Dans l'actualité :

Que veut le Rassemblement national sur le climat ?

À l'approche des élections européennes, le Pacte vert est...

Altitude Agriculture, le 1er outil quantifiant l’impact du changement climatique sur les productions agricoles

En s’appuyant sur les données issues du dernier rapport...

Que répondre aux arguments anti-écolo ?

Le "Manuel de risposte écologique" de Jérémy Bismuth aborde...
Du 3 au 5 juin 2011 partout en France

Rendez-vous aux jardins : trois jours pour fêter les jardins partout en France

Découvrez 2 200 jardins & participez à plus de 4 000 événements

Les « Rendez-vous aux jardins » qui auront lieu du 3 au 5 juin 2010, sont l’occasion de redécouvrir le temps d’un week-end, toute la richesse et la diversité de nos jardins en pleine floraison. Organisée depuis 2003 par le ministère de la Culture et de la Communication, la manifestation propose la découverte de plus de 2000 jardins à travers toute la France autour d’une thématique nouvelle chaque année. Le thème choisi pour l’édition 2011 des Rendez-vous aux jardins, Le jardin nourricier propose de réfléchir au jardin qui nourrit le corps et l’esprit, par des approches historique, philosophique, sociale, culturelle et esthétique.

1,5 millions de visiteurs sont attendus dans plus de 2 000 jardins dans toute la France, dont 400 seront ouverts à titre exceptionnel, et plus de 200 pour la première fois. La journée du vendredi 3 juin, plus particulièrement réservée aux scolaires, sera l’occasion d’organiser des animations spécifiques pour les enfants (ateliers de jardinage, démonstrations de savoir-faire…) et de donner un coup de projecteur sur les manifestations organisées, pour le jeune public, tout au long de l’année, notamment dans le cadre des Villes et Pays et d’art et d’histoire. Le samedi et le dimanche, un large public sera accueilli dans les jardins privés et publics et pourra participer aux 4000 animations proposées à cette occasion : expositions, conférences, visites guidés, concerts, ouvertures jusqu’au crépuscule, etc. Faire comprendre au public l’importance de la connaissance, de la protection, de la conservation, de l’entretien, de la restauration, de la création de jardins et de la transmission des savoir-faire, telle est l’ambition de « Rendez-vous aux jardins », qui à l’initiative du ministère de la Culture et de la Communication, fédère les nombreuses actions mises en place par les directions régionales des affaires culturelles et les collectivités territoriales, tant au plan national qu’au plan local. « Les Rendez-vous aux jardins » sont organisés par le ministère de la Culture et de la Communication (direction générale des patrimoines, directions régionales des affaires culturelles) en collaboration avec le Comité des parcs et jardins de France, la Demeure Historique, les Vieilles maisons Françaises, le Centre des monuments nationaux et, exceptionnellement cette année, l’Association des jardiniers de France. L’an prochain, pour son dixième anniversaire, Rendez-vous aux jardins sera placé sous le thème : « Les images du patrimoine » et devrait prendre une dimension européenne. Le programme complet de Rendez-vous aux jardins est disponible en cliquant ici.

