Dans l'actualité :

Quelles perspectives sur les ressources mondiales 2024

Le monde est confronté à une triple crise planétaire...

Quand la permaculture inspire l’habitat et l’entreprise

Notre mode de développement n’est plus viable. Il creuse...
Plannification écologique

Notre stratégie nationale Biodiversité 2030

Pour inverser l’effondrement du vivant en une décennie

Partie intégrante de la planification écologique, notre stratégie nationale biodiversité a pour ambition selon le gouvernement : stopper puis inverser en une décennie, l’effondrement du vivant. Cette stratégie a été bâtie, en concertation avec les acteurs de terrain, les collectivités, les associations et les citoyens pour prendre des mesures aux effets rapides et concrets sur toutes les pressions qui s’exercent sur le vivant. C’est notre stratégie nationale Biodiversité 2030.

« Cette stratégie vient concrétiser les engagements internationaux de la France pris à la COP 15, avec l’accord historique de Kunming-Montréal. Elle démontre l’ambition de notre pays pour des mesures fortes pour préserver et restaurer notre biodiversité. » Elizabeth Borne – 1ère Ministre
Une ambition portée aussi au niveau européen avec le soutien de la France à l’adoption d’un règlement sur l’utilisation durable des pesticides (SUR) ou pour la restauration de la nature, adoptée récemment par le Parlement européen. snb_-_document_chapeau.pdf Aujourd’hui, cette Stratégie Nationale Biodiversité (SNB) doit accélérer nos efforts pour préserver et restaurer le vivant, en actionnant tous les leviers à notre disposition pour :
  • D’abord, réduire toutes les pressions qui s’exercent sur la biodiversité.
  • Ensuite, travailler avec tous les acteurs et les professionnels, notamment les secteurs qui ont le plus d’impact sur la biodiversité, comme l’agriculture, la pêche, l’énergie ou la construction.
  • Enfin, restaurer la nature lorsqu’elle a été dégradée, partout où c’est possible. Avec la plantation d’un milliard d’arbres adaptés au climat futur, nous pouvons ramener de la nature en ville, restaurer les sols et 50 000 hectares de zones humides d’ici 2026.
Cette stratégie requiert la mobilisation de tous :
  • exemplarité de l’État,
  • engagement des collectivités locales,
  • transparence des entreprises,
  • participation des citoyens.
Une mobilisation réunissant, chaque année, ses acteurs pour la Fête de la nature en mai. L’état investira près d’un milliard d’euros supplémentaires pour la biodiversité.
Évolution temporelle de l’abondan relative des populations d’oiseaux par groupe de spécialisation (STOC)
Évolution temporelle de l’abondan relative des populations d’oiseaux par groupe de spécialisation (STOC)
« La biodiversité est inestimable. Nous devons la protéger. Grâce à la planification écologique, dans le cadre de cette Stratégie nationale biodiversité : nous y parviendrons. L’enjeu est immense. Nous sommes mobilisésElizabeth Borne – 1ère Ministre

