Dans l'actualité :

Méthanisation : un levier pour l’agroécologie ?

La méthanisation est-elle vraiment un levier pour l’agroécologie ? Aude Dziebowski,...

Pourquoi créer une taxe sur la spéculation financière ?

Agir pour le climat soutient la mise en place...

Fédérer agriculteurs et entreprises pour régénérer notre terre

L’agriculture, c’est 40% des surfaces terrestres et 25% des...

Alerte Survival International : Expulsion imminente des Bushmen pour faire place à un corridor biologique

Au sud du Botswana, une communauté bushman est menacée d’expulsion imminente pour faire place à un couloir biologique.

Au sud du Botswana, une communauté bushman est menacée d'expulsion imminente pour faire place à un couloir biologique.

© Stephen Corry/Survival

Survival International a reçu des informations inquiétantes concernant l’expulsion imminente de plusieurs centaines de Bushmen du sud du Botswana pour faire place à un corridor biologique.

Le gouvernement local aurait annoncé à la communauté bushman de Ranyane que des camions arriveraient lundi prochain pour les expulser du territoire qu’ils habitent depuis des générations et que leurs maisons seraient détruites.

Le territoire de ces Bushmen se situe au cœur du projet d’un corridor biologique que l’organisation américaine Conservation International, dont l’un des membres du conseil d’administration est le président botswanais Ian Khama, et le Fonds Français pour l’Environnement Mondial (FFEM) avaient préparé depuis de nombreuses années. Ce territoire qui se trouve entre la Réserve du Kalahari central (CKGR) et le Parc transfrontalier de Kgalagadi est également habité par des colons et des fermiers.

Survival International s’est adressée au président Khama, à Conservation International, à l’Ambassadeur français au Botswana et au FFEM pour leur exprimer sa vive opposition à l’expulsion planifiée de la communauté bushman.

Un Bushman a déclaré à Survival : ‘Nous appelons la communauté internationale à soutenir les Bushmen de Ranyane dans leur lutte pour leur droit à rester sur leur terre ancestrale. L’opinion publique internationale doit savoir que le gouvernement agit mal avec nous’.

L’expulsion des peuples indigènes de leurs terres anéantit leurs moyens de subsistance et leur auto-suffisance et a des impacts dévastateurs sur leur santé.

L'expulsion des peuples indigènes de leurs terres anéantit leurs moyens de subsistance et leur auto-suffisance et a des impacts dévastateurs sur leur santé.

© Survival

Ce n’est pas la première fois que les Bushmen du Botswana sont la cible du gouvernement au nom de la conservation. Lors de trois évictions brutales, entre 1997 et 2005, des milliers de Bushmen ont été expulsés de la CKGR, soi-disant au nom de la conservation de la faune. Les Bushmen expulsés de leur territoire en 2002 avaient poursuivi le gouvernement botswanais en justice et, dans un verdict historique, la Haute Cour botswanaise avait statué en 2006 que leur expulsion était ‘illégale et anticonstitutionnelle’.

L’expulsion forcée des peuples indigènes de leurs terres ancestrales a des impacts dévastateurs sur leur santé et anéantit leurs moyens de subsistance et leur auto-suffisance. Dans les camps dits de ‘relocalisation’ au Botswana, les Bushmen évincés de leur terre dépendent entièrement des aides gouvernementales et souffrent fréquemment d’alcoolisme, de dépression et de bien d’autres maladies.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : ‘La destruction des peuples indigènes au nom de la ‘conservation’ a des relents de colonialisme. Cela ne devrait plus être admis de nos jours et les écologistes soucieux de la place de l’homme dans son environnement devraient s’en indigner’.

Télécharger la lettre de Survival adressée au président botswanais Ian Khama

Partager l’actualité

Email


Agir

Agissez maintenant pour aider les Bushmen

Écrivez une lettre brève et courtoise en vous inspirant du modèle ou écrivez librement.
Ecrivez à votre député
Écrivez au consulat du Botswana en France ou à l’ambassade du Botswana en Belgique.
Faites un don à Survival.

A lire

Méthanisation : un levier pour l’agroécologie ?

La méthanisation est-elle vraiment un levier pour l’agroécologie ? Aude Dziebowski,...

Un monde sans argent inspire partage et rencontres …

Un monde sans argent, une idée du Grand Projet...

Quels sont les enjeux écologiques des élections européennes ?

Les prochaines élections européennes seront cruciales pour l’avenir de...

Accélérer le passage à l’action pour la résilience des stations de montagne

Un séminaire de travail Green Cross a eu lieu...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Fédérer agriculteurs et entreprises pour régénérer notre terre

L’agriculture, c’est 40% des surfaces terrestres et 25% des...

Roots of Tomorrow : un Jeu Vidéo gratuit pour comprendre l’agroécologie

Gamabilis, studio indépendant français, a créé Roots of Tomorrow,...

Etudiant-e ? Secoue ton campus !

D’après la Consultation Nationale Étudiante 2023, 74% des étudiant·es...

Bachelor ACT, un diplôme pour les métiers porteurs de sens

Alors que de plus en plus de jeunes expriment...

Méthanisation : un levier pour l’agroécologie ?

La méthanisation est-elle vraiment un levier pour l’agroécologie ? Aude Dziebowski, Université de Strasbourg; Emmanuel Guillon, Université de Reims Champagne-Ardenne (URCA); Romain Debref, Université de Reims...

Pourquoi créer une taxe sur la spéculation financière ?

Agir pour le climat soutient la mise en place d'une taxe européenne sur les transactions financières dont les recettes serviraient la transformation écologique de...

Fédérer agriculteurs et entreprises pour régénérer notre terre

L’agriculture, c’est 40% des surfaces terrestres et 25% des émissions de gaz à effet de serre. L’agriculture régénératrice permet de séquestrer du carbone dans...