Dans l'actualité :

Méthanisation : un levier pour l’agroécologie ?

La méthanisation est-elle vraiment un levier pour l’agroécologie ? Aude Dziebowski,...

Pourquoi créer une taxe sur la spéculation financière ?

Agir pour le climat soutient la mise en place...

Fédérer agriculteurs et entreprises pour régénérer notre terre

L’agriculture, c’est 40% des surfaces terrestres et 25% des...

Capitalism : a love story de Michael Moore

Avec des traders fous, des agents immobiliers sans scrupules, des familles ruinées, des sénateurs corrompus...

De l’Amérique moyenne aux coulisses du pouvoir à Washington, jusqu’à l’épicentre de la finance mondiale à Manhattan, Michael Moore propose au spectateur, avec son nouveau film, de s’aventurer sur un terrain rarement arpenté. Avec humour et insolence, Capitalism: a love story explore une question taboue : l’Amérique paie-t-elle aujourd’hui son amour du capitalisme ? Quelques années plus tôt, cette love story paraissait bien innocente. Aujourd’hui, pourtant, le rêve américain s’est bien mué en cauchemar, et ce sont les familles qui en paient le prix avec leurs emplois, leurs foyers et leurs économies. Michael Moore nous entraîne à la rencontre de ces gens ordinaires dont les vies ont été mises sans dessus-dessous, et part en quête d’explications à Washington et ailleurs. Et ce qu’il découvre, ce sont les symptômes bien connus d’une histoire d’amour qui a dégénérée : mensonges, maltraitance, trahison.. et 14000 emplois perdus chaque jour. Capitalism : a love story est à la fois l’apogée des précédénts travaux de Michael Moore, et un aperçu de ce à quoi pourrait ressembler un futur porteur d’espoir. C’est aussi et surtout la quête ultime du réalisateur pour répondre à la question qu’il s’est posé tout au long de sa carrière : qui sommes-nous et pourquoi diable nous comportons-nous ainsi ? Découvrez la bande-annonce et trois extraits de Capitalism : a love story.

L’équipe d’Utopia a apprécié ce film et notamment son introduction :  » Pour introduire le film, Michael Moore utilise comme parabole une comparaison éclairante avec l’Empire romain, à travers des extraits d’un vieux documentaire historique de la BBC. Le paradoxe de l’Empire romain est que, quelques temps avant sa chute au ve siècle sous le coup d’une invasion barbare qui plongea le monde dans le Moyen Age, il était au faîte de sa puissance économique, militaire, géopolitique. Il semblait contrôler le monde connu, et son équilibre social profondément inégalitaire reposait entre autres sur la consolation des plus démunis dans le divertissement (« du pain et des jeux »). Et finalement ce colosse aux pieds d’argile s’effondra d’un coup, sous les assauts des marges extérieures qui voulaient leur part d’opulence, et par la déliquescence d’une société qui avait oublié toutes les valeurs d’honneur et d’égalité, fondatrices de la République romaine. Alors, si vous vous téléportez 1500 ans plus tard, ça ne vous évoque rien, et peut-être en filigrane un petit avant goût de notre futur ? » Au-delà de cette petite leçon d’histoire comparée très éclairante, Michael Moore brille dans ce qu’il fait le mieux : mettre en évidence des comportements et des dérives qui font bondir. Entre autres, saviez-vous que certaines grandes entreprises américaines misent sur la mauvaise santé de leurs employés pour souscrire dans leur dos des assurances-vie ? On découvre cette magouille sordide dans une séquence bouleversante, en rendant visite à des familles endeuillées, partagées entre peine et colère. Moore nous fait rencontrer aussi le responsable de « Vautour Immobilier », agence spécialisée dans la spéculation sur les maisons saisies aux classes moyennes. Il montre des hommes politiques désabusés qui reconnaissent ne rien savoir de l’utilisation des millions de dollars versés par l’État fédéral aux banques coupables de la crise. Il nous dresse le portrait d’un pays en plein chaos, en plein désarroi existentiel. Homme de bon sens, il s’interroge sur des évidences : comment 1% de la population la plus favorisée parvient à imposer son modèle aux 99% à son service ? Alors que nous sommes attachés au principe d’une démocratie électorale, comment acceptons nous 8h par jour, à travers le fonctionnement de l’entreprise, une totale tyrannie oligarchique ? Mais surtout, cette fois ci, Michael Moore ouvre une porte de sortie de l’enfer libéral, avec une solution jamais évoquée aux Etats-Unis : l’autogestion des entreprises, à travers l’exemple d’une boîte de robotique qui pratique l’égalité des salaires (et ils sont largement au dessus du SMIC !). Alors l’espoir renaît et on sort de la salle avec une pêche d’enfer et de furieuses envies coopératives. Documentaire américain de Michael MOORE – 2009 – 2h06mn

Acheter le DVD

 

A lire

Méthanisation : un levier pour l’agroécologie ?

La méthanisation est-elle vraiment un levier pour l’agroécologie ? Aude Dziebowski,...

Un monde sans argent inspire partage et rencontres …

Un monde sans argent, une idée du Grand Projet...

Quels sont les enjeux écologiques des élections européennes ?

Les prochaines élections européennes seront cruciales pour l’avenir de...

Accélérer le passage à l’action pour la résilience des stations de montagne

Un séminaire de travail Green Cross a eu lieu...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Fédérer agriculteurs et entreprises pour régénérer notre terre

L’agriculture, c’est 40% des surfaces terrestres et 25% des...

Roots of Tomorrow : un Jeu Vidéo gratuit pour comprendre l’agroécologie

Gamabilis, studio indépendant français, a créé Roots of Tomorrow,...

Etudiant-e ? Secoue ton campus !

D’après la Consultation Nationale Étudiante 2023, 74% des étudiant·es...

Bachelor ACT, un diplôme pour les métiers porteurs de sens

Alors que de plus en plus de jeunes expriment...
David Naulin
David Naulinhttp://cdurable.info
Journaliste de solutions. Formation "Devenir journaliste" au CFPJ en 2022

Méthanisation : un levier pour l’agroécologie ?

La méthanisation est-elle vraiment un levier pour l’agroécologie ? Aude Dziebowski, Université de Strasbourg; Emmanuel Guillon, Université de Reims Champagne-Ardenne (URCA); Romain Debref, Université de Reims...

Pourquoi créer une taxe sur la spéculation financière ?

Agir pour le climat soutient la mise en place d'une taxe européenne sur les transactions financières dont les recettes serviraient la transformation écologique de...

Fédérer agriculteurs et entreprises pour régénérer notre terre

L’agriculture, c’est 40% des surfaces terrestres et 25% des émissions de gaz à effet de serre. L’agriculture régénératrice permet de séquestrer du carbone dans...