CDURABLE.info sélectionne, depuis 10 ans, l'essentiel à savoir de l'actualité du Développement Durable pour comprendre et agir en acteur du changement.
 
 
Développement Durable en action
THE BODY SHOP

De l’huile de palme durable

jeudi 26 juillet 2007
Posté par Carine Hazebroucq

Imprimer Enregistrer au format PDF

Afin de diminuer les effets néfastes de la déforestation entraînée par le commerce de l’huile de palme, The Body Shop a annoncé qu’il se fournirait exclusivement en huile de palme produite de manière durable pour ses savons.



The Body Shop est une entreprise pionnière du développement durable dans l’industrie cosmétique (plus de 2100 magasins dans plus de 55 pays).

Anita Roddick a fondé l’enseigne The Body Shop en 1976 pour lutter contre les méfaits de l’industrie cosmétique :
- campagne de communication pour réhabiliter le corps de la femme et développer l’estime de soi
- campagne contre l’expérimentation animale

Découvrez la préface d’Anita Roddick de son autobiographie Corps et Ames en cliquant ici. Réconcilier l’éthique et le business , telle est la préoccupation permanente d’Anita Roddick à travers son entreprise.

Aujourd’hui, afin de diminuer les effets néfastes de la déforestation entraînée par le commerce de l’huile de palme, The Body Shop a annoncé qu’il se fournirait exclusivement en huile de palme produite de manière durable pour ses savons.

C’est une première mondiale pour un groupe cosmétique !

En effet, pour répondre à une demande de plus en plus croissante des pays du Nord en huile de palme, des millions d’hectares de forêts primaires sont défrichés dans les régions tropicales d’Asie du Sud Est (la Malaisie et l’Indonésie détiennent 83% du marché mondial), d’Afrique de l’Ouest et d’Amérique du Sud pour laisser la place à des palmeraies.
Cette huile végétale est très utilisée dans les aliments et les cosmétiques pour son faible coût de production et son haut rendement. Sa demande a été multipliée par six depuis le milieu des années 80 et représente désormais 29 millions de tonnes chaque année !

Comme le rappelle le WWF, « les forêts sont des maillons essentiels de la chaîne de la vie. Elles jouent un rôle vital dans la régulation des climats et du cycle de l’eau et sont des écosystèmes les plus riches et utiles de la planète. »

En Indonésie la déforestation massive, le « rouleau compresseur », menace également des centaines de millions de personnes (essentiellement des populations indigènes) qui vivent dans et de la forêt et qui se voient confisquer leurs terres par les nouveaux occupants ! Obligées de fuir ou de travailler dans les plantations, elles perdent leurs moyens de subsistance sans pour autant gagner de quoi satisfaire leurs besoins : la culture du palmier à huile nécessite un investissement trop onéreux et l’activité est peu rémunératrice pour eux.

L’exploitation de l’huile de palme a aussi des effets dévastateurs sur la faune : orangs-outans, éléphants, tigres d’Asie, etc. Leur habitat naturel (les forêts de Malaisie, Indonésie, Bornéo et Sumatra) a été détruit à plus de 90% aux XIXe et XXe siècles, et la déforestation massive continue pour laisser la place à de plus en plus de plantations de palmiers à huile.
On estime à 5000 le nombre des orangs-outans victimes chaque année de cette exploitation. Si rien n’est fait, ils auront disparu en 2020 !

Face à l’évolution catastrophique des forêts tropicales d’Asie du Sud Est, le WWF, en collaboration avec des partenaires comme Migros, Unilever et Bodyshop, a mis en place une table ronde sur la production durable d’huile de palme pour définir des normes garantissant une production durable (critères environnementaux, économiques, sociaux).
L’objectif est de lancer une certification pour une huile de palme durable en 2008 : garantie que ni l’environnement, ni les hommes, ni la faune ne sont menacés par la culture des palmiers à huile.


Consultez le site Forêts / Nos Missions - WWF - Organisation mondiale de la protection de l’environnement

Mais cette démarche et la mise en œuvre de sa régulation restent volontaires et laissées à l’initiative de chaque pays jusqu’en novembre 2007.

The Body Shop donne ainsi l’exemple. C’est une décision symbolique.
The Body Shop va s’adresser à l’entreprise Daabon, en Colombie. Daabon est depuis longtemps pionnière en matière de responsabilité sociale et environnementale. Depuis près de 20 ans, Daabon s’est concentrée sur la certification biologique de ses produits ; récemment l’entreprise à mis en oeuvre des normes sociales, telles que SA8000, Fairtrade et Rainforest Alliance. Daabon travaille en étroite collaboration avec des coopératives locales, à qui elle fournit formation et débouchés.

Même si les 2200 tonnes d’huile de palme utilisées par The Body Shop ne représentent qu’une goutte d’eau dans l’océan… l’engagement volontaire de l’enseigne marque une étape historique pour l’ensemble du secteur cosmétique. The Body Shop veut parvenir à inspirer d’autres entreprises à les rejoindre.

Article lu 4365 fois



 

Accueil | Contact | Mentions légales | Espace privé | Statistiques du site
Nombre de visiteurs 10180408

43 visiteurs en ce moment

| Site réalisé avec SPIP |un site CDURABLE online

Agence MC Cdurable CDURABLE.com

RSSfr

Creative Commons License : Firefox


__________________________________________
Google
Loading
  Maison
La maison durable
  Cdurable.com
Agir pour un monde durable