Dans l'actualité :

Méthanisation : un levier pour l’agroécologie ?

La méthanisation est-elle vraiment un levier pour l’agroécologie ? Aude Dziebowski,...

Pourquoi créer une taxe sur la spéculation financière ?

Agir pour le climat soutient la mise en place...

Fédérer agriculteurs et entreprises pour régénérer notre terre

L’agriculture, c’est 40% des surfaces terrestres et 25% des...

Réchauffement climatique : Le GIEC rend son 4ème rapport

Les experts mondiaux du GIEC sont parvenus, à Bruxelles, à trouver un accord sur les conséquences des changements climatiques malgré la pression de pays « pollueurs », comme les Etats-Unis, la Chine et l’Arabie Saoudite, qui jugeaient leurs conclusions trop « alarmistes ». Pour la 4ème fois, les chercheurs tirent la sonnette d’alarme quant à l’évolution du climat planétaire et dénoncent la tournure politique prise par les discussions.

Le GIEC [[Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (ou IPCC en anglais : Intergovernmental Panel on Climate Change, IPCC) est un groupe d’experts, créé en 1988 par deux organismes de l’ONU : l’Organisation météorologique mondiale (OMM) et le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE). Le GIEC a pour mandat d’évaluer, sans parti pris et de manière méthodique, claire et objective, les informations scientifiques, techniques et socio-économiques disponibles en rapport avec la question du changement climatique. Le GIEC travaille à rendre compte des différents points de vue et des incertitudes, tout en dégageant clairement les éléments qui relèvent d’un consensus de la communauté scientifique.]] – Groupement Intergouvernemental d’Experts sur l’Evolution du Climat – vient de publier sont dernier rapport sur les impacts du réchauffement sur l’environnement. Délégués et scientifiques étaient réunis à Bruxelles et sont parvenus, au bout d’une session marathon de 24 heures, à finaliser le rapport sur les impacts du réchauffement climatique, après des délibérations houleuses qui ont pris un tour politique. Cependant, l’objectif a été atteint et ce quatrième rapport confirme le consensus international sur la nécessité d’une action urgente pour limiter les effets du réchauffement climatique fortement lié à l’activité humaine. Selon les chercheurs, l’urgence écologique concerne toutes le régions du monde, et risque de compromettre la sécurité alimentaire, notamment en Afrique. « Au-delà de 2 à 3 degrés supplémentaires par rapport à 1990, le réchauffement climatique aura des impacts négatifs sur toutes les régions », a annoncé le Giec, vendredi 6 avril, lors de la présentation de son nouveau rapport sur les conséquences du réchauffement climatique. Celui-ci aura un impact fort mais inégal en Europe au cours de ce siècle, affectant surtout le sud, tandis que le nord serait dans un premier temps épargné. D’ici 2080, jusqu’à 3,2 milliards d’humains seront exposés à des pénuries d’eau sévère et 600 millions à la faim en raison des sécheresses, de la dégradation et de la salinisation des sols. Chaque année, deux à sept millions de personnes supplémentaires pourraient subir des inondations, notamment sur les côtes où la pression démographique s’accentue et dans les grands deltas d’Afrique de l’Ouest, d’Asie ou du Mississipi. Certains paragraphes du rapport ont d’hors et déjà été contesté par différents pays, les Etats-Unis et la Chine en tête. L’Arctique est menacée par la fonte des glaces ce qui provoquerait une augmentation du niveau des mers. Les risques d’inondations menaceraient près de sept millions de personnes supplémentaires sur les côtes où la pression démographique s’accentue, et dans les grands deltas d’Afrique de l’Ouest, d’Asie ou du Mississipi. Selon Karine Gavand, chargée de campagne Climat à Greenpeace « Si nous n’agissons pas rapidement, avec fermeté et rigueur, il n’y aura bientôt aucune terre hospitalière où se réfugier (…)Nous devons très vite au niveau mondial entamer la révolution énergétique qui changera en profondeur nos systèmes énergétiques, créera une économie sobre en carbone, permettra de réduire les émissions de gaz a effet de serre à un niveau permettant de maintenir la hausse moyenne des températures globales en deçà de 2 degrés Celsius et ainsi d’éviter les pires impacts du réchauffement climatique » – Second rapport du GIEC : il est urgent d’agir!Site officiel du GIECSite Wikipedia