20 MESURES PHARES

POUR RÉDUIRE LES PRESSIONS QUI S’EXERCENT SUR LA BIODIVERSITÉ

  • 1| POURSUIVRE LA DYNAMIQUE D’EXTENSION DU RÉSEAU D’AIRES PROTÉGÉES : D’ici à 2030, 10% du territoire national sous protection forte avec 5% de la mer métropolitaine. D’ici 2025, 100 % des récifs coralliens ultramarins seront protégés, la protection des mangroves sera doublée et la protection des herbiers de posidonie sera renforcée. Un parc national de zones humides sera créé d’ici 2030.
  • 2| LUTTER CONTRE L’ARTIFICIALISATION : La consommation d’espaces naturels, agricoles et forestiers sera divisée par deux d’ici 2030 permettant de préserver 120 000 hectares par an. 15M€ seront annuellement mobilisés. L’État encouragera la réalisation d’atlas de la biodiversité communale, pour une bonne prise en compte de la biodiversité dans la révision des plans locaux d’urbanisme intercommunaux.
  • 3| LUTTER CONTRE NOS IMPACTS IMPORTÉS Un service de contrôle sera créé pour mettre en œuvre les nouvelles obligations en matière de devoir de diligence raisonnée des entreprises sur le plan environnemental (commerce des espèces en danger, lutte contre la déforestation importée, minerai de conflit…) et accompagner efficacement les entreprises.
  • 4| LIMITER LA SURFRÉQUENTATION : Le nombre de territoires emblématiques couverts par un label Grands Sites de France sera doublé d’ici 2027. Les espaces les plus menacées feront l’objet d’actions de protection.
  • 5| ACCÉLÉRER LA TRANSITION AGROÉCOLOGIQUE : Un nouveau plan Ecophyto sera engagé fin 2023, aligné avec l’objectif promu au niveau européen de réduction de 50 %, d’ici 2030, des usages et de l’exposition aux produits phytopharmaceutiques. Le soutien à l’agriculture biologique et à ses débouchés permettront d’atteindre 21% de la surface agricole utile en 2030.
  • 6| RENFORCER LA LUTTE CONTRE LA POLLUTION PAR LES PLASTIQUES : En 10 ans, les 94 décharges littorales répertoriées seront résorbées. D’ici 2025, 50 % des communes littorales seront engagées dans la démarches plages sans plastiques pour atteindre 100 % d’ici 2030.
  • 7| LUTTE CONTRE LES POLLUTIONS LUMINEUSES : Afin de baisser de 50 % la pollution lumineuse en France d’ici 2030, nous porterons l’extension des règlementations encadrant les usages non essentiels, en facilitant les contrôles et sanctions, en déployant les trames noires et par le renouvellement accéléré des équipements publics.
  • 8| MIEUX GÉRER LES ESPÈCES EXOTIQUES ENVAHISSANTES : D’ici 2025, 500 opérations coup de poing contre des espèces exotiques envahissantes seront organisées. D’ici 2030, le taux d’établissement d’espèces exotiques envahissantes connues ou potentielles sera réduit d’au moins 50%. Les opérations coup de poing seront prolongées pour mobiliser collectivement les acteurs sur des endroits sensibles et les collectivités seront accompagnées pour intégrer cette gestion dans leurs actions courantes.
23112_lancementsnb_web.pdf

POUR RESTAURER LA BIODIVERSITÉ DÉGRADÉE PARTOUT OÙ C’EST POSSIBLE

  • 9| ACCÉLÉRER LA RESTAURATION DES ÉCOSYSTÈMES : La France soutient l’adoption d’un règlement européen pour la restauration de la nature ambitieux et mesurable. Elle le déclinera à travers un plan de restauration national et élaborera par ailleurs des plans de restauration spécifiques aux outre-mer. En outre, 50000 ha de zones humides seront restaurés d’ici 2026. Un plan pour protéger les sols forestiers sera déployé d’ici la fin 2023. Promouvoir les solutions fondées sur la nature : 70 opérations mettant en œuvre les solutions fondées sur la nature seront organisées d’ici 2027 pour restaurer des zones humides, renaturer ou restaurer des cours d’eau afin de renforcer la résilience des territoires au changement climatique.
  • 10| RENFORCER LA RÉSILIENCE DU SYSTÈME FORESTIER : 1 milliard d’arbres d’essences diversifiées plus adaptées au climat futur seront plantés sur la décennie afin de rendre nos forêts et nos villes plus résilientes face au changement climatique, tout en favorisant la biodiversité des écosystèmes forestiers.
  • 11| RESTAURER LES CONTINUITÉS ÉCOLOGIQUES : D’ici à 2030, les trames vertes et bleues seront restau- rées notamment par la résorption des points noirs inscrits dans le schéma de planification régional.
  • 12| RENFORCER LA PROTECTION DES ESPÈCES MENACÉES, EN PARTICULIER EN OUTRE-MER : D’ici 2030, les 300 espèces endémiques les plus menacées suivant les critères de la liste rouge de l’UICN seront protégées via un plan de conservation, en renforçant notre action pour la flore et les espèces ultra-marines.

POUR MOBILISER TOUS LES ACTEURS

  • 13| ACCÉDER À LA NATURE À MOINS DE 15 MINUTES DE CHEZ SOI : Dans le cadre du fonds vert, l’État soutient les projets de renaturation et de désimperméabilisation des villes. Le plan nature en ville sera renforcé avec l’ambition de verdir rapidement les plus grandes collectivités.
  • 14| RENFORCER LA FORMATION DES ÉLÈVES (ÉCOLE, COLLÈGE, LYCÉE) À LA PRÉSERVATION DE LA BIODIVERSITÉ, INCLUANT LA CONNEXION À LA NATURE : D’ici à 2030, accueil de 10 fois plus de jeunes en service civique. Le dispositif des aires éducatives sera généralisé en passant de 1000 à 18000, soit un établissement scolaire (école, collège) sur trois d’ici la fin du quinquennat en mer, sur terre et sur les fleuves.
  • 15| INTÉGRER UN SOCLE COMMUN DE FORMATION SUR LA BIODIVERSITÉ ET LA LUTTE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE DÈS 2023- 2024 : D’ici à 2030, tous les maires de France seront formés aux enjeux biodiversité et climat (30000 élus) ainsi que les cadres de l’État et des collectivités territoriales.
  • 16| MOBILISER LE MONDE ÉCONOMIQUE : 5000 entreprises seront labellisées Engagées pour la nature d’ici 2025. Le déploiement des obligations de reporting extra-financier renforcera la prise en compte de la biodiversité dans la stratégie d’entre- prise et la transparence des impacts des par les grands groupes. Les TPE et les TPM-PME seront accompagnées par BPI France et l’Ademe dans le diagnostic de leurs enjeux biodiversité et les leviers dont elles disposent pour réduire leur empreinte.

