Dans l'actualité :

Panorama de l’organisation et la performance des services publics de l’eau et d’assainissement

L’Observatoire des services publics d’eau et d’assainissement, piloté par...

La consommation mondiale d’énergie et les émissions de CO2 sont encore à la hausse … Jusqu’où ?

Enerdata, un bureau d'études spécialisé dans le secteur de...

Les attentes des Français en matière environnementale et de protection animale selon Ifop pour 8 ONG de protection de la Nature

capture_d_e_cran_2022-03-03_a_18.20_33.png Huit associations de protection de la nature (FNE, Humanité et Biodiversité, la SNPN, l’OPIE, la SFDE, la LPO, la SHF et l’ASPAS) partagent les résultats d’un sondage, réalisé par IFOP, qui montre que les enjeux biodiversité sont au cœur des préoccupations des Français. La SNPN a pris en charge la présentation de l’item sur les espaces naturels protégés et a contribué à celui sur l’éducation à la nature. Par ailleurs, les associations rappellent leurs nombreuses critiques et insatisfactions face au projet de SNB3. ÉLECTIONS PRÉSIDENTIELLES : L’AMBITION DES FRANÇAIS EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT Huit associations nationales ont fait réaliser un sondage par l’IFOP pour identifier les attentes des Français dans le domaine de la protection de la nature et de la biodiversité. Ils entendent ainsi alerter les candidats à l’élection présidentielle face à une attente sociétale sans précédent, motivée par une prise de conscience de l’ampleur de l’effondrement de la biodiversité, et par l’urgence à agir. Et les questionner quant à leurs intentions dans ce domaine puisque les sujets, pourtant essentiels, sont pour le moment absents du débat.
  • Santé, agriculture et alimentation
76% des français considèrent que la protection de leur santé et la protection de l’environnement sont liés. Dans la même logique ils sont 81% à être favorables à l’interdiction rapide des pesticides dangereux pour la santé ou l’environnement, et ceci même si cette interdiction doit modifier les méthodes de travail des agriculteurs. Cette sensibilité se traduit dans les comportements d’achats puisqu’ils sont même 62% à se dire disposés à acheter d’avantage d’aliments bio produits dans leur région même s’ils coûtent plus cher que les autres aliments. Quand 84% disent être prêts à modifier leur consommation de poisson pour éviter la surpêche, la souffrance animale et les captures accidentelles d’autres espèces.
  • Nature, biodiversité et éducation
Les français sont 82% à réclamer une attention portée à la faune et à la flore lors de l’implantation d’infrastructures de transports et d’énergie. 75% d’entre eux adhèrent à l’interdiction de la chasse pour toutes les espèces en danger ou menacées. De même 75% considèrent que les grands prédateurs (ours, lynx et loup) ont toute leur place en France. 81% pensent que le respect de la sensibilité des animaux sauvages doit être pris en compte au même titre que celle des animaux domestiques. Et jusqu’à 90% des Français qui se déclarent favorables à une augmentation importante du nombre et de la superficie des espaces naturels protégés comme les Réserves naturelles. 74% enfin estiment que l’éducation à la nature et à l’environnement n’est pas suffisamment développée en France aujourd’hui. Les réponses et engagements des candidats à l’élection présidentielle seront rendus publics par nos associations qui connaissent d’ores et déjà la sensibilité des Français aux causes qu’ils défendent, et s’en remettent à leurs capacités de jugement.

