Dans l'actualité :

Pourquoi arracher les haies malgré les bénéfices environnementaux et sociaux de leur maintien ?

Depuis 40 ans, les haies font l’objet de politiques publiques...

La consommation écoresponsable et les jeunes : faites ce qu’on dit, pas ce qu’on fait ?

Découvrez dans cet avis-d’expert, les 3 raisons pour lesquelles...

Un MOOC pour comprendre la crise écologique et réinventer l’entreprise

Le MOOC gratuit et multi niveaux : Transformer l’entreprise pour...
Réduire l'empreinte écologique en améliorant la résilience

L’appropriation stratégique de la sobriété par les entreprises

Un rapport de l'ORÉE en partenariat avec le Ministère de la Transition écologique et des Territoires

Face à une crise énergétique exacerbée et à un besoin accru de pratiques durables, ORÉE présente son rapport sur « L’appropriation stratégique de la sobriété par les entreprises », réalisé en partenariat avec le CGDD et la DGEC. Élaboré à partir des pratiques de soixante entreprises, ce rapport explore les étapes clés, retours d’expériences et recommandations précises pour la sobriété énergétique des bâtiments, les mobilités professionnelles et la sobriété matière.

Schéma récapitulatif des règlementations et facteurs incitatifs à la diminution des consommations de matières et d’énergie. Source : ORÉE

Ce document illustre comment les entreprises peuvent réduire leur empreinte écologique tout en améliorant leur résilience à travers des pratiques telles que le juste dimensionnement des équipements, la réduction des déplacements professionnels, la rénovation énergétique des infrastructures et la réduction de la consommation des ressources.

« La sobriété : une priorité désormais reconnue … et c’est une bonne nouvelle ! »

Thomas LESUEUR
Commissaire Général au Développement Durable

En octobre 2022, la Première ministre Élisabeth Borne lançait le plan de sobriété en déclarant que « la sobriété est là pour s’installer. C’est une opportunité, pour nous, comme pour notre société ». Renouvelant le concept même de sobriété, elle en faisait une véritable priorité politique qui « n’est pas produire moins et faire le choix de la décroissance, [mais bien] éviter les consommations inutiles et ne pas consommer tous au même moment »

Décomposition des émissions globales de GES dans le secteur résidentiel

La sobriété dépasse le seul volet de la baisse des consommations liée aux évolutions d’usages et implique des changements des modes de production et de consommation, un questionnement continu des besoins énergétiques et des matières, voire des évolutions des modèles d’affaires.

Le concept de sobriété intègre désormais la stratégie générale de l’entreprise, parce qu’il rejoint les enjeux de décarbonation et de transition énergétique, et qu’il constitue une ressource clé pour déployer une stratégie de transition écologique dans toutes ses dimensions.

Si les entreprises travaillent depuis des années à une meilleure gestion de leurs consommations, la mise en œuvre opérationnelle de la notion de sobriété s’est accélérée en raison du contexte géopolitique et économique actuel.

Quantités de textiles, linge de maison et chaussures mis sur le marché chaque année en France (en tonnes)

une démarche de sobriété constitue pour les entreprises une opportunité de devenir plus compétitives.

Patricia SAVIN
Présidente d’ORÉE

À l’heure où les limites planétaires ont des effets significatifs sur la rentabilité économique des entreprises (raréfaction des matières et hausse des coûts d’approvisionnements), se lancer dans une démarche de sobriété constitue pour celles-ci une opportunité de devenir plus compétitives.

Au niveau européen, le Green Deal encourage l’efficacité énergétique et la réduction des Gaz à Effets de Serre (GES) depuis 2019. Dans sa continuité, la Corporate Sustainability Reporting Directive (CSRD), entrée en vigueur le 1e janvier 2024, renforce le suivi et la responsabilité des entreprises en matière de durabilité avec une obligation de transparence sur les risques qu’elles font encourir à leur environnement et auxquels elles sont exposées.

