Dans l'actualité :

Renforcer la résilience des entreprises face au changement climatique

La Conférence permanente des chambres consulaires et organisations intermédiaires...

La station d’épuration du Pays d’Aix rénove sa Zone de Rejet Végétalisée

Inaugurée en mai 2024 par la Régie des Eaux...

5 propositions pour une approche systémique du développement international

La mesure d’impact doit être la boussole du passage...
Editions Grasset - 2010

« Le visage de Dieu »

Analyse du dernier livre d'Igor et Grichka Bodganov par un Franciscain

Les frères Bodganov ne sont pas des inconnus du monde de l’astrophysique. Dans les années 80/90, ils ont animé à la télévision des soirées à thèmes scientifiques. En 1991, ils ont publié un livre d’entretiens avec le philosophe Jean Guitton, intitulé ‘Dieu et la science’ (Grasset 1991), puis, ‘Avant le Big Bang’ (Grasset 2004 et Poche 2006). Ils n’ont pas ménagé leur peine pour acquérir une réelle compétence dans ces domaines, entreprenant thèses de doctorat et travaux de post-doctorats dans les prestigieuses universités américaines, côtoyant même les prix Nobel de ces disciplines.

Ce livre fait un récit passionnant de l’histoire récente des grandes découvertes du 20ème siècle. Un récit ‘live’, faisant notamment état de correspondances entre scientifiques où émergent questions et objections. Au sujet du titre de l’ouvrage, je voudrais faire 2 remarques concernant son intérêt et sa limite : – Aspect positif : l’expression : «C’était comme voir le visage de Dieu» est attribuée au prix Nobel 2006 George Smoot, à la suite de la découverte, dans le rayonnement fossile laissé par le Big Bang, de certaines irrégularités qui pouvaient être interprétées comme à l’origine des galaxies et des amas de galaxies qui allaient constituer le cosmos. Se rapprochant si près de l’origine, un sentiment d’émerveillement, voire d’émoi sacré s’empare du scientifique qui le fait s’écrier : « C’était comme voir le visage de Dieu ». Cette référence à Dieu peut faire sourire les uns (les croyants) ou en irriter bien d’autres (les scientifiques), mais l’émerveillement qu’elle traduit peut être partagé par tous. On dit même que toute approche de la création devrait commencer par cet émerveillement initial (Lire Un développement en beauté de J-L. M. Lagardette déjà cité dans l’article Méditation guidée pour une conscience écologique sur Terre). – Limite de cette approche : l’émerveillement porte essentiellement sur l’intelligence des choses. On en reste à ce que disait Einstein : « tous ceux qui sont sérieusement impliqués dans la science finiront par être convaincus qu’un Esprit se manifeste dans les lois de l’univers, un esprit immensément supérieur à celui de l’homme ». A cela on peut objecter : A-t-on donné une réponse satisfaisante à la question de savoir pourquoi il y a un monde, si on dit qu’au-delà du monde, il y a un créateur intelligent ? Il me semble qu’on peut répondre : “Non, le fait que le monde soit porté par une source intelligente n’est pas une réponse suffisante à la question de savoir pourquoi le monde existe ; on ne rend pas compte du monde si on ne peut pas nommer un but pour le monde. Il faut pouvoir dire pourquoi il est bon que le monde existe”. Dans un autre ordre d’idée, mais arrivant à la même conclusion, on sait mieux aujourd’hui que la progression de la connaissance est due davantage à la manière de formuler des questions : c’est elle qui détermine les limites de la réponse. A s’en tenir à la seule intelligence des choses, on obtiendra des résultats correspondant à ce domaine. Mais la vie n’est-elle qu’une question d’intelligence ? N’est-ce pas en faire une réduction qui dénie l’expérience que nous en faisons tous ? Alors, faisons place à d’autres approches et tentons ensuite une synthèse : voilà, me semble-t-il la route à suivre. C’est l’objection que je ferais aux frères Bodganov, tout en saluant leur passionnante et pédagogique contribution au débat. Acheter Le visage de dieu chez Amazon.fr

