Dans l'actualité :

Montée des eaux : l’urgence de solutions fondées sur la nature pour le bassin méditerranéen

Une équipe de scientifiques publie de nouveaux résultats dans...

Pour sauver le Pacte Vert européen, mobilisation générale !

Alors que les attaques continuent contre le Pacte vert...

Comment associer transition écologique et justice sociale ?

Alors que les Français se disent inquiets des effets...

Les sables bitumineux de l’Alberta et le développement durable

une surexploitation de la forêt boréale

Voilà plusieurs années déjà que l’exploitation a commencé dans le nord de l’Alberta proche de la foret boréale. Les dégâts sur l’environnement sont déjà perceptible et gigantesque. Le plus bel exemple est certainement à trouver dans ses bassins de soupe toxique (minerai, résidus de pétrole…). Ils sont proches des rivières et régulièrement des tirs de canons effraient les animaux. Avant de parler plus en détails des impacts sur l’environnement et de l’économie, intéressons nous à ce pétrole synthétique.

Les sables bitumineux constituent la plus grande richesse de pétrole aux mondes. Deux pays, le Canada et le Venezuela, possèdent ces gisements. Leurs exploitations coûtent cher et nécessitent donc un prix du baril élevé comme actuellement ; il faut qu’il soit supérieur à 15 dollars US pour que l’extraction soit rentable. En Alberta, la taille du gisement serait équivalente à la surface de la Californie. La technique est simple. Il suffit de mélanger la terre avec de l’eau et de récupérer le liquide de surface. Il se forme alors une des molécules chimiques les plus complexes du monde. Elle doit être cassée pour obtenir ce que l’on appelle du pétrole synthétique. La transformation des bitumes en pétrole est très « énergivore » et nécessite une grand quantité d’eau. Pourquoi exploiter ses ressources ? 070119excavatrice_sables_bitumineux_n.jpg Depuis quelques temps déjà, tout les pays du monde s’intéressent à ce gisement mais le nouveau gouvernement canadien et la nouvelle politique énergétique des Etats Unis a modifié la donne et mis en route une exploitation massive. On veux doubler d’ici 2008 la production et atteindre 5 millions de barils jours. Les Etats Unis s’embourbent dans des conflits au proche orient et notamment en Irak. L’anti-américanisme semble gagner du terrain notamment en Amérique du sud. Ce pays a donc décidé de limiter ses frais pour défendre son approvisionnement et a demandé au Canada, par l’intermédiaire du ministère des ressources naturelles, d’augmenter la production de pétrole. L’exploitation des sables bitumineux est il compatible avec le protocole de Kyoto ? Les décisions du gouvernement actuel semblent répondre à la question de façon assez nette. Monsieur Harper affirme que le protocole est une farce socialiste et l’ensemble du gouvernement mène une politique de dénie ou de minimisation du réchauffement climatique. 30% des émissions de gaz à effet de serre du Canada proviennent de la province pétrolière de l’alberta. D’ici 2010, le taux avoisinera 50%. Coté environnement, une catastrophe écologique sans précédent est en cours. On pense même assouplir les lois environnementales actuelles du Canada pour faciliter l’exploitation pétrolière. Pourtant, la destruction de la forêt boréale et l’impact sur les milieux aquatiques et sur les populations amérindiennes sont incontestables et avérés. La communauté du secteur ne peut plus vivre selon ses traditions notamment en raison de la pollution de la rivière. Ce peuple s’oriente donc lui aussi vers l’exploitation des gisements pour pouvoir survivre. 070119pelle_camion_n.jpg Récemment le premier ministre de l’Alberta, monsieur Stelmach menaçait et prévenait que « l’ensemble du pays serait touché si l’Alberta était forcée de ralentir le développement des sables bitumineux ». Il prédit aussi « des conséquences économiques fâcheuses si la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) est obtenue par un ralentissement de l’exploitation ». ( radio Canada ) Je parle beaucoup du Canada et de la province de l’Alberta mais je pourrais aussi blâmer la politique énergétique de Monsieur Bush ou encore l’hypocrisie de la France. La société Total est depuis longtemps sur les rangs de l’exploitation des gisements. Ces attitudes dévastatrices risquent de compromettre Kyoto et laisser dans l’imaginaire l’ « ONU environnementale ». Il existe toutefois un point positif : le développement du recyclage des gaz à effet de serre. Effectivement, l’utilisation de ses gaz dans des processus industriels est en cours de recherche et de développement notamment en Saskatchewan (Canada) . Voilà donc une histoire politico-financière et environnementale à suivre. La protection de l’environnement et le développement durable une perspective encore bien théorique. – Pour aller plus loin : « Le Canada brade son environnement pour les USA » titrait le figaro. Une enquête de la télévision de radio Canada – zone libre a révélé l’épineux problème de l’exploitation des sables bitumineux et du saccage de l’environnement.

