Dans l'actualité :

Questions Cdurable à Nathalie Kerhoas, nouvelle présidente de Bleu-Blanc-Coeur

Lors de son assemblée générale du 30 mai dernier,...

Un indice « actuariel » climatique sur les données françaises pour le secteur de l’assurance

CNP Assurances, en partenariat avec la Chaire DIALog, publie...

REEVES, le programme de Recherche sur les Espèces Exotiques Végétales EnvahissanteS

Avec le programme REEVES (Recherche sur les Espèces Exotiques...
Consultation publique

Quelle Trajectoire de Réchauffement de Référence choisir pour l’Adaptation au Changement Climatique (TRACC) ?

Scénario optimiste à +1,5°C ou réaliste +4°C en France d'ici 2100 ?

Avec une température moyenne sur la France métropolitaine 3°C plus chaude qu’elle n’était au début du 20ème siècle, 2022 a été l’année la plus chaude enregistrée en France depuis 1900. Si les effets dramatiques du réchauffement climatique sont déjà visibles sur notre territoire, ils nécessitent de fixer une trajectoire commune de réchauffement, qui permettra de bâtir une véritable stratégie d’adaptation. A quel climat doit-on se préparer et à quel horizon temporel ? Le Gouvernement lance aujourd’hui, jusqu’à mi-septembre, une consultation publique en ligne sur la trajectoire de réchauffement de référence pour l’adaptation au changement climatique (TRACC).

Température moyenne annuelle
Température moyenne annuelle
« Chacune et chacun peut le mesurer, la France, comme le reste du monde, est touchée par les conséquences du dérèglement climatique. Les sécheresses et les vagues de chaleur se multiplient et se font plus intenses, les ressources en eau se tendent, l’enneigement se réduit et le recul du trait de côte menace de nombreuses communes littorales. Face à ce défi, notre pays s’investit avec force, dans la lignée des engagements que nous avons pris avec nos partenaires européens et mondiaux, pour diminuer ses émissions de gaz à effet de serre et pour atténuer son empreinte environnementale. Mais la réalité globale du réchauffement climatique s’impose : nous ne pouvons pas l’enrayer à nous seuls.<strong>Christophe BÉCHU</strong> » title= »<strong>Christophe BÉCHU</strong> » class= »caption » data-description= »Ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires » align= »right » />
Il faut donc se préparer, concrètement, à ses effets inévitables sur notre territoire et sur nos vies. C’est pourquoi nous voulons doter notre pays d’une trajectoire claire d’adaptation, s’appuyant sur les perspectives que nous permet d’anticiper la science. À la fois dans un scénario à +1,5 °C en 2100, celui de l’Accord de Paris : nous nous battons sans relâche pour contribuer à l’atteindre. Mais aussi, et c’est impératif, dans un scénario à +3 °C au niveau mondial – soit +4 °C en France métropolitaine, qui se réchauffera plus vite que la moyenne mondiale – qui se matérialisera, d’après le Giec, si les politiques existantes ne sont pas infléchies d’ici là au niveau mondial.
Cette trajectoire, dont les implications seront déclinées dans tous les secteurs, à tous les niveaux, dans tous les territoires, permettra de construire un modèle de résilience de notre société au plus près des réalités du terrain et d’éviter la mal-adaptation.
Mais ce chantier essentiel ne pourra être mené à bien sans la mobilisation de toutes et tous, c’est pourquoi cette consultation est une étape particulièrement décisive, et je tiens à remercier par avance l’ensemble de ceux qui y contribueront.</em> »</quote>


<a href=Consultation sur la Trajectoire de Réchauffement de Référence pour l’Adaptation au Changement Climatique (TRACC)

CONTEXTE

Figure adaptée de la Figure 5 du résumé pour décideurs du Rapport de Synthèse du GIEC (IPCC, 2023).
Figure adaptée de la Figure 5 du résumé pour décideurs du Rapport de Synthèse du GIEC (IPCC, 2023).
2022 est l’année la plus chaude jamais enregistrée sur le pays depuis le début des relevés en 1900. Sur l’ensemble de l’année, la température moyenne sur la France métropolitaine a été 3 °C plus chaude qu’elle n’était au début du XXe siècle (1901-1930).