 

INFO EDITEUR :

Le  » visage de Dieu  » ? C’est l’expression qu’utilisa l’astrophysicien George Smoot (prix Nobel 2006) lorsque le 23 avril 1992, il réussit, grâce au satellite COBE, à prendre des photos de la naissance de l’univers tel qu’il émergeait des ténèbres cosmiques tout juste 380 000 ans après le Big Bang. Depuis, cette expression a fait le tour du monde, déclenché la fureur des scientifiques, et bouleversé les croyants. Mais, par-delà ces quelques mots, quel est le fabuleux secret qui se cache derrière le  » bébé univers  » ? Pourquoi Smoot y a-t-il vu le  » visage de Dieu  » ? Ce livre – nourri des révélations fournies par le nouveau satellite Planck lancé le 14 mai 2009 – s’approche, comme jamais, de ce mystère suprême : l’instant même de la Création. Trois des héros de cette fantastique aventure – Jim Peebles (prix Crafoord d’astronomie 2005), Robert W. Wilson (prix Nobel 1978) et John Mather (prix Nobel 2006) – ont postfacé cet ouvrage au fil duquel on s’avisera que la science, parfois, se confond avec la plus haute spiritualité.

SUR LES AUTEURS :

Diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris, Grichka Bogdanov est docteur en mathématiques, tandis qu’Igor Bogdanov est docteur en physique théorique.
Ils détiennent la chaire de cosmologie à l’Université Megatrend des sciences appliquées de Belgrade.

A lire

5 propositions pour une approche systémique du développement international

La mesure d’impact doit être la boussole du passage...

Tims : des ressources en ligne pour une mobilité durable et inclusive

Les porteurs du programme national Tims lancent le premier...

Pour sauver le Pacte Vert européen, mobilisation générale !

Alors que les attaques continuent contre le Pacte vert...

Comment associer transition écologique et justice sociale ?

Alors que les Français se disent inquiets des effets...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Un toit solaire moins cher qu’un toit traditionnel en tuiles ?

Les systèmes de toitures solaires sont désormais moins chers...

En 2024, 500 000 foyers français produisent et consomment leur électricité grâce au soleil

A l’occasion de la journée internationale du soleil le...

Le vélo, une solution pour développer localement une mobilité inclusive et durable

20% de la population française est en situation de...

Agir pour le vivant et construire une écologie politique inclusive

Agir pour le vivant est un festival citoyen ouvert...

A quand l’indicateur du Bonheur National Brut ?

« Le bonheur de tous ». C’est par ces mots...

Renforcer la résilience des entreprises face au changement climatique

La Conférence permanente des chambres consulaires et organisations intermédiaires africaines et francophones (Cpccaf) est, depuis son origine en 1973, au service de la croissance...

La station d’épuration du Pays d’Aix rénove sa Zone de Rejet Végétalisée

Inaugurée en mai 2024 par la Régie des Eaux du Pays d’Aix, la nouvelle Zone de Rejet Végétalisée de la Station d’Épuration a été...

5 propositions pour une approche systémique du développement international

La mesure d’impact doit être la boussole du passage à l’échelle des entreprises ! C’est pourquoi l’Impact Tank et le Groupe SOS prennent position...

2 Commentaires

  1. « Le visage de Dieu »
    Il est intéressant de voir que les scientifiques et les autres personnes se demandent encore pourquoi le monde existe, quel est le but de la vie ? Il faut savoir chercher au bon endroit ces réponses. Pour savoir quel est le but de la vie et où va le monde, il faut examiner ce qu’enseigne réellement les écrits sacrés, autrement dit la Bible. Elle seule renferme les véritables réponses qui donnent un sens à la vie et un espoir pour l’avenir