Dans l'actualité :

Un indice « actuariel » climatique sur les données françaises pour le secteur de l’assurance

CNP Assurances, en partenariat avec la Chaire DIALog, publie...

REEVES, le programme de Recherche sur les Espèces Exotiques Végétales EnvahissanteS

Avec le programme REEVES (Recherche sur les Espèces Exotiques...

Pourquoi arracher les haies malgré les bénéfices environnementaux et sociaux de leur maintien ?

Depuis 40 ans, les haies font l’objet de politiques publiques...
Concerts Chaâbi les 9 et 10 janvier 2012

El Gusto : un film de Safinez Bousbia

Sortie le 11 janvier 2012

Que signifie « El Gusto » ? C’est le goût. Plus particulièrement celui de la vie. Joie de vie et bonne humeur. Une façon d’être résolument optimiste : « sur le bateau El Gusto, tu seras toujours heureux » dit la chanson. C’est une certaine manière de voir la vie, une sorte de philosophie bon enfant qui vous fait prendre la vie du bon côté. Avec El Gusto, vous appréciez les plaisirs simples : les bons moments passés entre amis, la convivialité d’un échange, la chaleur des relations humaines. Au-delà des croyances religieuses et des convictions politiques, des différences et des antagonismes, des guerres et des bouleversements provoqués par l’Histoire : « Tous ceux que nous aimons avec leurs différences » sont à bord du bâteau d‘El Gusto, continue la chanson. Sortie du film le 11 Janvier précédée de 2 concerts chaâbi ce soir et demain au Grand Rex.

C’est toute ma vie, c’est tout ce que j’aime, c’est mon “gusto” “El gusto”, c’est le bonheur dans l’harmonie… et pas seulement au sens musical du terme. C’est l’effet produit par la musique chaâbi sur ceux qui la jouent mais aussi sur ceux qui l’entendent. Le mot « gusto » signifie « notre passion, notre plaisir. Et mon gusto, c’est le chaâbi, explique l’un des musiciens du film. Un autre précise : « c’est toute ma vie, c’est tout ce que j’aime, c’est mon gusto. Chacun a le sien. Les uns boivent, les autres fument, d’autres encore aiment le café. Moi, j’aime la musique. »

Synopsis

La bonne humeur – el gusto – caractérise la musique populaire inventée au milieu des années 1920 au cœur de la Casbah d’Alger par le grand musicien de l’époque, El Anka. Elle rythme l’enfance de ses jeunes élèves du Conservatoire, arabes ou juifs. L’amitié et leur amour commun pour cette musique qui « fait oublier la misère, la faim, la soif » les rassemblent pendant des années au sein du même orchestre jusqu’à la guerre et ses bouleversements. El Gusto, Buena Vista Social Club algérien, raconte avec émotion et… bonne humeur comment la musique a réuni ceux que l’Histoire a séparés il y a 50 ans.

Bande annonce film

Affiche

El Gusto : un film de Safinez Bousbia
El Gusto : un film de Safinez Bousbia

Le chaâbi

Né au milieu des années 1920, le chaâbi est une musique issue de plusieurs influences. Berbère, andalouse et chants religieux : « On a fait un cocktail et ça a donné la musique chaâbi. » L’inventeur de cette boisson musicale au goût nouveau, de ce « son magique qui résonne » encore dans le cœur et les oreilles de ses anciens élèves, s’appelle Cheikh – Le Maître – El Anka (Hadj M’hamed El Anka 1907-1978). Sa recette est faite d’emprunts et de mélanges, de métissages et d’adaptations, de transformations mais aussi d’innovations musicales. Avec ces ingrédients El Anka donne naissance à un style musical original et personnel qui remporte immédiatement un formidable succès. Cette musique nouvelle à l’audience populaire – chaâb signifie le peuple – touche tous les habitants de la Casbah d’Alger. Musulmans, juifs, Italiens, Espagnols : tous vivent au rythme du chaâbi… À l’époque, c’était « l’harmonie de vie entre toutes les communautés. Tout le monde se fréquentait. » Les musiciens se souviennent : ils priaient ensemble ; l’engouement était tel que les musulmans allaient avec leurs copains juifs à la synagogue pendant le Sabbat, pour écouter du chaâbi. Avec la guerre, une page se tourne. Sommées de choisir entre « la valise et le cercueil », des familles entières prennent le chemin de l’exil. D’autres quittent Alger pour sa périphérie ou les campagnes. Certains musiciens restent à la Casbah mais, même pour eux, le rythme est brisé. Quelques uns cessent de jouer, certains n’arrêtent jamais. Ferkioui fait partie de ceux qui ont délaissé le chaâbi après la guerre, malgré un diplôme de chef d’orchestre obtenu dans la classe d’El Anka au conservatoire d’Alger. C’est pourtant lui, aidé d’un petit coup de pouce du hasard, qui a été le déclencheur des événements : le film ; l’orchestre El Gusto qui se reforme pour des concerts exceptionnels ; l’enregistrement d’un CD. Devenu miroitier, Ferkioui accueille un jour de 2003 dans sa boutique de la Casbah une jeune architecte algéro-irlandaise. Ils bavardent… L’aventure commençait ! Safinez Bousbia se lance dans une entreprise qui n’est pas des plus faciles : retrouver les anciens élèves d’El Anka au conservatoire d’Alger. Drôle de clin d’œil des mots : en dialecte algérois, El Anka signifie le phénix, cet oiseau légendaire qui renaissait de ses cendres. De cette belle aventure naitra un film, El Gusto, sur les écrans à partir du 11 janvier 2012.