Le constat est clair

Les effets du réchauffement climatique sont déjà à l’œuvre sur notre territoire et nécessitent de renforcer notre politique d’adaptation. L’Accord de Paris fixe l’objectif de rester bien en-dessous de 2 °C de réchauffement mondial par rapport à l’ère préindustrielle et de poursuivre les efforts pour ne pas dépasser 1,5 °C. Cependant nous ne sommes collectivement pas sur la bonne trajectoire : les émissions mondiales de gaz à effet de serre continuent d’augmenter alors qu’il faudrait qu’elles baissent rapidement et fortement pour freiner le changement climatique. Dans un objectif de protection de la population et de résilience de l’économie française, nous ne pouvons donc pas ignorer la tendance actuelle des émissions de gaz à effet de serre mondiales : l’hypothèse d’un réchauffement mondial supérieur à 2 °C d’ici la fin du siècle ne peut pas être exclue, même si l’atteinte des objectifs de l’Accord de Paris reste notre priorité et notre combat. Le rapport de l’inspection générale de l’environnement et du développement durable, publié en février, effectue une comparaison internationale des politiques d’adaptation au changement climatique qui ont été mises en place dans 8 pays. Il recommande que la France se dote d’une trajectoire de réchauffement de référence pour l’adaptation au changement climatique. C’est l’ambition de cette consultation. Pour avancer de manière coordonnée sur ce sujet, il est en effet nécessaire de se doter d’une trajectoire de réchauffement, définie à partir de scénarios optimistes et pessimistes, qui servira de référence à toutes les actions d’adaptation menées en France. Il pourra s’agir de distinguer un niveau général de réchauffement à prendre en compte et un niveau plus élevé, utilisé pour des enjeux critiques, comme certaines infrastructures. Ce document propose ainsi la définition de la trajectoire de réchauffement climatique. Cela permettra de calibrer et d’harmoniser l’ampleur des dispositifs d’adaptation au changement climatique et de les décliner localement. Ce travail enrichira la mise à jour du Plan national d’adaptation au changement climatique (PNACC) qui devra comporter des actions très concrètes découlant du scénario de référence.
Chaque degré compte : à quoi s'attendre ?
Chaque degré compte : à quoi s’attendre ?

PRÉSENTATION DES SCÉNARIOS

Pour anticiper les effets du réchauffement climatique, deux scénarios de réchauffement ont été élaborés, sur la base des éléments fournis par le GIEC.
  1. Dans un scénario aligné avec l’Accord de Paris, le réchauffement mondial sera limité à +1,5 °C par rapport à l’ère préindustrielle. Ce scénario correspond au respect au niveau mondial de l’objectif de température le plus ambitieux de l’Accord de Paris.
  2. Dans un scénario plus pessimiste, correspondant à la tendance probable en l’absence de mesures nouvelles selon les scénarios du GIEC, il se stabilise à +3 °C en 2100. Ce scénario correspond à la poursuite des politiques mondiales existantes, sans mesures additionnelles.
Consultation sur la Trajectoire de Réchauffement de Référence pour l’Adaptation au Changement Climatique (TRACC) ?

