Dans l'actualité :

Renforcer la résilience des entreprises face au changement climatique

La Conférence permanente des chambres consulaires et organisations intermédiaires...

La station d’épuration du Pays d’Aix rénove sa Zone de Rejet Végétalisée

Inaugurée en mai 2024 par la Régie des Eaux...

5 propositions pour une approche systémique du développement international

La mesure d’impact doit être la boussole du passage...

Déclaration commune – Sommet mondial des entreprises sur l’énergie et le changement climatique 8-9 décembre 2015, MEDEF, Paris

Les 8 et 9 décembre, les principales organisations représentant la diversité de la communauté mondiale des entreprises se réunissent au siège du MEDEF à Paris pour un Sommet mondial des entreprises sur l’énergie et le changement climatique. Cette réunion se tient dans le contexte de la 21ème session de la Conférence des parties de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC), la COP 21.
Déclaration commune - Sommet mondial des entreprises sur l’énergie et le changement climatique 8-9 décembre 2015, MEDEF, Paris
Déclaration commune – Sommet mondial des entreprises sur l’énergie et le changement climatique 8-9 décembre 2015, MEDEF, Paris
Cette rencontre exceptionnelle a réuni des représentants des chefs d’entreprise de 30 pays, notamment d’Afrique du Sud, d’Algérie, d’Allemagne, d’Australie, du Brésil, du Canada, du Congo, de Côte d’Ivoire, d’Espagne, des Etats-Unis, de France, d’Inde, d’Italie, du Japon, du Liban, du Maroc, du Mexique, de Norvège, des Pays-Bas et de Tanzanie et de l’Union européenne. Ce sommet, concomitant aux négociations menées entre Etats au Bourget, a été fructueux : il a permis à la communauté des entreprises de définir une position commune. Celle-ci témoigne de l’engagement international du business pour apporter des solutions concrètes au défi climatique. Dans un monde confronté à une croissance en berne, la transition écologique est une formidable opportunité de créer de la croissance et des emplois en tirant parti du savoir-faire des filières, en particulier dans les pays émergents. La déclaration commune marque la prise de conscience irréversible des entreprises du monde et leur volonté d’être des acteurs de premier plan dans la lutte contre le changement climatique. Elle est le fruit d’un dialogue permanent du business international qui se poursuivra tout au long de l’année dans le cadre de la préparation de la COP 22 qui se tiendra au Maroc. Voici la déclaration présentée aujourd’hui au Medef par Miriem Bensalah-Chaqroun, présidente de la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM), Pierre Gattaz, président du Medef, et Gérard Mestrallet, président directeur général d’ENGIE et coordinateur du Business dialogue.

