Dans l'actualité :

Quelles perspectives sur les ressources mondiales 2024

Le monde est confronté à une triple crise planétaire...

Quand la permaculture inspire l’habitat et l’entreprise

Notre mode de développement n’est plus viable. Il creuse...

La chimie dans l’alimentation : pour le meilleur ou pour le pire ?

Valeurs Vertes : Le Magazine du Développement Durable – entre espoir et impostures invite les internautes à discuter en direct avec des experts, des institutionnels, et des industriels.

La chimie dans l’alimentation : pour le meilleur ou pour le pire ?

100% naturel. C’est ce que recherche aujourd’hui dans les rayons tout consommateur soucieux de sa santé et de sa sécurité. Les scandales alimentaires poussent à examiner plus sérieusement les étiquettes des produits et à bannir tout ce qui semble « chimique » : adjuvants, arômes, additifs, conservateurs, devenus tabous, sont-ils vraiment nocifs ? Le tout bio est -il justifié ? Venez vous exprimer le jeudi 26 novembre sur le forum de Valeurs Vertes de 10h30 à 11h30.
banniere-forum
banniere-forum
En attendant, voici ci-dessous quelques lignes écrites de la main de Pierre Feillet, membre de l’Académie des Technologies, pour cet évènement. A vous les commentaires !

Réflexions de Pierre FEILLET, membre de l’Académie des technologies, en marge du débat.

«De nombreux consommateurs plébiscitent les aliments « naturels » et rejettent l’apport de produits chimiques. Qu’est-ce donc qu’un produit naturel ? En quoi serait-il plus sûr qu’un produit artificiel (produit de l’activité de l’homme) ? Existe-t-il encore des aliments qui n’auraient pas subi une transformation par l’homme ? La réponse est oui : les baies et les champignons sauvages, le gibier, les produits de la pêche (en mer). Mais même le pain, aussi bio soit-il, est fabriqué avec des farines produits de la mouture de blés créés par l’homme au cours d’un long processus de sélection : ce n’est pas un produit naturel. Ce n’est pas davantage un aliment sans produit chimique puisque tous les nutriments (minéraux vitamines, sucres, protéines …) qu’il contient sont des produits chimiques. Le cuisinier lui-même, surtout s’il est très bon, fabrique de nouveaux produits chimiques, qui génèrent à leur tour de nouveaux goûts et arômes et de nouvelles textures, à partir des ingrédients qu’il incorpore dans sa recette et qu’il porte à haute température dans sa casserole ou dans son four, Et si finalement, la notion d’alimentation sans produits chimiques n’avait pas de sens ! La bonne question n’est-elle pas de se demander si les produits chimiques incorporés dans les aliments (extraits de plantes ou d’animaux, ou fabriqués dans des réacteurs) ou déjà présents dans les produits issus de l’agriculture ou de la cueillette sont bons ou mauvais pour la santé. Et s’il serait possible de s’en passer. En particulier, les additifs alimentaires ne sont-ils pas nécessaire pour répondre à de nouveaux besoins liés à l’évolution de la manière dont nous faisons nos achats (souvent, une fois par semaine) et préparons nos repas (rapidement) ? Pourrait-on nourrir les grandes villes sans l’industrie alimentaire et sans additifs ?»

 

A lire

Efficacité, rénovation et transition énergétique : ambition 2030

Chantier prioritaire de la planification écologique, la rénovation énergétique...

Que veut le Rassemblement national sur le climat ?

À l'approche des élections européennes, le Pacte vert est...

Élu(e)s pour agir ? Rejoignez le réseau Ademe !

Gilles Pérole est adjoint au maire de Mouans-Sartoux (06)...

Quand les agriculteurs s’impliquent dans les énergies renouvelables

Quand agriculteurs et riverains d’un territoire s’associent pour développer...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Quand la permaculture inspire l’habitat et l’entreprise

Notre mode de développement n’est plus viable. Il creuse...

Stockage intersaisonnier de chaleur : la solution de chauffage – climatisation durable et décarbonée

Le stockage intersaisonnier de chaleur consiste à mettre en...

Tu veux changer les choses ? Avec l’ingénierie tu peux vraiment tout faire !

En France, il manque 20 000 ingénieurs et ingénieures...

Baromètre de confiance envers les fruits et légumes frais

Avec + 4,9 % d'après l'INSEE, l'inflation des produits...

Quelles perspectives sur les ressources mondiales 2024

Le monde est confronté à une triple crise planétaire : le changement climatique, la perte de biodiversité, la pollution et les déchets. L'économie mondiale...

Quand la permaculture inspire l’habitat et l’entreprise

Notre mode de développement n’est plus viable. Il creuse les inégalités, consume la bio-régénérescence de la planète et accélère le dérèglement climatique. Il y...

Pourquoi bouder l’alimentation bio malgré la réduction de l’écart de prix avec les produits conventionnels ?

Choisit-on consciemment ce que l'on mange ? Chaque jour, nous favorisons, à travers nos choix alimentaires, un type d’agriculture plutôt qu’un autre. Les aliments...