Dans l'actualité :

Renforcer la résilience des entreprises face au changement climatique

La Conférence permanente des chambres consulaires et organisations intermédiaires...

La station d’épuration du Pays d’Aix rénove sa Zone de Rejet Végétalisée

Inaugurée en mai 2024 par la Régie des Eaux...

5 propositions pour une approche systémique du développement international

La mesure d’impact doit être la boussole du passage...

Sortie du rapport « Planète Vivante 2008 »

Une crise peut en cacher une autre ! La crise du crédit écologique

« L’économie mondiale va mal. Financièrement, nous vivons au-delà de nos moyens. Mais une récession financière n’est rien en comparaison de la menace d’un resserrement du crédit écologique ».

Jim Leape, CEO of WWF-International (Living Planet Report 2008)

Le Rapport Planète Vivante 2008 apporte un éclairage renouvelé sur la question de la gestion des ressources à l’échelle mondiale. Cette nouvelle édition démontre clairement le resserrement du crédit écologique pour l’ensemble de l’humanité. Ainsi, plus des trois-quarts de la population mondiale vit dès à présent dans une situation de débiteurs écologiques.

Bernard Cressens, directeur des programmes du WWF-France, présentera les derniers développements de l’édition 2008 avec un focus particulier sur l’empreinte écologique de la France. Cette présentation sera suivie d’un débat en compagnie de Denis Loyer, directeur adjoint de la direction Opérations de l’AFD.


Trouvez plus de vidéos comme celle-ci sur Planète-Attitude

Télécharger le rapport « Planète vivante 2008 »

Télécharger le document présentant l’empreinte écologique de la France et de la Belgique

A lire

5 propositions pour une approche systémique du développement international

La mesure d’impact doit être la boussole du passage...

Tims : des ressources en ligne pour une mobilité durable et inclusive

Les porteurs du programme national Tims lancent le premier...

Pour sauver le Pacte Vert européen, mobilisation générale !

Alors que les attaques continuent contre le Pacte vert...

Comment associer transition écologique et justice sociale ?

Alors que les Français se disent inquiets des effets...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Un toit solaire moins cher qu’un toit traditionnel en tuiles ?

Les systèmes de toitures solaires sont désormais moins chers...

En 2024, 500 000 foyers français produisent et consomment leur électricité grâce au soleil

A l’occasion de la journée internationale du soleil le...

Le vélo, une solution pour développer localement une mobilité inclusive et durable

20% de la population française est en situation de...

Agir pour le vivant et construire une écologie politique inclusive

Agir pour le vivant est un festival citoyen ouvert...

A quand l’indicateur du Bonheur National Brut ?

« Le bonheur de tous ». C’est par ces mots...

Renforcer la résilience des entreprises face au changement climatique

La Conférence permanente des chambres consulaires et organisations intermédiaires africaines et francophones (Cpccaf) est, depuis son origine en 1973, au service de la croissance...

La station d’épuration du Pays d’Aix rénove sa Zone de Rejet Végétalisée

Inaugurée en mai 2024 par la Régie des Eaux du Pays d’Aix, la nouvelle Zone de Rejet Végétalisée de la Station d’Épuration a été...

5 propositions pour une approche systémique du développement international

La mesure d’impact doit être la boussole du passage à l’échelle des entreprises ! C’est pourquoi l’Impact Tank et le Groupe SOS prennent position...

1 COMMENTAIRE

  1. Le WWF soutient la proposition de loi tendant à réduire l’empreinte écologique de la France
    L’empreinte écologique est un outil qui permet de mesurer la surface de terre nécessaire pour produire tout ce que nous consommons et absorber nos déchets. L’empreinte de l’humanité a pour la première fois dépassé la biocapacité totale de la terre en 1980. Depuis lors, ce dépassement n’a fait qu’augmenter de sorte qu’en 2005, la demande était 30 % supérieure à l’offre, ce qui signifie que nous consommons quotidiennement notre capital écologique au lieu de vivre uniquement sur les intérêt produits.

    Issu du travail d’un réseau de chercheurs internationaux regroupés au sein du GFN (Global Footprint Network), l’empreinte écologique est donc à ce jour le meilleur outil capable d’évaluer l’utilisation de notre capital écologique. Par sa forte dimension pédagogique, c’est aussi l’indicateur le plus utilisé pour réaliser des évaluations et comparaisons interétatiques à l’échelle internationale. Le 22 octobre 2008, dans son rapport « Beyond GDP – measurements for sustainable development », le Conseil Economique et Social Européen a d’ailleurs rappelé que l’empreinte écologique « est le meilleur indicateur global disponible sur le développement environnemental soutenable ». C’est l’une des raisons pour laquelle l’Union européenne réfléchit à son utilisation pour mesurer les impacts environnementaux à l’échelle de l’Union.

    Le WWF soutient depuis de nombreuses années le développement de l’utilisation de l’empreinte écologique comme indicateur de la performance des politiques publiques et se réjouit donc que des parlementaires s’en saisissent.

    Il appelle par la voix de son directeur général Serge Orru « tous les parlementaires à se rallier à cette idée en cosignant la proposition de loi n° 1369 et en faisant inscrire à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale cette proposition de loi. Cela montrerait que nos représentants au Parlement ont intégré la caractère inacceptable de la destruction de notre capital écologique dont nous sommes aujourd’hui les acteurs ».

    En bref, le resserrement du crédit écologique est un défi mondial. Il nous semble donc important que les politiques publiques de protection de l’environnement soient évaluées à l’aune d’un indicateur prenant en compte le capital écologique de la Terre.