Aperçu des gisements d’économies d’énergies possibles grâce aux actions du plan de sobriété énergétique
50 TWh (térawatt-heure) peuvent être économisés en un an grâce à plusieurs gestes réalisables à court terme en France. Le plus grand gisement d’économie est la réduction des températures à 19°C dans les logements et dans le secteur tertiaire.

En France, la sobriété est explicitement mentionnée et intégrée dans la Loi de transition énergétique pour la croissance verte de 2015, dans le dernier rapport du GIEC de 2022 et est inscrite dans un plan de sobriété énergétique lancé cette même année.

Ce dernier vise à répondre aux objectifs de diminution de 40 % des consommations d’énergie d’ici à 2050 et à porter la sobriété comme facteur clé de transition énergétique et écologique, induits notamment par la décarbonation et l’anti-gaspillage.

Graphique tiré des réponses à l’enquête réalisée auprès des entreprises

Pour les entreprises, l’énergie consommée est devenue un enjeu important, en termes de compétitivité, et la sobriété énergétique une opportunité de performance écologique et économique.

Diane SIMIU
Directrice du climat, de l’efficacité énergétique et de l’air
à la Direction générale de l’énergie et du climat

Divers chemins peuvent être empruntés pour changer les pratiques internes d’une organisation, allant de la diminution des consommations au changement de modèle économique, en plaçant la question du besoin au centre des réflexions.

Résumé

Graphique tiré des réponses à l’enquête réalisée auprès des entreprises

La crise énergétique née du conflit ukrainien et des effets prix de l’énergie qui en ont découlé, ainsi que de la disponibilité amoindrie du parc nucléaire français à l’hiver 2022, a entraîné un re-questionnement des stratégies des entreprises de tous les secteurs, devant être plus résilientes pour être plus durables.

Au-delà des situations de crise et des attentes règlementaires, la sobriété s’est imposée comme une démarche incontournable pour garantir le fonctionnement pérenne des entreprises, à la fois plus durables, adaptables et efficientes, dans un paysage économique en évolution continue.

Les différents paliers pour mieux situer son positionnement dans sa démarche de sobriété

Le présent rapport, rédigé par ORÉE à la demande du Commissariat Général au Développement Durable (CGDD), a pour vocation de servir de guide aux entreprises pour la mise en œuvre opérationnelle de la sobriété. Grâce à la contribution et aux témoignages d’une soixantaine d’entreprises, de véritables retours d’expériences ont pu être formalisés, et ont permis de mettre en lumière des bonnes pratiques sur trois axes spécifiques : la sobriété énergétique des bâtiments et des locaux professionnels, les mobilités professionnelles et la sobriété des matières.

Stratégies et scénarios présentés par Négawatt lors du Groupe de Travail sobriété

Devenant un axe stratégique fort, une démarche de sobriété doit s’appuyer sur un engagement ferme de la gouvernance de l’organisation avec la définition d’objectifs précis et la mise en place de plans d’actions adaptés pour bénéficier de résultats chiffrables et objectivables.

Elle nécessite également un changement de paradigme dans la manière dont les entreprises conçoivent leurs produits, leurs services et leurs opérations. Centrées sur la réduction des consommations énergétiques et des ressources, sur l’optimisation des processus et de plus en plus souvent sur un questionnement des besoins, les actions dans la conception, la production, la commercialisation et l’ensemble des usages professionnels sont nombreuses.

Graphique tiré des réponses à l’enquête réalisée auprès des entreprises

L’étude a montré que pour les bâtiments, locaux et installations physiques, le dimensionnement approprié des équipements, la régulation des températures et l’investissement dans la rénovation énergétique des infrastructures sont privilégiés.

Dans le domaine de la mobilité, les entreprises cherchent à réduire les déplacements professionnels non nécessaires, y compris par le télétravail, à favoriser les transports en commun et les mobilités douces.

La sobriété matière, quant à elle, consiste d’abord à réduire la consommation des ressources. Cela englobe les pratiques telles que le réemploi, l’éco-conception des produits pour prolonger leur durée de
vie ou le recyclage pour valoriser les déchets.

