Dans l'actualité :

Quelles perspectives sur les ressources mondiales 2024

Le monde est confronté à une triple crise planétaire...

Quand la permaculture inspire l’habitat et l’entreprise

Notre mode de développement n’est plus viable. Il creuse...
Développement durable (ODD)

Il est urgent d’adopter un « Pacte Bleu » pour protéger nos océans

selon la CNUCED, l’agence des Nations Unies chargée du commerce et du développement

Les opportunités économiques et les moyens de subsistance offerts par les océans aux pays en développement sont menacés par le changement climatique, la pollution et la surpêche, prévient un nouveau rapport de l’agence des Nations Unies chargée du commerce et du développement, qui réclame l’adoption d’un « Pacte Bleu » pour protéger les océans.

Une tortue nage dans l'océan en Martinique, dans les Caraïbes.
Une tortue nage dans l’océan en Martinique, dans les Caraïbes.
L’édition 2023 de la Revue du commerce et de l’environnement (Trade and Environment Review 2023) de la CNUCED, publiée le 8 mai, dresse un état des lieux de l’économie océanique mondiale – d’une valeur estimée entre 3.000 et 6.000 milliards de dollars. Le rapport analyse la façon dont l’activité humaine et les crises ont affecté les différents secteurs océaniques, comme la pêche, les produits de la mer, le transport maritime et le tourisme côtier. new-UN%20TRADE%20FORUM%20WEBPAGE5.png Présenté lors du troisième Forum des Nations Unies sur le commerce, il appelle à un « Pacte Bleu » mondial afin d’exploiter durablement nos océans, qui abritent 80 % de toutes les formes de vie. Il s’appuie sur les recommandations du quatrième Forum des Nations unies sur les océans et de la deuxième Conférence des Nations Unies sur les océans, qui s’est tenue en 2022.
« L’économie de l’océan offre de grandes opportunités. Nous devons trouver un juste équilibre entre les bénéfices tirés des océans et la protection de ses ressources », a déclaré le Secrétaire général adjoint de la CNUCED, Pedro Manuel Moreno.
Des femmes tanzaniennes récoltent des algues dans le cadre d'un projet d'agriculture intelligente face au changement climatique.
Des femmes tanzaniennes récoltent des algues dans le cadre d’un projet d’agriculture intelligente face au changement climatique.

Investir dans de nouvelles opportunités durables

Un « Pacte Bleu » mondial permettrait d’accroître les investissements dans les secteurs émergents durables qui pourraient profiter aux pays en développement. Le rapport met en lumière deux secteurs prometteurs : la culture des algues et les substituts au plastique. Le marché mondial des algues a plus que triplé en vingt ans, passant de 4,5 milliards de dollars en 2000 à 16,5 milliards en 2020. Les algues n’ont pas besoin d’eau douce ni d’engrais pour pousser. Elles peuvent être cultivées dans de nombreux pays en développement pour la production d’aliments, de cosmétiques et de biocarburants, et peuvent constituer une alternative au plastique, dont 11 millions de tonnes se déversent chaque année dans les océans. Outre les algues, la nature regorge de nombreux autres matériaux durables qui pourraient être utilisés pour fabriquer des versions écologiques de pailles, emballages alimentaires et autres produits en plastique que nous utilisons quotidiennement. La liste comprend des matériaux que de nombreux pays en développement possèdent en abondance, comme le bambou, les coques de noix de coco, les bananiers et les déchets agricoles. Ces pays savent en outre utiliser ces matériaux grâce à leur connaissances traditionnelles et culturelles. En 2020, le commerce mondial des substituts au plastique représentera environ 388 milliards de dollars, soit un tiers seulement du montant des échanges de plastiques fabriqués à partir de combustibles fossiles. Le potentiel de croissance est donc énorme. Le rapport invite les gouvernements et les entreprises à accroître le financement de la recherche et du développement de secteurs durables émergents similaires dans l’économie des océans. Il invite les entreprises à investir dans les pays en développement afin de renforcer leurs technologies, leurs compétences et leurs capacités de production, de manière qu’ils puissent tirer parti des nouvelles possibilités offertes par les océans. underwaterseascapes.jpg

Promouvoir la diversification des exportations

Investir dans les secteurs océaniques émergents pourrait aider les pays en développement à diversifier leurs exportations océaniques. La valeur des exportations mondiales de biens océaniques, tels que les produits de la mer et les équipements portuaires, et de services, tels que le transport maritime et le tourisme côtier, a été estimée à 1.300 milliards de dollars en 2020. La crise du COVID-19 a révélé le potentiel et la résilience de certains secteurs et l’extrême vulnérabilité d’autres. En général, les exportations de biens maritimes, qui ont chuté de 3,2%, ont mieux résisté que les services, qui se sont effondrés de 59% en 2020. La baisse des revenus des services a touché de nombreuses communautés côtières des pays en développement, qui dépendent souvent de secteurs tels que le tourisme. La diversification des exportations et des activités maritimes est essentielle pour renforcer la résilience économique face aux crises futures. Selon le rapport, les gouvernements devraient intégrer l’objectif de promotion d’une économie océanique diversifiée et durable dans les stratégies de sortie de crise et les efforts d’atténuation et d’adaptation au climat.
Des communautés de pêcheurs à Demak en Indonésie ont lutté ces dernières années face à la montée du niveau de la mer.
Des communautés de pêcheurs à Demak en Indonésie ont lutté ces dernières années face à la montée du niveau de la mer.

