici ce que j’ai appris de lui. Voici ce que j’ai retrouvé avec admiration et gratitude dans le livre qu’il nous propose avec Alexis Bonnel aujourd’hui." Extrait de la préface d’Erik Orsenna, de l’Académie française.

- Les auteurs : Aujourd’hui enseignant à Sciences Po, Serge Michailof a été l’un des directeurs de la Banque mondiale et le directeur des opérations de l’Agence française de développement (AFD). Ancien de la Banque mondiale. Alexis Bonnel a été responsable de l’environnement et des infrastructures à l’AFD et est à présent conseiller du directeur technique des opérations.

- Les références : Notre maison brûle au Sud de Serge Michailof et Alexis Bonnel - Éditeur : Fayard - Date de parution : 10 mars 2010 - 374 pages - ISBN-13 : 978-2213654270 - Prix public : 23 €

L’AFD organise un débat-littéraire mardi 16 mars

L’AFD (Agence Française de Développement) vous convie à un débat en présence des auteurs, avec la participation de Monique Cerisier Ben Guiga, Sénatrice représentant les français établis hors de France, Philippe Perdrix, journaliste au groupe Jeune Afrique, Jean-Michel Severino, Directeur général de l’Agence française de développement, Jean-Louis Vielajus, Président de Coordination Sud et d’Alexandre Vilgrain Président du Conseil français des investisseurs en Afrique.

Ce débat se déroulera : Le mardi 16 mars de 17h00 à 18h30 au siège de l’AFD au 5 rue Roland Barthes 75012 Paris (métro gare de Lyon).

- Pour vous inscrire à ce débat, cliquez ici.

Earth Hour 2010 : le 27 mars de 19h30 à 20h30 éteignez vos lumières
EARTH HOUR – 60 minutes pour la planète