Dans l'actualité :

Un MOOC pour comprendre la crise écologique et réinventer l’entreprise

Le MOOC gratuit et multi niveaux : Transformer l’entreprise pour...

Le méthane dans les stratégies d’atténuation : un enjeu majeur.

Les émissions de gaz à effet de serre (GES)...

Introduction à l’entreprise régénérative  : un parcours 100% digital de Butterfly School

La Butterfly School propose un parcours 100% digital pour...
Tourisme durable

Les défis du tourisme français : l’écotourisme, une filière d’avenir ?

Par Chloé Durand-Parenti pour LePoint.fr

Avec moins de 2 % de son offre touristique convertis à l’écotourisme, la France accuse sans aucun doute un certain retard sur ses voisins d’Europe du nord, plus prompts à intégrer les logiques du développement durable à ce secteur de l’activité. Depuis quelques années pourtant, le phénomène commence, toute proportion gardée, à prendre de l’ampleur.

Ainsi, quand l’écolabel européen a été étendu aux hébergements touristiques en 2003, la France n’affichait qu’un seul et unique lauréat.
Le Guide du Routard - Tourisme Durable
Le Guide du Routard – Tourisme Durable
« Il y en a désormais une trentaine et la centaine pourrait être atteinte rapidement« , estime Pascal Languillon, président de l’association française d’écotourisme et auteur du tout nouveau Guide du Routard du tourisme durable. « Le phénomène reste toutefois difficilement quantifiable puisqu’il n’existe pas pour le moment d’instance qui arrive à classifier de manière rigoureuse ce qui relève de l’écotourisme, à définir le secteur, son périmètre exact, et à le mesurer« , explique Jean-Marie Boucher, pdg de ConsoGlobe, le portail Internet du développement durable. Difficile à distinguer donc, d’autant qu’une nébuleuse de notions voisines – tourisme responsable, éthique, équitable etc. – brouillent encore un peu plus les pistes. Entre tendance de société et phénomène de mode Mais, au fond, ce tourisme à la sauce verte vaut-il vraiment que l’on s’y intéresse ? N’est-il pas qu’un simple phénomène de mode ? Pas si sûr… «  Il s’agit plutôt d’une tendance de fond qui traverse la société « , juge Françoise Riera-Dabo, fondatrice de FRD Conseil, consultante en tendances et stratégie de marque. « Il y a dans la société une prise de conscience du fait que l’on ne peut pas laisser la planète se dégrader. Que si l’on continue comme ça, on va droit dans le mur. C’est une prise de conscience progressive, diffuse, mais cela va devenir de plus en plus important de la prendre en compte. » « Des enquêtes sur le tourisme à l’horizon 2020-2030 font état d’hypothèses où certaines parties du territoire seraient envahies par les eaux et donc… plus du tout utilisables pour le tourisme« , ajoute-t-elle. Pour le sociologue Jean Viard, directeur de recherches au CEVIPOF (Centre de recherches politiques de Sciences Po) et auteur de nombreux ouvrages sur le tourisme, l’écotourisme se situe « entre le phénomène de mode et le phénomène d’angoisse« . « Le secteur est en train d’être saisi par cette logique de développement durable mais il est évident qu‘il existe une contradiction entre l’objectif écologique et le tourisme lui-même. Parcourir des milliers de kilomètres en avion pour aller passer, pour son plaisir, une semaine en Chine, c’est, en soi, tout à fait antiécologique. Au fond, la meilleure façon de faire de l’écotourisme, c’est encore de rester chez soi ! » « Je crois surtout à un système de compensation des émissions de CO2, du type : je pollue en empruntant l’avion mais je verse trois euros pour planter des arbres en Afrique. » «  Pour ce qui est des hébergements qui ont une démarche de tri des déchets, d’économies d’énergie (…), je pense en revanche que cela va devenir la norme. Cela deviendra même, à terme, une préoccupation excluante et les hôtels qui ne se seront pas adaptés resteront sur le bord de la route. » …. Mais alors, que manque-t-il donc pour que l’écotourisme s’épanouisse en France ? « Cela ne décollera véritablement que quand les séjours et les hébergements verts seront au moins aussi bons que les standards de leur marché. Toutes les études montrent en effet que le touriste, comme le consommateur en général (et pas seulement occidental) est prêt à choisir un produit qui préserve l’environnement si cela ne lui coûte pas trop… Autrement dit, si l’essentiel de ce qu’il attend d’un voyage est là, et que celui-ci n’est pas sensiblement plus cher, alors oui, il choisira plutôt l’écotourisme« , répond la consultante Françoise Riera-Dabo. « Il faut garder à l’esprit que, quand on voyage, l’essentiel ce n’est pas de faire du bien à la planète mais de se faire du bien à soi-même« .

