CDURABLE.info sélectionne, depuis 10 ans, l'essentiel à savoir de l'actualité du Développement Durable pour comprendre et agir en acteur du changement.
 
 
Librairie Développement Durable > Economie

Prêt à jeter et bon pour la casse : enquêtes sur l’obsolescence programmée de nos équipements

mardi 25 septembre 2012
Posté par David Naulin

Imprimer Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

Avec Bon pour la casse, les déraisons de l’obsolescence programmée, Serge Latouche signe le premier livre en France sur un phénomène stupéfiant et peu connu, devenu quasi consubstantiel de l’économie capitaliste, l’obsolescence programmée. Un processus qui, pour stimuler la consommation et nous en rendre addict, fut conçu et mise en œuvre au milieu du XIXème siècle aux Etats-Unis.



Des 3 formes principales de l’obsolescence programmée -le recours aux techniques pour rendre un produit très vite suranné à la publicité qui nous convainc d’acquérir des produits dont nous n’avons nul besoin-, le plus symptomatique et le plus pervers est le fait d’introduire dans les objets une pièce défectueuse pour en limiter la durée de vie.

Bon pour la casse Ainsi des ampoules (qui avaient été conçues pour une durée d’utilisation quasi illimitée), des automobiles, des appareils ménagers et aujourd’hui des ordinateurs ou des imprimantes. La plupart des biens que nous achetons sont sciemment viciés de telle sorte que nous soyons contraints, pour faire marcher la machine économique, de les renouveler.

C’est cette histoire, face noire de l’économie capitaliste que nous raconte Serge Latouche, remontant au XIXème siècle et illustrant son propos de nombreux exemples plus éloquents les uns que les autres.

Mais l’auteur tire également la sonnette d’alarme : pouvons-nous accepter de vivre ainsi dans une société aux ressources limitées, qui multiplie à l’envie et par nature le gaspillage, les déchets et engendre de facto de très grands dégâts environnementaux ? C’est la critique des associations écologistes, qui jugent que le processus de remplacement des produits n’a plus rien de "naturel" dans certaines entreprises. La critique récente formulée par les Amis de la Terre à l’encontre de l’iPhone 5 n’est ainsi pas passée inaperçue. Benoît Hamon, Le ministre délégué à l’économie sociale et solidaire et à la consommation, interrogé par le magazine 60 Millions de consommateurs estime : "L’obsolescence des appareils est quasiment pensée au départ par les opérateurs pour favoriser le renouvellement. Or, acheter un appareil qui est destiné à être totalement démodé un an plus tard pose d’autant plus question lorsque le constructeur a lui-même organisé cette obsolescence. Cela constitue un sujet de travail et de préoccupation", explique-t-il.

Que compte faire le ministre dont l’intitulé du ministère est on ne peut plus clair ? Pour l’instant, pas grand chose. Benoît Hamon veut pour l’instant consulter le Conseil national de la consommation et déterminer les moyens pour "lutter contre cette obsolescence programmée dans le domaine du numérique". Une lutte qui passera par une mise en garde. De qui ? Des consommateurs ? Des firmes ? Il ne le précise pas. Reste à savoir comment Benoît Hamon va pouvoir mettre le holà à la stratégie commerciale des Apple, Samsung et autres fabricants de téléphones mobiles ... En attendant, Serge Latouche cite Gandhi : « Il y a assez de tout dans le monde pour satisfaire aux besoins de l’homme, mais pas assez pour assouvir son avidité. »

Références : Bon pour la casse, Les déraisons de l’obsolescence programmée de Serge Latouche - Editions Les Liens qui Libèrent - Date de parution : 03-10-2012 - 100 pages - Prix public : 10 €

 Prêt à jeter, une enquête à voir ou revoir

Un produit usé = un produit vendu !

Tourné aux quatre coins du monde, ce film enquête sur l’obsolescence programmée, concept vieux comme l’industrie mais toujours vivace. Une démonstration aussi implacable qu’éclairante.