Déclaration commune

1. La communauté des entreprises reconnaît et soutient le besoin vital de répondre de façon décisive aux risques environnementaux et économiques liés au changement climatique à court et à long terme à travers une coopération internationale et concertée. Le changement climatique est une responsabilité commune à tous les acteurs, y compris aux entreprises de tous les continents, de tous les secteurs et de toutes tailles, grands groupes et PME. Nous appelons à la conclusion par tous les pays d’un accord ambitieux et global qui reflète l’objectif à long terme de limitation du réchauffement mondial en dessous de 2°C tout en prenant en compte le développement technologique et en renforçant l’accès à l’énergie et la sécurité d’approvisionnement dans un contexte de développement durable. 2. L’accord de Paris doit associer l’ensemble des grandes économies et prévoir des engagements nationaux transparents, comparables et équitables (compatibles avec le principe de responsabilités différenciées), des règles de suivi, de publication et de vérification des engagements, une équité des règles d’approbation et de conformité des projets de réduction des émissions. Un cadre politique prévisible et transparent, favorable au commerce et aux investissements et des conditions de concurrence équitables sur les marchés mondiaux sont des conditions indispensables à une lutte efficace contre le changement climatique. 3. Les entreprises apportent des solutions à travers l’innovation et les technologies dans l’ensemble des domaines couverts par la CCNUCC, à la fois en termes de réduction des émissions et d’adaptation au changement climatique. Elles développent et fournissent des solutions durables dans la production et la consommation d’énergie, l’industrie, le bâtiment, le transport, l’efficacité énergétique, les villes durables, l’eau et la sécurité alimentaire, les processus industriels et les autres activités dont nous aurons besoin pour mettre en œuvre une stratégie mondiale ambitieuse et efficace. Les entreprises doivent développer et combiner leurs efforts pour investir dans la recherche et le développement et promouvoir l’innovation qui est indispensable à l’évolution vers une économie bas carbone. Les entreprises doivent multiplier les partenariats avec la communauté scientifique et universitaire pour faire progresser les nouvelles technologies et améliorer les technologies existantes qui contribueront à des économies bas carbone. De plus, les entreprises doivent travailler en synergie avec les consommateurs et les clients pour promouvoir des produits plus efficaces et émettant moins de gaz à effet de serre. 4. Pour innover, les entreprises ont besoin de prévisibilité et de flexibilité à travers des signaux clairs de long terme et un cadre qui facilite l’investissement et la création d’emplois. Par conséquent, nous souhaitons des mesures et outils qui encouragent les investissements privés. En particulier, la remise en cause de certains aspects de la régulation financière permettrait de garantir la stabilité financière et de créer les incitations nécessaires pour soutenir l’investissement à long terme, lui-même source de croissance durable et d’emplois. De plus, l’ensemble des mécanismes de marché, y compris la production de biens et les systèmes financiers, doivent contribuer à promouvoir une économie bas carbone et l’investissement à long terme. Nous soutenons la mise en place adéquate de marchés du carbone dans les pays qui choisissent d’y recourir et de liens entre ces marchés après accord de reconnaissance mutuelle. De telles approches de marché doivent s’articuler avec d’autres politiques et options telles que les normes internationales, les accords volontaires ou d’autres instruments réglementaires. Chaque approche doit être conçue avec précaution en prenant en compte la nécessité d’éviter des distorsions de concurrence pour les pays concernés. 5. Répondre au défi climatique doit être source d’avantages et d’opportunités pour le secteur privé – des accords gagnant-gagnant peuvent créer de nouveaux emplois, verdir les emplois existants, rendre les économies plus compétitives et offrir de nouvelles opportunités économiques. Les entreprises du monde soutiennent le résultat de la COP 21 qui permettra de développer nos capacités à répondre au défi du changement climatique, y compris en établissant un cadre propice au développement du partage de l’expertise scientifique en matière de transferts de technologie, à approfondir les savoir-faire et à mettre en place des programmes de formation pertinents en matière de réduction des émissions et d’adaptation. Ces actions doivent engager l’ensemble des pays et des secteurs de l’économie pour développer les compétences nécessaires afin de répondre au défi climatique en facilitant les transitions énergétiques et orienter les politiques publiques vers des économies durables. Nous bénéficierons tous de ces échanges qui peuvent accélérer la capacité de tous les pays à bâtir des solutions dans le respect des différences économiques sociales, technologiques et environnementales. 6. Un certain nombre de chefs d’entreprise ont participé cette année au lancement du Business Dialogue initié par le gouvernement français afin d’échanger sur les principaux sujets liés à la COP 21 et leurs implication pour les entreprises et l’ensemble des chaînes de valeur. L’expertise de la communauté des entreprises est essentielle pour atteindre des objectifs ambitieux, pour mettre en œuvre les décisions de la COP 21 et poursuivre ce travail au-delà. Nous appelons à la poursuite et au développement de ce dialogue par la future présidence marocaine dans la préparation de la COP 22. De plus, l’UNFCCC doit mettre en place formellement un dispositif institutionnalisé pour permettre la consultation et la participation du secteur privé.
Déclaration commune - Sommet mondial des entreprises sur l’énergie et le changement climatique 8-9 décembre 2015, MEDEF, Paris
Déclaration commune – Sommet mondial des entreprises sur l’énergie et le changement climatique 8-9 décembre 2015, MEDEF, Paris

Manifeste des entreprises

Manifeste des entreprises pour la conférence climat Paris 2015 (COP 21) : les entreprises proposent des solutions !
Manifeste des entreprises pour la conférence climat Paris 2015 (COP 21) : les entreprises proposent des solutions !
Dans la perspective de la conférence climat Paris 2015 (COP 21), le MEDEF a lancé le Manifeste des entreprises. Le changement climatique est un défi sans précédent auquel les entreprises répondent avec ambition et pragmatisme. Les comportements sociétaux, les business models des Etats et des entreprises vont inévitablement et rapidement évoluer. Anticipons et apportons des solutions à la hauteur des enjeux ! Télécharger le Manifeste des entreprises pour la conférence climat Paris 2015 (COP 21) : les entreprises proposent des solutions !

 

Documents joints

A lire

5 propositions pour une approche systémique du développement international

La mesure d’impact doit être la boussole du passage...

Tims : des ressources en ligne pour une mobilité durable et inclusive

Les porteurs du programme national Tims lancent le premier...

Pour sauver le Pacte Vert européen, mobilisation générale !

Alors que les attaques continuent contre le Pacte vert...

Comment associer transition écologique et justice sociale ?

Alors que les Français se disent inquiets des effets...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Un toit solaire moins cher qu’un toit traditionnel en tuiles ?

Les systèmes de toitures solaires sont désormais moins chers...

En 2024, 500 000 foyers français produisent et consomment leur électricité grâce au soleil

A l’occasion de la journée internationale du soleil le...

Le vélo, une solution pour développer localement une mobilité inclusive et durable

20% de la population française est en situation de...

Agir pour le vivant et construire une écologie politique inclusive

Agir pour le vivant est un festival citoyen ouvert...

A quand l’indicateur du Bonheur National Brut ?

« Le bonheur de tous ». C’est par ces mots...

Renforcer la résilience des entreprises face au changement climatique

La Conférence permanente des chambres consulaires et organisations intermédiaires africaines et francophones (Cpccaf) est, depuis son origine en 1973, au service de la croissance...

La station d’épuration du Pays d’Aix rénove sa Zone de Rejet Végétalisée

Inaugurée en mai 2024 par la Régie des Eaux du Pays d’Aix, la nouvelle Zone de Rejet Végétalisée de la Station d’Épuration a été...

5 propositions pour une approche systémique du développement international

La mesure d’impact doit être la boussole du passage à l’échelle des entreprises ! C’est pourquoi l’Impact Tank et le Groupe SOS prennent position...