Graphique tiré des réponses à l’enquête réalisée auprès des entreprises

Certaines entreprises vont plus loin et se posent la question d’un changement ou d’une diversification des modèles économiques, aujourd’hui essentiellement basés sur des volumes.


Pour s’assurer de l’efficacité de leurs stratégies de sobriété, les entreprises mettent en place des systèmes de mesure et de suivi adaptés pour quantifier les progrès réalisés. La transparence dans la communication de ces performances, à travers des rapports RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises) par exemple, renforce la crédibilité des engagements des entreprises et favorise la confiance des parties prenantes.

Schéma récapitulatif des axes de sobriété sur la chaine de valeur

Ces initiatives contribuent également à sensibiliser et à mobiliser les chaînes de valeur. En effet, une démarche de sobriété se veut systémique et nécessite donc d’impliquer l’ensemble de son écosystème, du fournisseur au consommateur.

Les étapes pour établir un plan d’action

Les recommandations formulées par ce rapport visent à accompagner les entreprises dans l’implémentation de pratiques sobres, comme gage de pérennité à moyen et long terme en renforçant leur positionnement sur le marché et en leur permettant de contribuer efficacement à la transition
écologique

Graphique tiré des réponses à l’enquête réalisée auprès des entreprises

 

ORÉE, l’association

Association multi-acteurs, ORÉE fédère et anime depuis plus de 30 ans un réseau multi-acteurs de plus de 200 acteurs engagés (entreprises, collectivités locales, associations professionnelles et environnementales, organismes académiques et institutionnels…) pour échanger et mettre en place une dynamique environnementale au service des territoires.
Les ouvrages, guides, colloques, conférences et réflexions se structurent autour de 3 priorités principales : Biodiversité & Économie, Économie circulaire, Reporting RSE/ESG des entreprises. ORÉE anime et alimente les réflexions de ses adhérents notamment grâce à des groupes de travail et des clubs métiers.

A lire

Élections législatives : notre futur se joue maintenant !

"Nous sommes à la veille d’un moment historique" rappelle...

Veille environnementale : deux piliers pour une question stratégique

Sommes-nous dans une période de rupture ou de continuité...

Écolo, oui … mais avec de petits arrangements avec nos consciences

Nous sommes nombreux à en avoir conscience : adopter des...

Européennes 2024 : des enjeux cruciaux pour le climat

Christian de Perthuis, Université Paris Dauphine – PSL Sur le...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

La consommation écoresponsable et les jeunes : faites ce qu’on dit, pas ce qu’on fait ?

Découvrez dans cet avis-d’expert, les 3 raisons pour lesquelles...

Comment s’adapter à la chaleur en gardant son logement frais tout l’été ?

Rester au frais dans son logement en été, tout...

(Re)donner et faire confiance à la jeunesse dans notre société

La Fabrique Spinoza publie une étude scientifique qui dépeint...

Le véganisme, serait-il l’idiot utile de la société de consommation ?

On peut être végane pour diverses raisons : pour la...
Cyrille Souche
Cyrille Souchehttp://cdurable.info
Directeur de la Publication Cdurable.info depuis 2005. Cdurable.info a eu 18 ans en 2023 ... L'occasion d'un nouveau départ vers un webmedia coopératif d'intérêt collectif pour recenser et partager les solutions utiles et durables pour agir et coopérer avec le vivant ...

Pourquoi arracher les haies malgré les bénéfices environnementaux et sociaux de leur maintien ?

Depuis 40 ans, les haies font l’objet de politiques publiques qui tentent de dissuader les agriculteurs n’en voyant plus l’utilité de les arracher. Si l’inefficacité...

La consommation écoresponsable et les jeunes : faites ce qu’on dit, pas ce qu’on fait ?

Découvrez dans cet avis-d’expert, les 3 raisons pour lesquelles les jeunes peinent à aligner leurs pratiques de consommation avec leurs convictions écologiques, le fameux,...

Un MOOC pour comprendre la crise écologique et réinventer l’entreprise

Le MOOC gratuit et multi niveaux : Transformer l’entreprise pour la transition écologique, lancé en 2021 en accès libre par le Collège des Directeurs Développement...