[CDURABLE.info] : Nagoya donne un coup de pouce à la nature selon le WWF
Réaction du WWF France
Nagoya donne un coup de pouce à la nature selon le WWF
samedi 30 octobre 2010
par David Naulin

Les gouvernements réunis pour la réunion de la Convention des Nations Unies pour la diversité biologique (CBD) sont arrivés à un accord qui, lorsqu’il sera entré en vigueur, permettra au monde d’avancer dans la bonne direction pour éviter les extinctions massives d’espèces et arrêter le déclin de la biodiversité. Le WWF salue l’adoption du nouveau plan de sauvetage de la biodiversité pour les 10 prochaines années.

"Les ministres ont travaillé dur ces trois derniers jours pour arriver à cet accord. Nous espérons que leur détermination et leur état d’esprit inspireront d’autres Sommets, notamment les négociations sur le climat qui auront lieu en décembre à Cancun", déclare Jim Leape, directeur général du WWF-International.

Le WWF salue l’adoption du nouveau plan de sauvetage de la biodiversité pour les 10 prochaines années

"Cet accord réaffirme le besoin fondamental de conserver la nature comme le socle même de notre économie et de notre société. Les gouvernements ont clairement rappelé que la protection de la planète a sa place dans l’agenda politique international et que les pays sont prêts à joindre leurs forces pour sauver la vie sur Terre" ajoute Jim Leape.

Un protocole ABS débloqué

Les délégués sont parvenus à dépasser le blocage qui était irrésolu depuis la signature de la Convention, il y a 18 ans : le protocole d’accès et de partage des bénéfices liés aux ressources génétiques (protocole ABS). "Le protocole de Nagoya est historique car il assure que l’immense valeur des ressources génétiques sera partagé de façon plus équitable", explique Jim Leape.

Une protection accrue des zones marines et côtières

Les gouvernements se sont également mis d’accord sur un objectif d’arrêt de la surpêche, et sur la protection de 10 % des zones marines et côtières, y compris les zones de haute mer. C’est une très bonne nouvelle pour les océans du monde.

"Même si cet objectif signifie multiplier par 10 les surfaces d’aires marines protégées, cela reste insuffisant car selon les scientifiques, celles-ci devraient couvrir 20 % des mers", explique Christine Sourd, Directrice adjointe du WWF-France.

17 % des habitats terrestres protégés

En ce qui concerne les habitats terrestres, le nouveau plan pour la biodiversité a établi un objectif de protection de 17 % des surfaces, ce qui représente une augmentation modeste par rapport à la moyenne actuelle de 12 %. Les gouvernements ont aussi décidé de réformer les subventions nuisibles à la biodiversité.

Les États s’engagent financièrement

Enfin, les Etats ont accepté d’intégrer la biodiversité dans les comptabilités nationales ce qui permettrait sa meilleure prise en compte dans les discussions politique et économique.

Nous saluons l’engagement de la France à investir 4 milliards d‘euros d’ici 2020 dans l’aide au développement. Cependant, d’autres financements seront nécessaires pour stopper la perte rapide de la biodiversité dans le monde.

"Près d’un an après l’échec de Copenhague, c’est rassurant de voir qu’un accord sur la biodiversité a été signé par près de 190 Etats. Sans être un succès total, Nagoya marque une étape importante dans la protection de la biodiversité mondiale qui devra être suivie d’un travail intense dans les mois et années à venir. Nous espérons que cette belle victoire sera suivie d’une autre victoire concernant la sauvegarde du thon rouge avec la tenue à Paris de l’ICCAT" note serge Orru, directeur général du WWF France.