Pour approfondir :

Conscients du problème que pourrait poser le changement climatique à l’échelle du globe, l’Organisation météorologique mondiale (OMM) et le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) ont créé, en 1988, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), dont peuvent faire partie tous les membres de l’ONU et de l’OMM.

Le GIEC a pour mission d’évaluer, sans parti pris et de façon méthodique, claire et objective, les informations d’ordre scientifique, technique et socio-économique qui nous sont nécessaires pour mieux comprendre les fondements scientifiques des risques liés au changement climatique d’origine humaine, cerner plus précisément les conséquences possibles de ce changement et envisager d’éventuelles stratégies d’adaptation et d’atténuation. Il n’a pas pour mandat d’entreprendre des travaux de recherche ni de suivre l’évolution des variables climatologiques ou d’autres paramètres pertinents. Ses évaluations sont principalement fondées sur les publications scientifiques et techniques dont la valeur scientifique est largement reconnue.

L’une des principales activités du GIEC consiste à procéder, à intervalles réguliers, à une évaluation de l’état des connaissances relatives au changement climatique. Le GIEC élabore aussi des rapports spéciaux et des documents techniques sur des sujets qui nécessitent des informations et des avis scientifiques indépendants et contribue en outre à la mise en œuvre de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) par ses travaux sur les méthodes à appliquer pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre.

Le GIEC se compose de trois groupes de travail et d’une équipe spéciale :

  • Le Groupe de travail I évalue les aspects scientifiques du système climatique et de l’évolution du climat.
  • Le Groupe de travail II s’occupe des questions concernant la vulnérabilité des systèmes socio-économiques et naturels aux changements climatiques, les conséquences négatives et positives de ces changements et les possibilités de s’y adapter.
  • Le Groupe de travail III évalue les solutions envisageables pour limiter les émissions de gaz à effet de serre ou atténuer de toute autre manière les changements climatiques.
  • L’équipe spéciale pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre est chargée de mettre en œuvre le Programme du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre.

On trouve des renseignements d’ordre général sur le GIEC, sa composition, son mode de fonctionnement et ses activités en cours dans les feuillets d’information suivants :

Publications

Les rapports d’évaluation et les rapports spéciaux ont été publiés en anglais. Le rapport de synthèse relatif au troisième Rapport d’évaluation, les résumés à l’intention des décideurs ainsi qu’un certain nombre de résumés techniques, de rapports spéciaux et de rapports méthodologiques ont été traduits dans toutes les langues officielles des Nations Unies. Les documents techniques ont été traduits en français et en espagnol. Les publications du GIEC qui ont été traduites en français sont indiquées ci-après.

Troisième Rapport d’évaluation du GIEC

  • Bilan 2001 des changements climatiques : Rapport de synthèse
    Publié sous la direction de R.T. Watson et de l’Équipe de rédaction principale. GIEC, Genève (Suisse), 184 pages.
    Résumé à l’intention des décideurs
    Version complète
  • Bilan 2001 des changements climatiques : Les éléments scientifiques
    Contribution du Groupe de travail I au troisième Rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC)
    Publié sous la direction de J.T. Houghton, Y. Ding, D.J. Griggs, M. Noguer, P.J. van der Linden et D. Xiaosu.
    Résumé à l’intention des décideurs + Résumé technique
  • Bilan 2001 des changements climatiques : Conséquences, adaptation et vulnérabilité
    Contribution du Groupe de travail II au troisième Rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC)
    Publié sous la direction de J. McCarthy, O. Canziani, N.A. Leary, D.J. Dokken et K.S. White.
    Résumé à l’intention des décideurs + Résumé technique
  • Bilan 2001 des changements climatiques : Mesures d’atténuation
    Contribution du Groupe de travail III au troisième Rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC)
    Publié sous la direction de B. Metz, O. Davidson, R. Swart et J. Pan.
    Résumé à l’intention des décideurs + Résumé technique

