Dans l'actualité :

Que valent les offres d’électricité à prix fixe ?

Pour leur abonnement d’électricité, les consommateurs disposent de plusieurs...

Adapter la France au changement climatique : nous ne sommes pas prêts !

A l’heure où une nouvelle Assemblée nationale se forme...

Mettre la relation entre l’humain et la nature au cœur des décisions

“Towards a better future for biodiversity and people :...
Rapport des Amis de la Terre

Madagascar : nouvel eldorado des compagnies minières et pétrolières

Alors que les cours du pétrole et des métaux sont de plus en plus tendus en raison d’une demande mondiale croissante, les grandes entreprises et les investisseurs se ruent vers de nouveaux gisements, et notamment des gisements de pétrole non-conventionnel. Madagascar est ainsi une nouvelle cible, comme le révèle le rapport des Amis de la Terre « Madagascar : nouvel eldorado des compagnies minières et pétrolières ». Mais dans un contexte politique très fragile, ce phénomène risque d’exacerber des conflits avec les populations et de dégrader, encore davantage, des écosystèmes en sursis.

QMM/Rio Tinto, Sherritt, Madagascar Oil et bien-sûr Total ! De grands groupes pétroliers et miniers aussi bien que les juniors lorgnent sur l’île de Madagascar. Car la surconsommation de ressources telles que les hydrocarbures, les métaux, l’eau ou le bois a conduit les pays industrialisés à augmenter leur demande et à s’assurer que leur accès aux biens naturels soit satisfait. C’est ainsi que l’île de Madagascar, qui abrite une impressionnante diversité biologique et minérale et de nombreux gisements de pétrole offshore et non-conventionnel, attire nombre de compagnies étrangères.
Rapport des Amis de la Terre
Rapport des Amis de la Terre
Le développement de méga-projets miniers, ainsi que de projets de pétrole offshore ou non-conventionnel (sables bitumineux, huiles lourdes, etc.) dont l’extraction est encore plus nocive que celle du pétrole conventionnel est une réelle menace pour l’île. Même si aujourd’hui, leur exploitation ne semble pas encore rentable, la donne pourrait changer rapidement, comme l’explique Viviana Varin, chargée de campagne pour les Amis de la Terre : « L’or noir est une épée de Damoclès pour Madagascar. Si les prix du pétrole repartent à la hausse, l’exploitation des sables bitumineux pourrait devenir rentable et ne ferait qu’exacerber les difficultés de ce pays convoité de toute part». Ces compagnies sont aussi attirées par la faiblesse de la législation malgache qui ne permet ni la protection de l’environnement, ni un quelconque bénéfice pour la population. Selon Holly Rakotondralambo, membre d’un collectif œuvrant pour la protection de l’environnement à Madagascar : « Nous ne sommes pas préparés à faire face à l’arrivée massive des multinationales extractives car nous sommes frappés par une profonde crise socio-politique, mais aussi parce que les cadres législatifs minier et pétrolier leur sont trop favorables et conduisent à un pillage des ressources. » L’érosion de la biodiversité touche l’île depuis quelques décennies et les populations craignent que ce phénomène s’accélère avec l’arrivée des industries minières et pétrolières. Une équation qui pourrait rapidement devenir insoluble entre les besoins fondamentaux des populations et l’appétit des multinationales. L’exploitation des sables bitumineux étant encore plus dangereuse pour l’environnement et le climat, les Amis de la Terre soutiennent la demande visant à exclure les carburants issus de sables bitumineux du marché européen. Viviana Varin explique : « Une discussion est actuellement ouverte pour réviser la directive carburant et la proposition d’exclure le pétrole issu de sable bitumineux est sur la table. Jusqu’à présent, la France n’a pas exprimé son soutien public à cette proposition, ce qui est en contradiction avec la volonté clairement affichée du gouvernement de lutter contre les changements climatiques ». Lire la synthèse du rapport : Lire l’intégralité du rapport :

 

A lire

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Conseils pour préserver la biodiversité pendant vos aventures de plein air

Ça y est, c'est l'été ! Fini le "métro...

Éducation canine : dresser et punir ou récompenser et respecter ?

Adopter un chiot est un engagement à long terme...

Un contrat de la filière pour faire plus de vélo(s) en France

Comme prévu dans le plan vélo et marche 2023-2027...

Lidl travaille avec le WWF pour offrir des choix de produits plus durables

Lidl, un distributeur majeur en Europe, et le WWF,...
David Naulin
David Naulinhttp://cdurable.info
Journaliste de solutions écologiques et sociales en Occitanie.

Que valent les offres d’électricité à prix fixe ?

Pour leur abonnement d’électricité, les consommateurs disposent de plusieurs choix. Ils peuvent souscrire un contrat au tarif réglementé auprès d’EDF, le fournisseur historique. Les...

Adapter la France au changement climatique : nous ne sommes pas prêts !

A l’heure où une nouvelle Assemblée nationale se forme et qu’un nouveau gouvernement se dessine, Oxfam France publie une étude sur les politiques d’adaptation...

Mettre la relation entre l’humain et la nature au cœur des décisions

“Towards a better future for biodiversity and people : Modelling Nature Futures” est un article rédigé par Kim et al. en 2023 et publié...