Dans les pays occidentaux, on peste contre des produits bas de gamme qu’il faut remplacer sans arrêt. Tandis qu’au Ghana, on s’exaspère de ces déchets informatiques qui arrivent par conteneurs. Ce modèle de croissance aberrant qui pousse à produire et à jeter toujours plus ne date pas d’hier. Dès les années 1920, un concept redoutable a été mis au point : l’obsolescence programmée. "Un produit qui ne s’use pas est une tragédie pour les affaires", lisait-on en 1928 dans une revue spécialisée. Peu à peu, on contraint les ingénieurs à créer des produits qui s’usent plus vite pour accroître la demande des consommateurs.

CROISSANCE FOLLE

"À l’époque, le développement durable n’était pas au centre des préoccupations", rappelle Warner Philips, arrière-petit-fils des fondateurs de la marque du même nom. Mais alors que les ressources de la planète s’épuisent, rien n’a changé. "La logique est croître pour croître", note Serge Latouche, professeur émérite d’économie à l’université de Paris 11. Tournée en France, en Allemagne, en Espagne, au Ghana et aux États-Unis, nourrie de nombreuses archives et interviews, avec, pour fil conducteur, le test d’une imprimante récalcitrante, cette démonstration minutieuse débusque les avatars de l’obsolescence programmée et leurs répercussions. Elle esquisse aussi d’autres modèles économiques : de la décroissance, prônée par Serge Latouche, à une industrie qui produirait et recyclerait à l’infini, à l’image de la nature. Une investigation passionnante, qui, l’exaspération une fois passée, amorce la réflexion.

 Une obsolescence programmée : Illustration avec quatre objets familiers

  • Rament les baladeurs : Les premiers iPod n’étaient pas donnés. Alors quand dix huit mois après, ses utilisateurs ont vu que la batterie de leur nouveau joujou rendait l’âme et que la firme à la pomme n’envisageait pas de la remplacer, certains d’entre eux se sont mobilisés. Après un procès qui a débouché sur un accord entre les deux parties, l’entreprise a mis en place un service de remplacement des batteries, étendu leur garantie à deux ans et dédommagé les plaignants.
  • Plantent les imprimantes : Difficile de les faire réparer. En général, les fabricants conseillent d’en racheter. Dans Prêt à jeter, Marcos LÓpez, un jeune informaticien lâché par son imprimante, décide d’en savoir plus. Sur les forums, il apprend qu’une puce détermine la durée de vie de sa machine. Au bout d’un certain nombre d’impressions, celle-ci sonne le glas du système. Heureusement, le Web fourmille de développeurs malins. Le Russe Vitaliy Kiselev a ainsi inventé un logiciel qui remet le compteur à zéro. Marcos charge le programme sur son ordinateur, et, comme par magie, son imprimante reprend vie !
  • Claquent les ampoules : À Livermore, en Californie, une ampoule mystérieuse éclaire depuis cent dix ans. Filmée en permanence, elle a
    survécu à deux webcams. Sans aller jusque-là, ses congénères des années 1920 fonctionnaient en moyenne deux mille cinq cent heures.
    Mais, en 1925, un cartel d’industriels réduisit cette durée à mille heures, pour forcer les consommateurs à en acheter plus souvent. Cette entente
    sera condamnée en 1953, sans effet. Depuis, des inventeurs déposent des brevets permettant d’augmenter la longévité des ampoules, jusqu’à cent mille heures pour l’un d’eux. Mais, bizarrement, on ne trouve pas ces produits miracles en rayon !
  • Filent les bas : En 1940, le groupe Dupont, fleuron de la chimie, lance le Nylon. Grâce à cette fibre révolutionnaire, les bas ne filent plus et les consommatrices sont ravies. Mais l’affluence des premiers temps
    une fois passée, les boutiques désemplissent et les ingénieurs sont sommés d’inventer des produits moins résistants. En variant la quantité
    d’additifs protégeant la fibre, ceux-ci ont, bon gré mal gré, programmé l’usure du produit. Et les mailles se sont remises à dégringoler sur les
    jambes des femmes…
Article lu 20217 fois

lire aussi :
  • iPad 3 : Apple spécule à nouveau avec la planète
  • Batteries de smartphones : le gaspillage énergétique, sans transition
  • Obsolescence des produits high-tech : Comment les marques limitent la durée de vie de nos biens
  • Obsolescence programmée : après les débats, un texte de loi
  • Zero Waste France dévoile son Scénario
  • Affichage environnemental, économie de fonctionnalité, durabilité des produits ...
  • Comment agir vraiment contre l’obsolescence programmée ?


