Dans l'actualité :

Des Assises nationales pour construire l’avenir du vivant dans le milieu urbain

Les Assises nationales de l’animal en ville 2024 sont...

10 apprentissages clés du Baromètre RSE 2024

Vendredi, une start-up sociale pionnière dans l'intégration de l'engagement...

« Urgence climatique » : une action à l’inverse des mots, malgré l’enfer des chiffres

On parle depuis plus de 20 ans d'urgence climatique !...

OGM : Bruxelles autorise quatre nouveaux OGM sans analyse fondée

la Commission européenne a autorisé la culture d’Amflora, pomme de terre proposée par BASF
la Commission européenne a autorisé la culture d’Amflora, pomme de terre proposée par BASF
La Commission européenne vient d’autoriser la culture à des fins industrielles et d’alimentation animale, de la pomme de terre OGM de la variété Amflora de BASF. Elle a également autorisé la mise sur le marché pour l’alimentation humaine et animale, de trois maïs OGM dérivés du MON 863. Réactions de France Nature Environnement. La fédération dénonce fermement ces autorisations qui s’appuient, selon la Commission, sur des avis favorables de l’Agence européenne de sécurité des aliments (AESA). Car les procédures d’évaluation mises en œuvre par cette Agence sont largement critiquées et critiquables. Des avis infondés et irrecevables Ainsi, à deux reprises, le Conseil européen des ministres de l’environnement s’est prononcé pour que soient « renforcées et harmonisées les méthodes d’évaluation des risques des OGM en Europe ».
Le Maïs OGM MON 810 est-il sans danger ?
Le Maïs OGM MON 810 est-il sans danger ?
De plus, il a été montré que les avis de l’AESA sont irrecevables car utilisant des données scientifiques non fondées. En effet, dans un autre dossier, celui du MON 810 [[ – Haut Conseil des Biotechnologies – MON-810 : la raison l’emportera-t-elle ? ]], le Comité scientifique du Haut Conseil des Biotechnologies a estimé que la puissance statistique des tests présentés par le pétitionnaire et analysé par l’AESA, est insuffisante pour conclure. De plus, l’Agence n’a jamais répondu de manière correcte à la question posée par une députée européenne sur l’innocuité de ce maïs, ainsi que le montrent les éléments rassemblés par la fédération et disponibles sur son site Internet fne.asso.fr Puisque l’AESA n’a pas changé ses méthodes d’évaluation ni sa façon de fonctionner, « nous ne voyons pas comment elle pourrait émettre des avis fondés scientifiquement, ni ne pouvons admettre que la Commission européenne puisse autoriser des produits dont l’innocuité n’est pas démontrée (au risque statistique près) » estime Lylian Le Goff, co-responsable de la Mission Biotechnologies de FNE. Une enquête sur le fonctionnement de l’AESA FNE va donc défendre auprès du gouvernement et des parlementaires européens la nécessité d’une enquête parlementaire européenne sur le fonctionnement de l’AESA et la validité de ses avis. Cette enquête devra aboutir à une profonde réforme de la procédure d’évaluation des OGM, avec l’intégration des enjeux socio-économiques liés à l’utilisation des OGM et la fourniture de moyens pour mener des contre-expertises des dossiers présentés par les pétitionnaires.

De l’insupportable au désirable : 34ème congrès

25 et 26 Mars 2010
25 et 26 Mars 2010
Les inscriptions au 34e congrès « De l’insupportable au désirable, vers une économie respectueuse de l’homme et l’environnement » se font exclusivement par Internet. Clôture des inscriptions le 15 mars 2010
34ème congrès de FNE
34ème congrès de FNE

 

A lire

Le Service Civique écologique pour les jeunes de 16 à 25 ans

Dérèglements climatiques, menace de la biodiversité, expansion des déchets...

Quelle place pour l’écologie dans le débat public ?

Le débat public sur l'écologie, s'il est devenu plus...

Féris Barkat porte la voix de la génération Banlieues Climat

Féris Barkat est le fondateur de Banlieues Climat, une...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

A quand l’indicateur du Bonheur National Brut ?

« Le bonheur de tous ». C’est par ces mots...

Zéro Artificialisation Nette pour réduire le mal-logement

Comment créer 400 000 nouveaux logements chaque année pendant...

Mode : comment passer du jetable au durable ?

Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique et de...

Rapport sur l’état mondial des bâtiments et de la construction

Le Rapport sur l’état mondial des bâtiments et de...

Quand la permaculture inspire l’habitat et l’entreprise

Notre mode de développement n’est plus viable. Il creuse...

Des Assises nationales pour construire l’avenir du vivant dans le milieu urbain

Les Assises nationales de l’animal en ville 2024 sont une initiative des rédactions du magazine 30 Millions d’amis et de Peuple-animal.com, édités par 1Health,...

10 apprentissages clés du Baromètre RSE 2024

Vendredi, une start-up sociale pionnière dans l'intégration de l'engagement au cœur de la culture des entreprises, en collaboration avec Kantar Insights et 11 partenaires, nous dévoile les résultats...

« Urgence climatique » : une action à l’inverse des mots, malgré l’enfer des chiffres

On parle depuis plus de 20 ans d'urgence climatique ! Cette expression remonte à 1997 dans la presse française, nous rappelle Iris Viloux (Université Paris-Panthéon-Assas). Et...

1 COMMENTAIRE

  1. OGM : Bruxelles autorise quatre nouveaux OGM sans analyse fondée
    Ces autorisations sur les OGM sont un scandale sanitaire de plus ajouté à tous les produits alimentaires qui ne respectent pas les doses de pesticides, engrais de toutes sortes, conservateurs et colorants qui dépassent largement les normes provoquant toutes sortes d’intolérance, allergies graves sur la population… (sans parler d’autres produits très toxiques intégrés dans le vestimentaire, le mobilier, et dans l’environnement) On peut ensuite faire grande campagne contre le cancer, et toutes maladies telles que la sclérose en plaque, parkinson, alzeimer, fibromyalgie, qui sont des atteintes des cellules du cerveau,etc.. engendrées
    principalement par une mauvaise alimentation laissé passée sur nos marchés français Signé une fibromyalgique, intolérante au gluten, maïs, etc… N.B. Il en va de la responsabilité de nos politiques tout comme le non respect de tous autres lois sur l’environnement