Dans l'actualité :

Quelles perspectives sur les ressources mondiales 2024

Le monde est confronté à une triple crise planétaire...

Quand la permaculture inspire l’habitat et l’entreprise

Notre mode de développement n’est plus viable. Il creuse...
Décryptage

Parties prenantes

Les acteurs du dévelopement durable

C’est une expression courante de la langue française qui pourrait bien devenir rapidement l’une des plus utilisées par les commentateurs et journalistes politico économiques dans un futur très proche

Cette expression possède un équivalent anglais qui est « stakeholder » et correspond à tout acteur interne ou externe à une entreprise et concerné par son bon fonctionnement sur le plan de la responsabilité sociétale . Le terme « stakeholder » s’oppose aux entreprises pour qui le rendement à court terme est la seule et unique priorité (en anglais « shareholder value« ) Qui sont-ils ? Les dirigeants, salariés, employés et représentants des salariés, les clients, fournisseurs, intermédiaires de financement (banques, gérants de fonds…), la compagnie d’assurance, les ONG, associations, citoyens d’une collectivité – où l’entreprise exerce son activité, (riverains),… Les collectivités, territoriales ou non, et l’administration territoriale de la collectivité concernée, les chambres de commerce et d’industrie (CCI), Les actionnaires et investisseurs (shareholder) Mais à quoi ça sert ? Les parties prenantes sont un des pivots de la politique de développement durable dans laquelle un certain nombre de grandes entreprises se sont investies (cf Lafarge ) Dans ce cas de figure, on s’éloigne de la relation traditionnelle (et souvent conflictuelle) entre salariés et employeurs ou entreprises et organismes de consommateurs ou entreprises et ONG, … Combien d’entreprises ont elles fait ce choix en France ? Peu. Cela concerne essentiellement les plus grandes (Lafarge, Renault, Danone, Air France,Total, …) Quel est le pouvoir des parties prenantes ? Prenons connaissance du rôle de celles-ci dans la stratégie de développement durable et de responsabilité sociétale de TOTAL La démarche de Total, en matière de responsabilité sociétale et environnementale s’inscrit dans le cadre de relations avec des parties prenantes internes ou externes, dont notamment : – 95 070 salariés dans le monde (périmètre consolidé), – Environ 570 000 actionnaires individuels et 70 098 actionnaires salariés, près de 50 000 fournisseurs actifs, – Plus de 130 pays hôtes et les communautés voisines de nos sites, nos clients : clients individuels (carburants, lubrifiants, gaz GPL, produits chimiques… ) et clients industriels (hydrocarbures, carburants, gaz naturel, GNL, électricité, produits chimiques…), Les ONG et institutions Avec l’ensemble de ces parties prenantes, nous nous efforçons d’entretenir des relations durables et reposant sur la confiance. Nous veillons pour cela à instaurer un dialogue régulier indispensable pour nous adapter aux attentes dont nous faisons l’objet. Ces échanges constituent une source de progrès majeure. Par ailleurs, parce que nos parties prenantes sont directement concernées par l’activité et la performance du Groupe, nous redéployons vers elles une part importante de la valeur créée par nos activités. Séduisant me direz vous ? Qu’en dit le collectif de l’éthique sur l’étiquette ? Extraits d’un document rédigé par Olivier Chabrol – Chef de projet au collectif De l’éthique sur l’étiquette Les entreprises qui s’engagent dans un processus de management de leur responsabilité sociétale doivent passer par au moins quatre étapes pour que la prise en compte de la complexité du monde dans lequel elles évoluent soit durablement bénéfique : La phase d’identification des parties prenantes pertinentes Aucun registre n’indique quels sont les individus ou groupements humains qui sont habilités pour la concertation, ou ceux qui constituent même ne serait-ce que de bons représentants pour défendre telle ou telle cause (pour certains sujets environnementaux, la notion même de représentativité n’a pas de sens. Quel être humain serait mandaté par les bénéficiaires pour négocier la protection de certaines espèces animales ou végétales, ou pour la protection des intérêts des humains des générations futures ?…). Dans cette phase, l’entreprise doit tenter de recenser de façon exhaustive toutes les parties prenantes envisageables, que celles-ci lui demandent la parole pour une concertation ou qu’elles ne la demandent pas. Ensuite elle doit faire un réel travail d’analyse d’ordre éthique pour établir la liste de celles qui lui semblent être liées à un enjeu significatif par rapport à l’activité considérée. On sent bien que cette détermination du niveau de pertinence est cruciale du point de vue de la gestion de l’éthique. L’entreprise est-elle légitime pour faire seule ce choix ? De plus en plus d’acteurs estiment qu’on peut attendre des pouvoirs publics qu’ils participent là à la régulation en établissant par exemple une liste minimale d’organismes à consulter obligatoirement pour le traitement par les entreprises de certains sujets bien identifiés. Un tout petit peu moins séduisant !!! Signe des temps, une agence de communication a même pris l’expression partie prenante comme marque commerciale et propose entre autre les prestations suivantes Approche de la responsabilité sociale d’entreprise – quels partis pris ? quel partage ? Lobbying et coalition avec le milieu associatif – conditions, intérêt et risques d’une alliance sur des thèmes d’intérêt commun. Alors, changement profond dans nos rapports et notre façon de gérer les relations entre les milieux économiques politiques et sociaux ou nouvel avatar du capitalisme ? Si la responsabilité sociale des entreprises est en général conçue dans le monde des affaires anglo-saxon comme des opérations de mécénat (financement d’ONG), en Amérique du Sud comme un palliatif à la corruption ou l’inconséquence des pouvoirs publics, nul ne sait encore comment s’organisera la désignation des parties prenantes. Actuellement, seuls quelques élus libéraux réclament la mise en place rapide de cette nouvelle « démocratie » en précisant qu’elle diminuera considérablement le « pouvoir de nuisance des syndicats » Nous devrions découvrir des pistes à l’issue du « Grenelle de l’environnement » auquel participeront les parties prenantes … invitées. Une question s’impose toutefois : « Quelle valeur peuvent avoir la responsabilité sociétale et environnementale et les parties prenantes dans la mesure ou seules des multinationales font ou feront cette démarche alors que 95 à 97 % des entreprises françaises ont moins de 20 salariés ? » Je vous propose de vous faire une idée plus précise au travers de la bibliographie ci-dessous. Sources :ORSENOVETHICDe l’éthique sur l’étiquetteTOTALLAFARGEParties Prenantes Crédit image et copyright : Dominique GOUBELLE Lire Responsabilité sociale et environnementale par Vincent Commenne – Editions Charles Léoplod Mayer