Scénario 1

+1,5 °C en 2100 soit environ +2 °C en moyenne en France métropolitaine –* Températures : une dizaine de jours de vague de chaleur et de nuits tropicales par an, renforcées par l’effet des îlots de chaleur urbains.
  • Cycle de l’eau : réduction des précipitations sous forme de neige en hiver, allongement des épisodes de sécheresse (jusqu’à un mois sur le pourtour méditerranéen), intensification de la sécheresse des sols, tensions sur la ressource en eau pour la production d’eau potable, l’entretien des écosystèmes, la production agricole et la production d’énergie.
  • Effets territoriaux : réchauffement marqué dans les zones de montagne (provoquant des glissements de terrains et effondrements rocheux) et les zones urbaines (retrait gonflement des argiles, fragilisation des infrastructures de transport, des réseaux d’énergie, d’eau et de télécommunications), changement dans la distribution spatiale des espèces et disparition des plus vulnérables.

Scénario 2

+3 °C en 2100 soit environ +4 °C en moyenne en France métropolitaine –* Températures : jusqu’à deux mois de canicule et 40 à 50 nuits tropicales (90 dans les zones les plus exposées) par an. –* Cycle de l’eau : contraste exacerbé entre le cumul de précipitation au Nord et au Sud, plus d’un mois de sécheresse estivale dans la moitié sud et la façade ouest, disparition de la quasi-totalité des glaciers français, multiplication des pénuries d’eau avec de fortes tensions sur l’agriculture et la forêt, augmentation de la fréquence des inondations avec un fort impact sur l’aménagement du territoire, les capacités assurantielles, la sécurité des personnes et leur capacité à se déplacer. –* Effets territoriaux : risques importants sur tous les bâtiments, les infrastructures de transport et les réseaux d’énergie, d’eau et de télécommunications, effets marqués sur les zones côtières (érosion du trait de côte, submersions marines).
  1. Lire aussi : Accord de Paris pour le Climat adopté le 12/12/2015 par 195 pays !

 

Documents joints

A lire

Questions Cdurable à Nathalie Kerhoas, nouvelle présidente de Bleu-Blanc-Coeur

Lors de son assemblée générale du 30 mai dernier,...

Élections législatives : notre futur se joue maintenant !

"Nous sommes à la veille d’un moment historique" rappelle...

Veille environnementale : deux piliers pour une question stratégique

Sommes-nous dans une période de rupture ou de continuité...

Écolo, oui … mais avec de petits arrangements avec nos consciences

Nous sommes nombreux à en avoir conscience : adopter des...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

La consommation écoresponsable et les jeunes : faites ce qu’on dit, pas ce qu’on fait ?

Découvrez dans cet avis-d’expert, les 3 raisons pour lesquelles...

Comment s’adapter à la chaleur en gardant son logement frais tout l’été ?

Rester au frais dans son logement en été, tout...

(Re)donner et faire confiance à la jeunesse dans notre société

La Fabrique Spinoza publie une étude scientifique qui dépeint...

Le véganisme, serait-il l’idiot utile de la société de consommation ?

On peut être végane pour diverses raisons : pour la...
Cyrille Souche
Cyrille Souchehttp://cdurable.info
Directeur de la Publication Cdurable.info depuis 2005. Cdurable.info a eu 18 ans en 2023 ... L'occasion d'un nouveau départ vers un webmedia coopératif d'intérêt collectif pour recenser et partager les solutions utiles et durables pour agir et coopérer avec le vivant ...

Questions Cdurable à Nathalie Kerhoas, nouvelle présidente de Bleu-Blanc-Coeur

Lors de son assemblée générale du 30 mai dernier, la démarche collective de qualité Bleu-Blanc- Cœur en faveur d'un modèle d’agriculture vertueux s’est transformée...

Un indice « actuariel » climatique sur les données françaises pour le secteur de l’assurance

CNP Assurances, en partenariat avec la Chaire DIALog, publie un livre vert intitulé « Risque climatique et impact en assurance ». Cette chaire académique...

REEVES, le programme de Recherche sur les Espèces Exotiques Végétales EnvahissanteS

Avec le programme REEVES (Recherche sur les Espèces Exotiques Végétales EnvahissanteS), SNCF Réseau mène une démarche pionnière dans le monde des gestionnaires d’infrastructure. Il...