Bande annonce Concert

En parallèle de cette sortie cinéma, l’orchestre El Gusto est sur scène, au Grand Rex à Paris, pour deux soirées exceptionnelles les 9 et 10 janvier.

 

El Gusto avec : Mamad Haïder Benchaouch , Rachid Berkani , Ahmed Bernaoui , Abdelkader Chercham , Luc Cherki

Date de sortie : 11 janvier 2012

Genre : Documentaire

Durée : 1h 33min

Année de production : 2011

Distribué par UGC Ph

A lire

Élections législatives : notre futur se joue maintenant !

"Nous sommes à la veille d’un moment historique" rappelle...

Veille environnementale : deux piliers pour une question stratégique

Sommes-nous dans une période de rupture ou de continuité...

Écolo, oui … mais avec de petits arrangements avec nos consciences

Nous sommes nombreux à en avoir conscience : adopter des...

Européennes 2024 : des enjeux cruciaux pour le climat

Christian de Perthuis, Université Paris Dauphine – PSL Sur le...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

La consommation écoresponsable et les jeunes : faites ce qu’on dit, pas ce qu’on fait ?

Découvrez dans cet avis-d’expert, les 3 raisons pour lesquelles...

Comment s’adapter à la chaleur en gardant son logement frais tout l’été ?

Rester au frais dans son logement en été, tout...

(Re)donner et faire confiance à la jeunesse dans notre société

La Fabrique Spinoza publie une étude scientifique qui dépeint...

Le véganisme, serait-il l’idiot utile de la société de consommation ?

On peut être végane pour diverses raisons : pour la...
Cyrille Souche
Cyrille Souchehttp://cdurable.info
Directeur de la Publication Cdurable.info depuis 2005. Cdurable.info a eu 18 ans en 2023 ... L'occasion d'un nouveau départ vers un webmedia coopératif d'intérêt collectif pour recenser et partager les solutions utiles et durables pour agir et coopérer avec le vivant ...

Un indice « actuariel » climatique sur les données françaises pour le secteur de l’assurance

CNP Assurances, en partenariat avec la Chaire DIALog, publie un livre vert intitulé « Risque climatique et impact en assurance ». Cette chaire académique...

REEVES, le programme de Recherche sur les Espèces Exotiques Végétales EnvahissanteS

Avec le programme REEVES (Recherche sur les Espèces Exotiques Végétales EnvahissanteS), SNCF Réseau mène une démarche pionnière dans le monde des gestionnaires d’infrastructure. Il...

Pourquoi arracher les haies malgré les bénéfices environnementaux et sociaux de leur maintien ?

Depuis 40 ans, les haies font l’objet de politiques publiques qui tentent de dissuader les agriculteurs n’en voyant plus l’utilité de les arracher. Si l’inefficacité...

2 Commentaires

    • El Gusto : un film de Safinez Bousbia
      Bravo, moi aussi j’ai ri, pleuré, Ce travail est un chemin de paix d’amour et Safinez a sa place auprès du père éternel comme dit Brassens. J’apprécie que la culture et la musique effacent l’histoire en quelque sorte et ouvrent la porte de la passion commune, de l’amitié entre les peuples blessés par des histoires. Ce qui m’a fait pleurer aussi, c’est l’état d’abandon de la casbah, j’y suis passé il y a quelques années, c’est notre patrimoine qui se désintègre. Comment se fait il que l’on laisse disparaitre notre histoire comme ça? les italiens déconnent avec pompéï mais nous c’est quoi, vouloir nier le passé?