  • forum

    • Prêt à jeter et bon pour la casse : enquêtes sur l’obsolescence programmée de nos équipements
      8 octobre 2012, par jw79

      Merci à Serge Latouche de mettre sa notoriété au service de cette "grande cause".

      Mais, pour respecter la chronologie, il serait bon de rappeler que la question de l’obsolescence programmée a été "mise sur la table" de belle manière par les Amis de la Terre via un rapport publié en septembre 2010 et intitulé "L’obsolescence programmée,symbole de la société du gaspillage. Le cas des produits électriques et électroniques", et qu’un film documentaire réalisé en 2010 par Cosima Dannoritzer en 2010, intitulé "Prêt à jeter". Très instructif ! A voir absolument sur Youtube.

      jw79

    • Prêt à jeter, enquête sur l’obsolescence programmée de nos équipements
      17 mai 2012, par Derlan

      Bonjour ã toute l’équipe de ce site,

      D’abord, merci d’exister. C’est par hasard que je suis tombé hier soir sur un document sur UshaiaTV concernant l’ "Obsolescence programmée". Attitude franchement scandaleuse et révoltante. Voulant en savoir davantage, j’ai navigué sur Internet et suis tombé sur ce site intéressant. Je ne fais que découvrir ce thème qui existe pourtant depuis les années 20, où des trafiqueurs Ingénieux ont eu le temps de bien rôder et évoluer dans leurs manoeuvres, issues d’une mentalité pervertie au nom de la rentabilité, sans compter sur la pollution que cela engendre dans les pays esclaves de l’Occident. Dans quel monde vit-on ?

    • Prêt à jeter, enquête sur l’obsolescence programmée de nos équipements
      16 mars 2012, par Pierre HUET

      On ne défend pas une bonne cause avec de mauvais arguments : Le fil rouge, c’est le cas de le dire, de ce documentaire est l’ampoule de Livermore, or cet exemple est totalement déplacé ! c’est une ampoule à filament de carbone fonctionnant à température plus basse que les ampoules au tungstène, donc à faible rendement lumineux.

      Il fallait au moins soulever la question suivante : vaut-il mieux consommer des ampoules ou beaucoup plus d’énergie ?

    • Prêt à jeter : enquête sur l’obsolescence programmée de nos équipements
      26 décembre 2011, par Olivier
    • Prêt à jeter : enquête sur l’obsolescence programmée de nos équipements
      22 février 2011, par L. Dely

      Bonjour,
      Voici un autre cas qui, objectivement, semble relever du vieillissement programmé, une
      carte électronique comportant une piste sous dimensionnée pour créer une panne après un temps d’utilisation. Voir :
      http://www.forum-electromenager.com/panne_lave_vaisselle_arthur_martin.html

      Merci internet, en cherchant le prix des pièces détachées, j’ai trouvé ce lien et j’ai réparé la carte électronique de cet appareil (valeur annoncée 150 Euro). Ce faisant, j’ai constaté que l’alimentation du relais de chauffage était VOLONTAIREMENT prévue pour fondre après une certaine durée : piste sous dimensionnée par rapport aux critères habituels. (J’ai une formation Bac+5 en électrotechnique)
      On peut supposer que le groupe Merloni (l’un des deux plus importants au monde) n’a pas mis en place une telle politique que pour cet appareil. De tels comportements mériteraient une plainte collective mais les "class action" mentionnées dans le film (à l’encontre d’Apple) ne sont pas autorisées en France : nos députés s’y sont refusés !
      Cordialement
      LD

    • Prêt à jeter : enquête sur l’obsolescence programmée de nos équipements
      21 février 2011

      bonjour à tous,
      je vous fais suivre le lien du forum dédié à l’obsolescence programme

      http://obsoprogram.forumgratuit.fr/

      je vous invite à venir partager vos expérience face à ce fléau
      à bientôt

    • Obsolescence programmée....
      15 février 2011

      Comme la plupart de consommateurs conscient, j’ai tout de suite été interpelé par l’emission d’ARTE sur l’obslescence "programmé".