 

Découvrir le site de l’Association Française de l’Eco-tourisme

Lire aussi sur le même sujet :

Tourisme durable : un idéal de solidarité et de responsabilité
une prise de conscience de plus en plus partagée

Protéger la nature et l’environnement est un enjeu mondial qui dépasse les seuls courants écologiques. Dans ce contexte certains voyagistes font entendre leur voix. Cette forme de tourisme n’est encore qu’une niche mais tous les spécialistes le proclament aujourd’hui, le tourisme équitable et durable s’avère être, à l’instar du commerce équitable, l’un des thèmes porteurs de demain.

Le tourisme durable au niveau européen

Depuis 1997, la Commission européenne cherche à amplifier les bénéfices d’un développement équilibré et durable du tourisme, afin de maximiser la contribution que peut apporter le tourisme à la croissance et à l’emploi, notamment autour de quatre thèmes : l’information, la formation, la qualité et la durabilité.

Charte du tourisme durable

Le développement touristique doit reposer sur
des critères de durabilité ; il doit être supportable
à long terme sur le plan écologique, viable
sur le plan économique et équitable sur le plan
éthique et social pour les populations locales.

Tourisme Durable – Définitions, actualités et ressources pour voyager autrement

Officialisée en 1995, lorsque l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) a organisé sa première conférence sur le tourisme durable, l’idée de « voyager autrement » au même titre que « consommer autrement » a fait du chemin. Voyageons-autrement.com vous invite à revenir sur les définitions de ce tourisme et à partir à la découverte des initiatives qui s’engagent dans cette voie.

Tourisme durable – Wikipedia

L’expression tourisme durable décrit généralement toutes les formes du tourisme qui respectent, préservent et mettent durablement en valeur les ressources patrimoniales (naturelles, culturelles et sociales) d’un territoire à l’attention des touristes accueillis, de manière à minimiser les impacts négatifs qu’ils pourraient générer. L’écotourisme n’en est qu’une des formes, plus centrée sur la découverte des écosystèmes, agrosystèmes ou aspects ethnoculturels de la biodiversité, incluant un tourisme de proximité qui cherche à réduire son empreinte écologique.

Développement durable du tourisme – OMT (Organisation Mondiale du Tourisme

Le rapport sur le « Changement climatique et tourisme – faire face aux défis mondiaux » est sorti à l’occasion de la Journée Mondiale de l’Environnement (5 Juin 2008)

Tourisme : la nécessité de passer au durable

Le tourisme international représente 880 milliards de dollars, soit 12% du PIB mondial. Mais ce poids lourd de l’économie est aussi l’un des moins bons élève en termes d’émission de gaz à effets de serre (GES). Transports aériens, hébergement, activités touristiques : le secteur figure parmi les plus friands en énergie. Face à la montée en flèche du nombre de touristes, le recours aux alternatives responsables est plus que jamais une nécessité.

A lire

Élections législatives : notre futur se joue maintenant !

"Nous sommes à la veille d’un moment historique" rappelle...

Veille environnementale : deux piliers pour une question stratégique

Sommes-nous dans une période de rupture ou de continuité...

Écolo, oui … mais avec de petits arrangements avec nos consciences

Nous sommes nombreux à en avoir conscience : adopter des...

Européennes 2024 : des enjeux cruciaux pour le climat

Christian de Perthuis, Université Paris Dauphine – PSL Sur le...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Comment s’adapter à la chaleur en gardant son logement frais tout l’été ?

Rester au frais dans son logement en été, tout...

(Re)donner et faire confiance à la jeunesse dans notre société

La Fabrique Spinoza publie une étude scientifique qui dépeint...

Le véganisme, serait-il l’idiot utile de la société de consommation ?

On peut être végane pour diverses raisons : pour la...

Un MOOC pour comprendre la crise écologique et réinventer l’entreprise

Le MOOC gratuit et multi niveaux : Transformer l’entreprise pour la transition écologique, lancé en 2021 en accès libre par le Collège des Directeurs Développement...

Le méthane dans les stratégies d’atténuation : un enjeu majeur.

Les émissions de gaz à effet de serre (GES) sont calculées grâce à un outil comptable, le Pouvoir de Réchauffement Global (PRG), utilisé dans...

Introduction à l’entreprise régénérative  : un parcours 100% digital de Butterfly School

La Butterfly School propose un parcours 100% digital pour penser croissance et décroissance, performance et ralentissement, observer les transformations possibles des modèles économiques, appliquer...

1 COMMENTAIRE

  1. Les défis du tourisme français : l’écotourisme, une filière d’avenir ?
    Bonsoir,
    Je viens de lire votre article ou je découvre un projet d’ecolabel européen tout cela me fait rire .
    Le vrai sens pour moi en terme de développement durable est de suivre ce que nous essayons de faire dans le monde ,des écovillages des écolieux et j’en passe.Moi je construis un écolieu à Madagascar hôtel touristique,accueil solidaire et si vous connaissez notre ethique vous pouvez comprendre effectivement que ecotourisme c’est de la Pub mais pas le reflet de ce que j’ai comme notion d’ecologie de solidaire et de durable.Nous voyons bien ce que fait le marché de l’équitable, enfin je trouve mauvais les gens qui se donnent bonne conscience en répondant à une demande dans un but de faire de l’argent