Dans l'actualité :

5 propositions pour une approche systémique du développement international

La mesure d’impact doit être la boussole du passage...

Tims : des ressources en ligne pour une mobilité durable et inclusive

Les porteurs du programme national Tims lancent le premier...

L’appropriation stratégique de la sobriété par les entreprises

Face à une crise énergétique exacerbée et à un...
Au cinéma le 6 avril 2011

Plastic Planet : la face cachée des matières synthétiques

Biberons, cartables, DVD, ordinateurs, chaussures, emballages alimentaires, revêtements du sol, tuyaux, rideaux de douche, meubles… les matières synthétiques sont partout. Coloré ou noir, design ou simplement pratique, bon marché ou de luxe, le plastique nous séduit et nous facilite la vie. Depuis une soixantaine d’années, il nous envahit et, à présent, il s’est introduit dans notre organisme. Il est indestructible. Qu’on le jette ou qu’on le brûle, la Terre ne s’en débarrassera plus jamais. Nous habitons tous la planète Plastic. Comment faire face et trouver des alternatives ?

« De la même manière que le plastique s’insinue jusque dans nos veines, j’ai voulu m’insinuer dans le monde du plastique« , explique Werner Boote, auteur d’une enquête très fouillée sur notre « planète plastique » sur les écrans le 6 avril 2011. Surnommé par certains le « Michael Moore autrichien », il nous offre un regard sarcastique et polémique sur une industrie toute-puissante en Occident. En attendant sa sortie dans (seulement) une trentaine de salles (distribué en France par Zootrope Films), je vous invite à vous rendre sur le portail du projet Plastic-Planet en cliquant ici mais surtout à vous procurer le livre « Plastic Planet, la face cachée des matières synthétiques » de Werner Boote et Gerhard Pretting publié par Actes Sud.
Plastic Planet, la face cachée des matières synthétiques de Werner Boote et Gerhard Pretting publié par Actes Sud
Plastic Planet, la face cachée des matières synthétiques de Werner Boote et Gerhard Pretting publié par Actes Sud
Dans « Plastic Planet, la face cachée des matières synthétiques », cosigné avec le journaliste scientifique Gerhard Pretting, le réalisateur relate comment cette matière « plus résistante que le bois, plus légère que le bois et plus solide que le caoutchouc » est devenue incontournable au XXe siècle. En 2007, 260 millions de tonnes de plastique ont été produites, soit 30 kg environ par habitant de la planète, avec des conséquences de plus en plus sensibles en termes de pollution et de santé, rappelle l’ouvrage. « Oceana, l’organisation de protection des océans, estime que l’on jette environ 675 tonnes d’ordures toutes les heures dans la mer. La moitié d’entre elles sont constituées de plastique », écrivent les auteurs, retraçant comment ces ordures plastiques « se fragmentent petit à petit, jusqu’à ce qu’il reste une sorte de poudre ». En absorbant ces micro-particules, les petits poissons font entrer le plastique dans la chaîne alimentaire. Outre les conséquences pour le monde animal, le plastique est devenu un « cauchemar » pour l’homme en perturbant ses hormones, souligne Werner Boote, qui s’est lui-même plié à une analyse de sang pour son enquête: « Je savais certes, pour avoir lu des études, que chacun avait du plastique dans le sang. Je n’ignorais pas que mon sang contenait du Bisphenol A, mais j’ai été choqué de constater dans quelles proportions. » Les deux auteurs nous offrent une vision personnelle et polémique de ce matériau autant controversé que fascinant. Aussi féroce et efficace que du Michael Moore, la démagogie en moins… Vous pouvez lire un extrait de ce livre en cliquant ici.

 

A lire

5 propositions pour une approche systémique du développement international

La mesure d’impact doit être la boussole du passage...

Tims : des ressources en ligne pour une mobilité durable et inclusive

Les porteurs du programme national Tims lancent le premier...

Pour sauver le Pacte Vert européen, mobilisation générale !

Alors que les attaques continuent contre le Pacte vert...

Comment associer transition écologique et justice sociale ?

Alors que les Français se disent inquiets des effets...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Un toit solaire moins cher qu’un toit traditionnel en tuiles ?

Les systèmes de toitures solaires sont désormais moins chers...

En 2024, 500 000 foyers français produisent et consomment leur électricité grâce au soleil

A l’occasion de la journée internationale du soleil le...

Le vélo, une solution pour développer localement une mobilité inclusive et durable

20% de la population française est en situation de...

Agir pour le vivant et construire une écologie politique inclusive

Agir pour le vivant est un festival citoyen ouvert...

A quand l’indicateur du Bonheur National Brut ?

« Le bonheur de tous ». C’est par ces mots...
David Naulin
David Naulinhttp://cdurable.info
Journaliste de solutions écologiques et sociales en Occitanie.

5 propositions pour une approche systémique du développement international

La mesure d’impact doit être la boussole du passage à l’échelle des entreprises ! C’est pourquoi l’Impact Tank et le Groupe SOS prennent position...

Tims : des ressources en ligne pour une mobilité durable et inclusive

Les porteurs du programme national Tims lancent le premier site web de référence sur la mobilité durable et inclusive. Centre de ressources, cette nouvelle...

L’appropriation stratégique de la sobriété par les entreprises

Face à une crise énergétique exacerbée et à un besoin accru de pratiques durables, ORÉE présente son rapport sur "L'appropriation stratégique de la sobriété...

1 COMMENTAIRE

  1. Plastic Planet : la face cachée des matières synthétiques
    Complétement démago… a lire => l’écologie en bas de chez moi, un ouvrage qui permet de prendre du recul vis à vis de l’ensemble des publications bobo sur le developpement durable et la sauvegarde de la planète.