Le jardin nourricier, thème de l’édition 2011

Dès l’Antiquité, en Égypte, le jardin est associé aux temples et sert à nourrir les prêtres et honorer les dieux. Les nourritures terrestres sont produites dans les potagers, les vergers, les jardins maraîchers et tous les jardins d’utilité mais également dans de nombreux domaines où l’économie domestique joue un rôle important. Le domaine d’Olivier de Serres, au Pradel en Ardèche, lui a servi de lieu d’expérimentation pour mettre en place sa théorie publiée en 1600 sous le titre Théâtre d’agriculture et mesnage des champs. De nombreux théoriciens des jardins utilisaient le domaine dont ils avaient la charge comme terre d’expériences et tous font la part belle au jardin nourricier qui, pour les périodes anciennes, se confond avec le domaine agricole et comprend à la fois le potager, le verger, l’orangerie, et le domaine de chasse. Les périodes plus récentes n’ont pas oublié le potager qui était constitutif de grandes aventures humaines. Des potagers ont été créés lors du chantier du canal de Panama afin de nourrir les ouvriers ; les Rothschild avaient prévu des colonies agricoles afin de construire la Palestine ; de nombreux jardins publics ont été transformés en potagers lors des deux guerres mondiales, etc. Le jardin nourricier est également un enjeu social important. Quant l’abbé Lemire (député-maire d’Hazebrouck) à la fin du XIXe siècle crée la « Ligue française du coin de terre et du foyer » il cherche à mettre en place des « jardins familiaux » qui sont des ensembles de parcelles de terre aménagées en potagers et en fruitiers, régies par des associations et cultivées pour subvenir aux besoins des familles, sans en faire un usage commercial. Les « jardins familiaux » tout comme les « jardins ouvriers », à cette époque de fort exode rural, permettaient de rattacher les ouvriers à une parcelle cultivée pour la nourriture de la famille mais aussi de les éloigner du cabaret et des réunions politiques. Aujourd’hui, les jardins collectifs, les « jardins partagés » relèvent des mêmes règlements même si la vocation nourricière a cédé le pas à des besoins de convivialité, d’échange et permet aussi de nourrir son esprit. Une grande inventivité est mise en oeuvre dans ces jardins de tous les jours qui peuvent également jouer un rôle dans l’insertion sociale ou professionnelle de personnes handicapées ou en difficulté, ils sont un enjeu contemporain de notre société. Dès le plus jeune âge l’enfant peut être amené à faire germer des graines dans du coton, certaines écoles primaires ont mis en place des potagers entretenus par les élèves et les enseignants. Certains domaines (le Potager du roi à Versailles, le jardin du château de la Roche-Courbon, le parc de Bercy à Paris) ont des conventions avec des classes où les enfants apprennent à reconnaître les plantes et à se poser des questions sur ce que veut dire produire et consommer. Certains potagers ou vergers conservatoires permettent de faire connaître les variétés anciennes, les fruits et les légumes oubliés. Ils aident à comprendre ce qu’est la biodiversité cultivée mais aussi la sécurité alimentaire. Ces fruits de la terre ont été dès leur origine le territoire d’une ingéniosité tressée de nécessité et de voyages, de faim et de gourmandise, de rêves et de souvenirs d’enfance qui ont donné naissance à de nombreuses variétés comestibles magnifiées par la cuisine. Au commencement, il y a toujours un jardin, jardin des Hespérides ou d’Éden où l’on trouve des pommes d’or et des arbres de la Connaissance. Qu’il soit persan ou de couvent, le jardin nourrit également notre âme et notre esprit.

 

A lire

Que veut le Rassemblement national sur le climat ?

À l'approche des élections européennes, le Pacte vert est...

Élu(e)s pour agir ? Rejoignez le réseau Ademe !

Gilles Pérole est adjoint au maire de Mouans-Sartoux (06)...

Quand les agriculteurs s’impliquent dans les énergies renouvelables

Quand agriculteurs et riverains d’un territoire s’associent pour développer...

Méthanisation : un levier pour l’agroécologie ?

La vue, le bruit ou l'odeur. Tels sont les...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Baromètre de confiance envers les fruits et légumes frais

Avec + 4,9 % d'après l'INSEE, l'inflation des produits...

Fédérer agriculteurs et entreprises pour régénérer notre terre

L’agriculture, c’est 40% des surfaces terrestres et 25% des...

Roots of Tomorrow : un Jeu Vidéo gratuit pour comprendre l’agroécologie

Gamabilis, studio indépendant français, a créé Roots of Tomorrow,...

Etudiant-e ? Secoue ton campus !

D’après la Consultation Nationale Étudiante 2023, 74% des étudiant·es...

Bachelor ACT, un diplôme pour les métiers porteurs de sens

Alors que de plus en plus de jeunes expriment...
David Naulin
David Naulinhttp://cdurable.info
Journaliste de solutions. Formation "Devenir journaliste" au CFPJ en 2022

Que veut le Rassemblement national sur le climat ?

À l'approche des élections européennes, le Pacte vert est attaqué par l’extrême droite européenne qui veut son abolition. Neil Makaroff, expert des politiques climatiques...

Altitude Agriculture, le 1er outil quantifiant l’impact du changement climatique sur les productions agricoles

En s’appuyant sur les données issues du dernier rapport du GIEC, Altitude Agriculture d'AXA Climate permet de quantifier le risque climatique pesant sur les...

Que répondre aux arguments anti-écolo ?

Le "Manuel de risposte écologique" de Jérémy Bismuth aborde 30 arguments anti-écolo passés au crible, déconstruits avec méthode et humour. Tous les principaux thèmes...

1 COMMENTAIRE

  1. Rendez-vous aux jardins : trois jours pour fêter les jardins partout en France
    Bonjour, trois jours pour fêter les jardins c’est bien. Mais si a chaque fois on paye l’entrée au même tarif que toute l’année c’est impossible d’en profiter sur trois jours. On ne peut faire qu’une seule visite.