Dans l'actualité :

Les technologies liées à l’hydrogène sont elles pertinentes pour atteindre les objectifs de développement durable ?

Ce rapport est l’œuvre d’une cinquantaine d’étudiants scientifiques tirés...

Les 10 principes du Code mondial d’éthique du tourisme

Cadre de référence fondamental pour le tourisme responsable et...

Comprendre les enjeux de la CSRD – Corporate Sustainability Reporting Directive

Tennaxia, précurseur français des logiciels de pilotage de la...

Les pays « riches » prennent les négociations climat en otage

Paris, le vendredi 12 juin – La deuxième réunion des Nations unies sur le climat prend fin aujourd’hui à Bonn (Allemagne) et selon les Amis de la Terre International, ce sont surtout les États-Unis qui bloquent les avancées des négociations. Alors que cette intersession de Bonn doit préparer la conférence qui se tiendra à Copenhague (Danemark) en décembre 2009, et dont l’objectif est la signature d’un nouvel accord mondial pour le climat, les Amis de la Terre demandent des engagements beaucoup plus forts des pays « riches ».

L’administration Obama a remis en question ses responsabilités en tant que plus grand émetteur mondial historique de gaz à effet de serre (GES). L’Union Européenne, qui compte aussi parmi les principaux émetteurs historiques de gaz à effet de serre, n’a pas réussi à prendre le leadership à Bonn et a gardé le silence face à l’obstruction scandaleuse des États-Unis (revenir seulement au niveau des émissions de 1990) et à la dangereuse proposition du Japon d’adopter un objectif de réduction des émissions ridiculement bas (- 8 % d’ici 2020 par rapport à 1990). L’actuelle position européenne est pourtant de réduire de 20 % les émissions de GES d’ici 2020 (et de 30 % dans le cas d’un accord international ambitieux).

Les Amis de la Terre insistent pour que l’objectif des pays industrialisés soit compatible avec les impératifs scientifiques, soit 40 % de réduction domestique des émissions d’ici 2020, en accord avec la fourchette haute des recommandations du GIEC (Groupement intergouvernemental d’experts sur le climat). « L’élection du président Obama a créé un énorme espoir à travers le monde. Malheureusement pour la survie des populations et de la planète, la position de l’administration Obama lors de ces négociations ressemble de plus en plus à celle de Bush » explique Sonja, des Amis de la Terre – Europe.

De nombreuses délégations des pays en développement soutiennent des positions fortes et appellent à un accord sur le climat qui soit juste et équitable. La majorité de ces pays (dont l’Inde, les Philippines, l’Alliance des Petits Pays Insulaires, les Pays les Moins Avancés) appellent à des objectifs de réduction des émissions suffisamment élevés pour que la hausse de la température mondiale soit maintenue en dessous de 1,5 °C. La délégation bolivienne appelle en outre les pays riches à payer leur dette climatique [[Pour plus d’information concernant la dette climatique : http://www.twnside.org.sg/title2/climate/briefings/Bonn03/TWN.BPjune2009.bonn.02.doc.]].

Également très inquiétant, les pays industrialisés n’ont pas réussi à se mettre d’accord sur l’aide financière et le transfert de technologies dont les pays en développement ont besoin pour combattre les changements climatiques et s’y adapter. « Les pays industrialisés doivent payer leur dette climatique, accumulée depuis plus de 50 ans. Les pays en développement et les citoyens doivent continuer à faire entendre leurs voix pour la justice climatique! » précise Cyrielle den Hartigh, des Amis de la Terre – France. Les pays « riches » et industrialisés qui représentent environ 20 % de la population mondiale, sont responsables de 75 % des émissions historiques de gaz à effet de serre.

Que ce soit au niveau des objectifs de réduction des émissions de GES à atteindre, ou dans l’accompagnement et les moyens à mettre en œuvre pour aider les pays du Sud, ce n’est pas à Bonn que les pays industrialisés ont assumé leurs responsabilités. Avancer vers la signature d’un accord équitable et efficace pour la lutte contre les changements climatiques s’avère pourtant impératif.

A lire

Le Service Civique écologique pour les jeunes de 16 à 25 ans

Dérèglements climatiques, menace de la biodiversité, expansion des déchets...

Quelle place pour l’écologie dans le débat public ?

Le débat public sur l'écologie, s'il est devenu plus...

Féris Barkat porte la voix de la génération Banlieues Climat

Féris Barkat est le fondateur de Banlieues Climat, une...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

A quand l’indicateur du Bonheur National Brut ?

« Le bonheur de tous ». C’est par ces mots...

Zéro Artificialisation Nette pour réduire le mal-logement

Comment créer 400 000 nouveaux logements chaque année pendant...

Mode : comment passer du jetable au durable ?

Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique et de...

Rapport sur l’état mondial des bâtiments et de la construction

Le Rapport sur l’état mondial des bâtiments et de...

Quand la permaculture inspire l’habitat et l’entreprise

Notre mode de développement n’est plus viable. Il creuse...

Les technologies liées à l’hydrogène sont elles pertinentes pour atteindre les objectifs de développement durable ?

Ce rapport est l’œuvre d’une cinquantaine d’étudiants scientifiques tirés au sort pour participer à la première « Convention scientifique étudiante ». Lancée en 2023...

Les 10 principes du Code mondial d’éthique du tourisme

Cadre de référence fondamental pour le tourisme responsable et durable, le Code mondial d’éthique du tourisme est un ensemble de 10 principes destinés à...

Comprendre les enjeux de la CSRD – Corporate Sustainability Reporting Directive

Tennaxia, précurseur français des logiciels de pilotage de la performance durable des entreprises et investisseurs, décrypte pour nous les grands thèmes de la CSRD...