 

A lire

Efficacité, rénovation et transition énergétique : ambition 2030

Chantier prioritaire de la planification écologique, la rénovation énergétique...

Que veut le Rassemblement national sur le climat ?

À l'approche des élections européennes, le Pacte vert est...

Élu(e)s pour agir ? Rejoignez le réseau Ademe !

Gilles Pérole est adjoint au maire de Mouans-Sartoux (06)...

Quand les agriculteurs s’impliquent dans les énergies renouvelables

Quand agriculteurs et riverains d’un territoire s’associent pour développer...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Quand la permaculture inspire l’habitat et l’entreprise

Notre mode de développement n’est plus viable. Il creuse...

Stockage intersaisonnier de chaleur : la solution de chauffage – climatisation durable et décarbonée

Le stockage intersaisonnier de chaleur consiste à mettre en...

Tu veux changer les choses ? Avec l’ingénierie tu peux vraiment tout faire !

En France, il manque 20 000 ingénieurs et ingénieures...

Baromètre de confiance envers les fruits et légumes frais

Avec + 4,9 % d'après l'INSEE, l'inflation des produits...
BENARD
BENARDhttp://slovar.blogspot.com
Chroniqueur technique et spécialiste de l'économie sociale

Quelles perspectives sur les ressources mondiales 2024

Le monde est confronté à une triple crise planétaire : le changement climatique, la perte de biodiversité, la pollution et les déchets. L'économie mondiale...

Quand la permaculture inspire l’habitat et l’entreprise

Notre mode de développement n’est plus viable. Il creuse les inégalités, consume la bio-régénérescence de la planète et accélère le dérèglement climatique. Il y...

Pourquoi bouder l’alimentation bio malgré la réduction de l’écart de prix avec les produits conventionnels ?

Choisit-on consciemment ce que l'on mange ? Chaque jour, nous favorisons, à travers nos choix alimentaires, un type d’agriculture plutôt qu’un autre. Les aliments...