Rapport Ifop

rapport_ifop.pdfTélécharger le Rapport Ifop

La SNPN reconnue dans son engagement durable : Protège la nature depuis 1854

visuel1_mesopinions_manifeste_HDV2.jpgSigner le Manifeste « N’oublions pas les écosystèmes oubliés ! Des milieux pourtant indispensables.«  L’enquête IFOP à l’initiative de huit associations de protection de la nature (ASPAS, FNE, H&B, LPO, OPIE, SFDE, SHF et SNPN), s’interroge sur la place accordée par les Français à l’environnement, dans le cadre de la prochaine élection présidentielle. Ainsi, pour la majorité des sondés, tous bords confondus, la protection de la biodiversité est considérée commun un enjeu crucial pour non seulement leur santé, l’agriculture et leur alimentation mais également pour la lutte contre la dégradation du patrimoine naturel et le développement de l’éducation à la nature et à l’environnement . En tant que tête de réseau « Zones humides » et acteur historique de la protection de la nature, la Société nationale de protection de la nature (SNPN) met en exergue deux résultats de l’étude qui illustrent explicitement sa mission :
  • 90% des Français adhèrent à une augmentation importante du nombre et de la superficie des espaces naturels protégés comme les Réserves naturelles. Pour répondre à cet objectif, la SNPN propose de :
    • > Augmenter les moyens pour permettre d’atteindre l’objectif de 10% du territoire en protection forte (1,5% actuellement pour le terrestre et 0,44% pour le maritime en métropole).
    • > Prioriser les enjeux écologiques sur les espaces dits de « protection forte ».
    • > Développer une politique volontariste de soutien à l’accès au patrimoine naturel et à des espaces de nature « sauvage » à proximité de chacun, et notamment des plus défavorisés, dans le respect des enjeux écologiques.
    • > Accompagner les engagements citoyens et des acteurs en relançant la possibilité de créer des réserves naturelles volontaires, en faisant connaître les différents outils possibles d’actions individuelles volontaires et en allégeant la fiscalité sur les espaces naturels.
  • 74% des sondés estiment que l’éducation à la nature et à l’environnement n’est pas suffisamment développée en France aujourd’hui. Pour répondre à ce besoin, la SNPN propose de :
    • > Définir et engager une politique nationale d’éducation à la nature, faisant une large place à des activités sur le terrain avec deux sorties minimum par an par élève du primaire au secondaire et incluant un module biodiversité dans toutes les formations du supérieur.
    • > Développer les programmes de sciences participatives et citoyennes.
    • > Mettre en place une formation à la biodiversité pour tous les fonctionnaires (magistrature et militaires) et pour les élus.
    • > Inciter les formations professionnelles à la prise en compte des enjeux de la biodiversité pour tous les types de métiers, et la rendre obligatoire pour certains secteurs (métiers lies aux espaces verts, à l’eau, à la voirie, aux transports, aux bâtiments et à l’aménagement) et soutenir la formation de formateurs.
« La SNPN souligne et se félicite de la capacité des associations de protection de la nature et de l’environnement à s’engager collectivement et à co-construire ensemble des propositions concrètes et réalistes en faveur de la protection et de la restauration de la biodiversité, afin de favoriser le « vivre avec la nature » et ses bienfaits pour les humains et nos sociétés. Il s’agit de refonder les liens entre les humains et les autres qu’humains. Autant d’enjeux jugés préoccupants et primordiaux pour les Français et sur lesquels les candidats à la présidentielle devront s’exprimer car leurs mesures détermineront, en grande partie, le choix des électeurs dans les urnes ! », conclut Rémi LUGLIA, Président de la SNPN.

À propos de la SNPN

capture_d_e_cran_2022-03-03_a_18.29_29.png La SNPN est une association à caractère scientifique qui se consacre à l’étude et à la protection de la nature, pour permettre aux écosystèmes et aux espèces d’exprimer le plus librement possible leurs potentialités adaptatives et évolutives. La qualité de leurs interrelations avec les sociétés humaines est également prise en compte. Fondée en 1854, elle est reconnue d’utilité publique depuis 1855. La SNPN a participé à la création de la convention de Ramsar de 1971 sur les zones humides et assure aujourd’hui sa politique de sensibilisation en France. L’action de la SNPN en faveur de ces milieux remarquables est quotidienne : elle gère deux réserves nationales en zones humides (Camargue et Grand-Lieu) et œuvre, depuis 2007, à la préservation des milieux humides d’Île- de-France. Enfin, elle coordonne et anime le laboratoire d’idées « Zones humides » qui émet des avis et fait des propositions pour la préservation de ces milieux.

 

Documents joints

A lire

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Conseils pour préserver la biodiversité pendant vos aventures de plein air

Ça y est, c'est l'été ! Fini le "métro...

Éducation canine : dresser et punir ou récompenser et respecter ?

Adopter un chiot est un engagement à long terme...

Un contrat de la filière pour faire plus de vélo(s) en France

Comme prévu dans le plan vélo et marche 2023-2027...

Lidl travaille avec le WWF pour offrir des choix de produits plus durables

Lidl, un distributeur majeur en Europe, et le WWF,...

Les Solutions fondées sur la Nature (SfN) offrent la possibilité de recréer un littoral désirable demain et pour tous 

Réputées peu coûteuses et faciles à mettre en œuvre, les solutions fondées sur la nature (SfN)1 sont mises en avant pour lutter contre les...

Panorama de l’organisation et la performance des services publics de l’eau et d’assainissement

L’Observatoire des services publics d’eau et d’assainissement, piloté par l’Office français de la biodiversité avec l’appui des services de l’État, vient de publier son...

La consommation mondiale d’énergie et les émissions de CO2 sont encore à la hausse … Jusqu’où ?

Enerdata, un bureau d'études spécialisé dans le secteur de l'énergie et de son impact sur le climat, publie l'édition 2024 de son rapport “Global...