      Je dis par consommateur "conscient", la personne percevant bien les limites de nos stocks de ressources globaux ainsi que la dupperie de trés nombreux constructeurs quant à la qualité des produits commercialisé.

      Combien de fois, n’ai je entendu dire "Avant on faisait des produit de qualité"de la part de personne de 60 ans ou plus. Et bien vrai de constater que les produit datant des années 60 ou anterieures était de bien meilleur facture et concu pour durer dans leur utilité.

      Personnellement, j’ai eu vent de ce que l’on dénome "Obsolescence programé" dans les année 80 par le biais d’un ingenieur. Ce dernier m’avoua qu’un département entier de ses confrères avaient à chargede limité la durée de vie de la totalité produits fabriqué par cette firme. (Thomson pour ne pas la cité). Et cette pratique s’apliquait aussi bien à des produit fini "complexe" (balladeur, ordinateur et autres) mais aussi à des produits "simple" (composants electronique).

      Imaginait seulement mon effarement et ma colere une fois cela porté à ma connaissance.

      Colere d’autant plus exacerbé que l’ensemble de milieux industrielles varié pratiquaient cette pratique.

      De ce fait, même le fait d’acheter un produit de marque, n’était plus gage de qualité et durabilité vu que ces même marques avait concu une durée de vie "acceptable" selon leur critères.

      Alors, que l’on ose enfin porté cela à la connaissance de tous, "bravo" je dis. Mais qu’allons nous pouvoir rééllement faire pour contrer cela.

      Saurons nous nous mobiliser et comment ? Existe t’il des sites nous permettant de nous organiser face à cela ?

      Maintenant qu’ARTE à porte cela à la connaisance de tous, j’aimerais bien m’impliqué plus via les réseaux sociaux ou autre. Donc si vous avez des sites à recommander... je suis preneurs.

      • Obsolescence programmée....
        17 février 2011, par adren

        Bonjour,

        Je suis en effet choqué comme la plupart d’entre vous de constater mais aussi de subir les effets d’une usure accélérée des produits de consommation courants.
        Et en effet il faudrait que ces actions soient prises.

        Voici qques idées à chaud :

        - maintenir une liste à jour des constructeurs dont les produits ont fait l’objet de cas patents d’obsolescence programmé (cas typique de l’imprimante qui s’arrête de fonctionner après 15000 impressions).
        On peut facilement imaginer que des associations comme "Green Peace" qui dénoncent déjà les produits contenant des OGM hébergent ce genre de liste noire.

        - alerter les services publics (ex : la DGCCRF) de ce genre de pratique en espérant qu’ils puissent la faire cesser

        - tenter une action en justice à l’aide des associations de consommateurs en invoquant le vice de forme / vice caché (ce genre de cas devrait être traité au pénal).

    • Prêt à jeter : enquête sur l’obsolescence programmée de nos équipements
      12 février 2011, par cloclo

      Super de nous montrer ce que l’on soupçonne depuis pas mal de temps... La consommation à outrance permet aux riches de devenir plus riche, et de jeter nos crasses là où ils ne nous nuisent pas, mais détériorent la nature tout comme la santé des personnes locales... Arrêtons se massacre de la terre : produisons des articles fondés sur le respect de la terre et de ses habitants.

      • Prêt à jeter : enquête sur l’obsolescence programmée de nos équipements
        15 février 2011, par catcot

        Très intéressant ce documentaire ; bien réalisé aussi ; cependant il y a longtemps qu’on le sait.

        J’aimerais savoir comment s’appelle ce logiciel qu’a inventé Vitaly kiselev et où il se télécharge...

     

    Accueil | Contact | Mentions légales | Espace privé | Statistiques du site
    Nombre de visiteurs 9834546

    71 visiteurs en ce moment

    | Site réalisé avec SPIP |un site CDURABLE online

    Agence MC Cdurable CDURABLE.com

    RSSfr

    Creative Commons License : Firefox


    __________________________________________
    Google
    Loading
      Maison
    La maison durable
      Cdurable.com
    Agir pour un monde durable