POUR GARANTIR LES MOYENS D’ATTEINDRE CES AMBITIONS

  • 17| COMMUNICATION : Une communication de grande ampleur sera engagée pour sensibiliser les Français au risque que constitue l’effondrement de la biodiversité. Tous les ans, la Fête de la nature sera déployée partout fin mai avec l’objectif de passer d’1 million à 5 millions de participants d’ici 2027
  • 18| UNE GOUVERNANCE CLAIRE, TERRITORIALISÉE, EN PARTENARIAT AVEC LES RÉGIONS : La SNB constitue la trajectoire de la Nation. Son déploiement reposera sur le partenariat entre l’État et les régions, via leur stratégie régionale biodiversité. Le Comité national pour la biodiversité sera chargé du suivi annuel des résultats et l’OFB suivra les indicateurs de mise en œuvre de la stratégie, sous la supervision du SGPE qui activera les actions correctrices en cas de déviation des trajectoires.
  • 19| DES MOYENS D’ACTIONS DE L’ÉTAT AUGMENTÉS : Le Gouvernement s’engage à mobiliser de nouveaux moyens en faveur de la biodiversité. Dès 2024, le budget sera augmenté de 264 M€, en plus des 475 M€ du plan eau, de la pérennisation des financements en faveur des friches et de la renaturation dans le cadre du fonds vert, ainsi que des 100 M€ de dotation biodiversité pour les communes rurales.
  • 20| POUR FINANCER SA PRÉSERVATION, DÉPLOIEMENT DES CONTRATS BIODIVERSITÉ ENTRE ACTEURS ÉCONOMIQUES : Dans le cadre du projet de loi industrie vertes, des crédits de renaturation entre acteurs économiques seront créés avec les sites naturels de restauration et de renaturation pour développer des engagements volontaires solides et vérifiables des entreprises, en miroir des crédits des labels bas-carbone.

Classeur des fiches mesures de la stratégie nationale biodiversité 2030

Classeur des fiches mesures de la stratégie nationale biodiversité 2030

 

Documents joints

A lire

Efficacité, rénovation et transition énergétique : ambition 2030

Chantier prioritaire de la planification écologique, la rénovation énergétique...

Que veut le Rassemblement national sur le climat ?

À l'approche des élections européennes, le Pacte vert est...

Élu(e)s pour agir ? Rejoignez le réseau Ademe !

Gilles Pérole est adjoint au maire de Mouans-Sartoux (06)...

Quand les agriculteurs s’impliquent dans les énergies renouvelables

Quand agriculteurs et riverains d’un territoire s’associent pour développer...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Quand la permaculture inspire l’habitat et l’entreprise

Notre mode de développement n’est plus viable. Il creuse...

Stockage intersaisonnier de chaleur : la solution de chauffage – climatisation durable et décarbonée

Le stockage intersaisonnier de chaleur consiste à mettre en...

Tu veux changer les choses ? Avec l’ingénierie tu peux vraiment tout faire !

En France, il manque 20 000 ingénieurs et ingénieures...

Baromètre de confiance envers les fruits et légumes frais

Avec + 4,9 % d'après l'INSEE, l'inflation des produits...
Cyrille Souche
Cyrille Souchehttp://cdurable.info
Directeur de la Publication CDURABLE.info depuis 2005. Cdurable.info a eu 18 ans en 2023 ... L'occasion d'un nouveau départ vers un webmedia coopératif d'intérêt collectif pour recenser et partager les solutions utiles et durables pour agir et coopérer avec le vivant ...

Quelles perspectives sur les ressources mondiales 2024

Le monde est confronté à une triple crise planétaire : le changement climatique, la perte de biodiversité, la pollution et les déchets. L'économie mondiale...

Quand la permaculture inspire l’habitat et l’entreprise

Notre mode de développement n’est plus viable. Il creuse les inégalités, consume la bio-régénérescence de la planète et accélère le dérèglement climatique. Il y...

Pourquoi bouder l’alimentation bio malgré la réduction de l’écart de prix avec les produits conventionnels ?

Choisit-on consciemment ce que l'on mange ? Chaque jour, nous favorisons, à travers nos choix alimentaires, un type d’agriculture plutôt qu’un autre. Les aliments...