Dans l'actualité :

Quelles perspectives sur les ressources mondiales 2024

Le monde est confronté à une triple crise planétaire...

Quand la permaculture inspire l’habitat et l’entreprise

Notre mode de développement n’est plus viable. Il creuse...
Communiqué de presse des Amis de la Terre

BankTrack évalue les politiques internes de 45 banques internationales

Le réseau international d’ONG BankTrack, dont les Amis de la Terre sont membres, publie « Mind the gap », un nouveau rapport de référence qui analyse les politiques sociales et environnementales des 45 plus grandes banques du monde. Le secteur bancaire commence à développer de nouvelles politiques de crédit traitant des aspects sociaux et environnementaux de ses activités, mais ce progrès est lent et très mal réparti. De plus, un fossé inquiétant continue de grandir entre l’adoption de politiques contraignantes d’un côté et leur intégration effective dans les pratiques bancaires. Des améliorations significatives sont nécessaires, en particulier pour les grandes banques françaises, très en retard.

Le rapport évalue les politiques de crédit de 45 grandes banques internationales selon trois critères : le contenu des politiques sectorielles, le degré de transparence et de responsabilité, et l’application de ces politiques. Parmi les résultats présentés dans le rapport, les éléments suivants sont particulièrement intéressants : – Seules 4 banques sur 45 ont développé des politiques concernant les secteurs minier, pétrolier et gazier, et ce malgré leur impact désastreux sur l’environnement. BNP-Paribas, Crédit Agricole et Société générale n’ont en aucune ; – 36 banques sur 45 n’ont aucune politique concernant l’agriculture (y compris le Crédit Agricole) ; – Seule HSBC (Royaume-Uni) fait référence à la Commission Mondiale des Barrages, et elle reçoit également la meilleure note pour sa politique sur le secteur forestier ; – Rabobank (Pays-Bas) est la seule banque ayant une politique « correcte » pour le secteur de la pêche ; – Aucune banque n’a développé de politique sur l’évasion fiscale et les paradis fiscaux. Seule BBVA (Espagne) mentionne qu’elle ne soutient pas les activités reliées à l’évasion fiscale par ses clients ; – Les engagements plus poussés, en terme de droits humains de Rabobank contrastent clairement avec les politiques souvent vagues et approximatives des autres banques. Les banques commencent à être conscientes de la nécessité d’élaborer une politique sur le climat, puisque pas moins de 31 banques sur 45 mentionnent leurs politiques ou pratiques dans ce secteur ; malheureusement, la qualité générale de ces informations est faible, manquant d’engagements de réductions des émissions induites. Enfin, 34 banques publient un rapport annuel de développement durable vérifiée par une tierce partie et remplissant les exigences de base de la Global Reporting Initiative et de son supplément pour le secteur des services financiers. La transparence et la responsabilité au niveau des financements de projets reste faible, peu de banques, y compris celles qui ont signé les Principes d’Equateur, fournissant quelque détail que ce soit sur leurs clients et leurs transactions. « Pris comme ensemble, « Mind the Gap » dépeint un portrait sombre de l’industrie bancaire », déclare Ulrike Lohr, coordonnatrice du projet pour BankTrack. « Quelques banques montrent clairement la voie à suivre, mais elles sont encore trop nombreuses à rester loin derrière ; il est cependant encourageant que les banques soient de plus en plus conscientes de la nécessité de développer de nouvelles politiques ». « Concernant les banques françaises (BNP-Paribas, Crédit Agricole et Société générale), la longue liste de projets controversés figurant dans le rapport souligne la nécessité urgente de développer des normes sectorielles, et de les appliquer strictement », ajoute Sébastien Godinot, coordinateur des campagnes aux Amis de la Terre. « Ce rapport met en évidence pour la seconde fois que les banques françaises sont très en retard en terme de normes sectorielles ». « Le rapport « Mind the gap » est une référence pour mesurer les progrès des banques commerciales et d’investissement sur la voie du développement durable. Les banques devraient prendre ce rapport comme un encouragement à améliorer rapidement leurs pratiques. Les banques peuvent en effet être des agents de changement majeurs. Au contraire, leur implication dans des projets controversés peut se retourner contre elles en terme de réputation », conclut Yann Louvel, chargé de campagne Finance privée aux Amis de la Terre. Pour aller plus loin :Secrets bancaires par l’ONG Netwerk Vlaanderen

 

A lire

Efficacité, rénovation et transition énergétique : ambition 2030

Chantier prioritaire de la planification écologique, la rénovation énergétique...

Que veut le Rassemblement national sur le climat ?

À l'approche des élections européennes, le Pacte vert est...

Élu(e)s pour agir ? Rejoignez le réseau Ademe !

Gilles Pérole est adjoint au maire de Mouans-Sartoux (06)...

Quand les agriculteurs s’impliquent dans les énergies renouvelables

Quand agriculteurs et riverains d’un territoire s’associent pour développer...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Quand la permaculture inspire l’habitat et l’entreprise

Notre mode de développement n’est plus viable. Il creuse...

Stockage intersaisonnier de chaleur : la solution de chauffage – climatisation durable et décarbonée

Le stockage intersaisonnier de chaleur consiste à mettre en...

Tu veux changer les choses ? Avec l’ingénierie tu peux vraiment tout faire !

En France, il manque 20 000 ingénieurs et ingénieures...

Baromètre de confiance envers les fruits et légumes frais

Avec + 4,9 % d'après l'INSEE, l'inflation des produits...
David Naulin
David Naulinhttp://cdurable.info
Journaliste de solutions. Formation "Devenir journaliste" au CFPJ en 2022

Quelles perspectives sur les ressources mondiales 2024

Le monde est confronté à une triple crise planétaire : le changement climatique, la perte de biodiversité, la pollution et les déchets. L'économie mondiale...

Quand la permaculture inspire l’habitat et l’entreprise

Notre mode de développement n’est plus viable. Il creuse les inégalités, consume la bio-régénérescence de la planète et accélère le dérèglement climatique. Il y...

Pourquoi bouder l’alimentation bio malgré la réduction de l’écart de prix avec les produits conventionnels ?

Choisit-on consciemment ce que l'on mange ? Chaque jour, nous favorisons, à travers nos choix alimentaires, un type d’agriculture plutôt qu’un autre. Les aliments...