Protéger les stocks de poissons et la biodiversité marine

On estime à 35 milliards de dollars le montant des subventions publiques allouées aux activités de pêche dans le monde. Une part importante – environ 20 milliards de dollars par an – pourrait contribuer à la surpêche en renforçant la capacité de l’industrie de la pêche par le biais, par exemple, de subventions au carburant ou d’incitations financières à l’achat de bateaux plus grands. Alors que 34% des stocks mondiaux de poissons sont inférieurs aux niveaux biologiquement durables, le rapport invite les pays à ratifier d’urgence l’accord de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) sur les subventions à la pêche, adopté le 17 juin 2022. Cet accord, qui constitue un grand pas en avant dans la lutte contre les subventions nuisibles, interdit le soutien à la pêche illégale, non déclarée et non réglementée, et à la pêche des stocks surexploités, et met fin aux subventions à la pêche en haute mer non réglementée. Il entrera en vigueur lorsque les deux tiers des 164 membres de l’OMC auront déposé leurs « instruments d’acceptation ». De même, le rapport appelle les gouvernements à adopter et à ratifier l’accord sur la biodiversité marine au-delà des juridictions nationales du 4 mars 2023. Mieux connu sous le nom de « traité de la haute mer », cet accord créerait des outils pour le partage juste et équitable des bénéfices tirés des ressources génétiques marines et établirait des zones internationalement protégées dans nos océans.
Un rapport de la CNUCED met en évidence les possibilités offertes par les océans aux pays en développement et trace une nouvelle voie pour l'utilisation durable des ressources marines.
Un rapport de la CNUCED met en évidence les possibilités offertes par les océans aux pays en développement et trace une nouvelle voie pour l’utilisation durable des ressources marines.

Une nouvelle orientation

L’objectif de développement durable consacré à la vie sous l’eau (ODD 14) est le moins financé de tous les objectifs. Entre 2013 et 2018, seulement 1,6% du montant total de l’aide publique au développement – soit quelque 2,9 milliards de dollars par an – a été consacré à l’économie des océans. Ce chiffre est bien en deçà de ce qui est nécessaire pour faire face à la crise océanique. Des estimations récentes suggèrent que, par exemple, 175 milliards de dollars par an seront le minimum nécessaire pour atteindre l’ODD 14 d’ici 2030, compte tenu notamment de l’impact de la COVID-19 et d’autres revers récents. Elles montrent également qu’un investissement de 2.800 milliards de dollars aujourd’hui dans quatre solutions durables pour les océans – la conservation et la restauration des mangroves, la décarbonisation du transport maritime international, la production alimentaire durable dans les océans et la production éolienne en mer – produirait des bénéfices nets de 15.500 milliards de dollars d’ici à 2050. Sans un « Pacte Bleu » mondial, ces bénéfices et les objectifs de l’ODD 14 seront beaucoup plus difficiles à atteindre.
« Le moment est venu de changer de cap en investissant davantage dans la construction d’une économie océanique durable », a déclaré M. Moreno.

 

A lire

Efficacité, rénovation et transition énergétique : ambition 2030

Chantier prioritaire de la planification écologique, la rénovation énergétique...

Que veut le Rassemblement national sur le climat ?

À l'approche des élections européennes, le Pacte vert est...

Élu(e)s pour agir ? Rejoignez le réseau Ademe !

Gilles Pérole est adjoint au maire de Mouans-Sartoux (06)...

Quand les agriculteurs s’impliquent dans les énergies renouvelables

Quand agriculteurs et riverains d’un territoire s’associent pour développer...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Quand la permaculture inspire l’habitat et l’entreprise

Notre mode de développement n’est plus viable. Il creuse...

Stockage intersaisonnier de chaleur : la solution de chauffage – climatisation durable et décarbonée

Le stockage intersaisonnier de chaleur consiste à mettre en...

Tu veux changer les choses ? Avec l’ingénierie tu peux vraiment tout faire !

En France, il manque 20 000 ingénieurs et ingénieures...

Baromètre de confiance envers les fruits et légumes frais

Avec + 4,9 % d'après l'INSEE, l'inflation des produits...
Cyrille Souche
Cyrille Souchehttp://cdurable.info
Directeur de la Publication CDURABLE.info depuis 2005. Cdurable.info a eu 18 ans en 2023 ... L'occasion d'un nouveau départ vers un webmedia coopératif d'intérêt collectif pour recenser et partager les solutions utiles et durables pour agir et coopérer avec le vivant ...

Quelles perspectives sur les ressources mondiales 2024

Le monde est confronté à une triple crise planétaire : le changement climatique, la perte de biodiversité, la pollution et les déchets. L'économie mondiale...

Quand la permaculture inspire l’habitat et l’entreprise

Notre mode de développement n’est plus viable. Il creuse les inégalités, consume la bio-régénérescence de la planète et accélère le dérèglement climatique. Il y...

Pourquoi bouder l’alimentation bio malgré la réduction de l’écart de prix avec les produits conventionnels ?

Choisit-on consciemment ce que l'on mange ? Chaque jour, nous favorisons, à travers nos choix alimentaires, un type d’agriculture plutôt qu’un autre. Les aliments...