 

A lire

Pour sauver le Pacte Vert européen, mobilisation générale !

Alors que les attaques continuent contre le Pacte vert...

Comment associer transition écologique et justice sociale ?

Alors que les Français se disent inquiets des effets...

30 solutions et retours d’expérience pour adapter les villes au changement climatique

L’Agence Parisienne du Climat et ses partenaires, dont la...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Un toit solaire moins cher qu’un toit traditionnel en tuiles ?

Les systèmes de toitures solaires sont désormais moins chers...

En 2024, 500 000 foyers français produisent et consomment leur électricité grâce au soleil

A l’occasion de la journée internationale du soleil le...

Le vélo, une solution pour développer localement une mobilité inclusive et durable

20% de la population française est en situation de...

Agir pour le vivant et construire une écologie politique inclusive

Agir pour le vivant est un festival citoyen ouvert...

A quand l’indicateur du Bonheur National Brut ?

« Le bonheur de tous ». C’est par ces mots...
ldcha
ldchahttp://equilibreinstable.blogspot.com
Originaire de la vallée de Chamonix, Loic Didillon a grandi au pied des pentes de ski. Il s’intéresse à la nature, au transport ferroviaire, à la politique et à l’actualité. Titulaire d’un 3ième cycle en Biologie des écosystèmes, sa vie professionnelle se partage entre l’enseignement du ski, l’enseignement académique et la gestion de l’environnement. Son parcours professionnel diversifié l’a mené en Suisse, en Guadeloupe, en Corse puis au Canada en 2003. Il a à coeur de sensibiliser ses lecteurs aux principaux enjeux liés à l’environnement et prône une philosophie qui vise à réconcilier les impératifs économiques et la protection de l’environnement.

Montée des eaux : l’urgence de solutions fondées sur la nature pour le bassin méditerranéen

Une équipe de scientifiques publie de nouveaux résultats dans Conservation Biology, sur l’impact des changements climatiques à venir sur la biodiversité du bassin méditerranéen....

Pour sauver le Pacte Vert européen, mobilisation générale !

Alors que les attaques continuent contre le Pacte vert à l’approche des élections européennes, états, entreprises et ONG se mobilisent pour sauver un paquet...

Comment associer transition écologique et justice sociale ?

Alors que les Français se disent inquiets des effets du changement climatique et estiment qu’il est urgent d’agir, la nécessité de la est...

3 Commentaires

  1. Video. L’exploitation des sables bitumineux en Alberta (Canada), Radio Canada 13/03/07
    L’exploitation sans limites des ressources pétrolifères de l’Alberta. Une catastrophe naturelle de plus en vue et une contribution à la modification du climat.
    Il faut 4 tonnes de sables bitumineux pour obtenir un litre de pétrole …

  2. Les sables bitumineux de l’Alberta et le développement durable
    Ami canadien Idcha,
    Voyons, fichons la paix à la France qui n’émet que 1.68t de Carbone par habitant alors que le Canada déjà en 2003 en émettait combien? Regardons les publications variées d’Internet et on tombe sur un chiffre non discuté d’environ 5.7t/habitant. Total n’est pas la France et d’ailleurs vous ne critiquez pas la Hollande ni l’Angleterre avec leur Shell, qui va faire le plus gros investissement générateur de CO2 chez vous au Canada.
    Vouloir réduire le CO2 à terme alors qu’on enclenche la vitesse surmultipliée, là est l’hypocrisie, et elle n’est pas du côté Est de l’Atlantique. Heureusement que la population canadienne n’est pas stupide et réagira. Regardez la Chine et saluez la responsabilité qu’y prend son gouvernement pour préparer un ralentissement de la progression du CO2: Ils auront réussi à stabiliser leurs émissions CO2 totales avant le Canada si votre gouvernement continue comme cela. D’ailleurs Canada+USA+Australie, champions hors catégories en CO2/habitant émettent le double par habitant du suivant, Danemark. Comme c’est dommage alors que la technologie et capitaux pour y remédier sont disponibles: A quand votre réveil?

    • Les sables bitumineux de l’Alberta et le développement durable
      salut
      merci pour cette remarques.
      je critiques la France que partiellement .
      Le Canada et en particulier l’ Alberta fait peur. Savez vous que les acteurs des sables bituminuex ne sont que ESSO, Shell et total!
      je ne parle que de ce que je connais

      Loic
      un francais dans le nord du Quebec