Rapports spéciaux du GIEC

  • Questions méthodologiques et technologiques dans le transfert de technologie (2000)
    Rapport spécial du Groupe de travail III du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC)
    Publié sous la direction de B. Metz, O. Davidson, J.-W. Martens, S. van Rooijen et L. van Wie Mcgrory.
    Résumé à l’intention des décideurs
  • Scénarios d’émissions (2000)
    Rapport spécial du Groupe de travail III du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC)
    Publié sous la direction de N. Nakicenovic et R. Swart.
    Résumé à l’intention des décideurs
  • Utilisation des terres, changements d’affectation et foresterie (2000)
    Rapport spécial du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC)
    Publié sous la direction de R.T. Watson, I.R. Noble, B. Bolin, N.H. Ravindranath, D.J. Verardo et D.J. Dokken.
    Résumé à l’intention des décideurs
  • L’aviation et l’atmosphère planétaire (1999)
    Rapport spécial des Groupes de travail I et III du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) avec le concours du groupe d’experts d’évaluation scientifique du Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d’ozone
    Résumé à l’intention des décideurs
  • Incidences de l’évolution du climat dans les régions : évaluation de la vulnérabilité (1997)
    Rapport spécial du Groupe de travail II du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC)
    Publié sous la direction de R.T. Watson, M.C. Zinyowera et R.H. Moss.
    Résumé à l’intention des décideurs

Deuxième Rapport d’évaluation du GIEC : Changements climatiques 1995

Documents techniques


Rapports méthodologiques

 

Glossaires

 

A lire

Méthanisation : un levier pour l’agroécologie ?

La méthanisation est-elle vraiment un levier pour l’agroécologie ? Aude Dziebowski,...

Un monde sans argent inspire partage et rencontres …

Un monde sans argent, une idée du Grand Projet...

Quels sont les enjeux écologiques des élections européennes ?

Les prochaines élections européennes seront cruciales pour l’avenir de...

Accélérer le passage à l’action pour la résilience des stations de montagne

Un séminaire de travail Green Cross a eu lieu...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Fédérer agriculteurs et entreprises pour régénérer notre terre

L’agriculture, c’est 40% des surfaces terrestres et 25% des...

Roots of Tomorrow : un Jeu Vidéo gratuit pour comprendre l’agroécologie

Gamabilis, studio indépendant français, a créé Roots of Tomorrow,...

Etudiant-e ? Secoue ton campus !

D’après la Consultation Nationale Étudiante 2023, 74% des étudiant·es...

Bachelor ACT, un diplôme pour les métiers porteurs de sens

Alors que de plus en plus de jeunes expriment...
Cyrille Souche
Cyrille Souchehttp://cdurable.info
Directeur de la Publication CDURABLE.info depuis 2005. Cdurable.info a eu 18 ans en 2023 ... L'occasion d'un nouveau départ vers un webmedia coopératif d'intérêt collectif pour recenser et partager les solutions utiles et durables pour agir et coopérer avec le vivant ...

Méthanisation : un levier pour l’agroécologie ?

La méthanisation est-elle vraiment un levier pour l’agroécologie ? Aude Dziebowski, Université de Strasbourg; Emmanuel Guillon, Université de Reims Champagne-Ardenne (URCA); Romain Debref, Université de Reims...

Pourquoi créer une taxe sur la spéculation financière ?

Agir pour le climat soutient la mise en place d'une taxe européenne sur les transactions financières dont les recettes serviraient la transformation écologique de...

Fédérer agriculteurs et entreprises pour régénérer notre terre

L’agriculture, c’est 40% des surfaces terrestres et 25% des émissions de gaz à effet de serre. L’agriculture régénératrice permet de séquestrer du carbone dans...