Dans l'actualité :

Mettre la relation entre l’humain et la nature au cœur des décisions

“Towards a better future for biodiversity and people :...

Protégeons la biodiversité, le réseau vital dont nous dépendons tous

Selon un sondage réalisé par Harris Interactive pour l’Office...

Le pire est à venir pour la planète!

Le Suisse Claude Martin, directeur sortant du WWF International, s’inquiète pour l’avenir de la Terre.
Dans un entretien à swissinfo, il constate que de nombreuses nations n’engagent pas les moyens nécessaires pour lutter contre le réchauffement clim
atique.

Vous avez récemment qualifié George Bush de «menace pour la planète». Peut-on espérer des progrès en matière de protection de l’environnement, aussi longtemps qu’il restera à la tête du gouvernement le plus puissant du monde?

Claude Martin: Je pense qu’il faut distinguer le poids d’un gouvernement, conduit par quelqu’un comme George Bush, et les remèdes possibles en matière de sauvegarde de l’environnement, notamment dans les pays en voie de développement.

Nous avons tendance à regarder le monde par le seul prisme de l’hémisphère nord, alors que dans les faits, une foule de solutions pour la sauvegarde de l’environnement sont mises en œuvre dans les pays en voie de développement.

Ceci dit, et de notre point de vue, il est évident que dans ce domaine, la politique va à contresens de ce qu’il faudrait faire.

Le changement climatique est l’une des priorités majeures du WWF. Pourtant, les conséquences de ce phénomène sont encore contestées, parfois même très massivement.

C.M. : Il y a effectivement quelques voix discordantes qui se font entendre. Mais il s’agit d’un courant de contestation individuel, dispersé ça et là. Personne n’attribue de poids particulier à ces propos.

Et, je pense qu’un gouvernement sérieux – même celui des Etats-Unis – doit admettre que quelque chose d’étrange est en train de se produire.

Ainsi si vous considérez les projections faites pour ces 30, 40, 50 prochaines années, le constat ne peut être qu’accablant. D’ailleurs, il est incontesté. Il faut réduire sérieusement, très sérieusement même, le taux des émissions de CO2 dans l’atmosphère. Mais, lorsqu’il s’agit de passer à des mesures concrètes, plus aucun politicien n’est au rendez-vous. C’est justement ce qui me frustre le plus.

Je ne peux pas tout mettre dans le même panier, l’éventail des ONG (organisations non gouvernementales) est très vaste. Comme partout, il y a des moutons noirs et des moutons blancs. Je suis persuadé que de très nombreuses entreprises ont saisi l’importance des enjeux du changement climatique à longue échéance. Des grandes sociétés, telles que Swiss Re par exemple, ont parfaitement pris la mesure de ces défis.

Au début du mois d’octobre, le gouvernement suisse a imposé la taxe sur le centime climatique, soit une ponction de 1,5 centime sur chaque litre de benzine ou de mazout consommé. Plusieurs ONG ont vivement critiqué cette mesure et l’ont qualifiée d’exercice cosmétique. Qu’en pensez-vous ?

C.M. : Ce genre d’action est ridicule. Si vous considérez à quoi ce centime est destiné, en particulier si on le compare à l’augmentation du prix du pétrole, il représente juste une goutte d’eau dans un océan.

Je ne crois que ce type de politique de l’environnement et de lutte contre le réchauffement soit le fruit du comportement responsable de l’un des pays les plus riches du monde.

Les Suisses sont particulièrement efficaces dans le domaine des causes humanitaires. Mais lorsqu’il s’agit de concrétiser les mesures liées au protocole de Kyoto, on est très loin du compte. Pourquoi?

C.M. : Dans les années 80, la Suisse se trouvait en tête de peloton pour la politique de l’environnement qu’elle menait. Mais depuis – au niveau législatif tout au moins – cet élan est retombé. Si demeurons les plus forts dans le recyclage du verre et du papier notamment, notre politique et notre législation affichent un net recul.

Ce phénomène est dû à l’orientation droitière de notre gouvernement. Ce dernier, ne considère pas les enjeux écologiques sur le long terme.

Vous allez quitter votre fonction, après plus de trente années passées au sein du WWF. La Terre est confrontée à de multiples menaces. A fond, vous devez être ravi de passer le témoin, maintenant…

C.M. : (rires) Non, non et d’ailleurs, je ne vais certainement pas prendre la fuite. Nous avons gagné de nombreuses batailles mais, la lutte à long terme, notamment contre le changement climatique et la disparition de la biodiversité, s’annonce plutôt mal.

Et, ce qui me préoccupe le plus en ce moment, est que la communauté mondiale ne fournit pas les efforts nécessaires pour lutter contre les changements climatiques.

swissinfo, interview: Adam Beaumont
(Traduction de l’anglais Nicole Della Pietra)

A lire

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Conseils pour préserver la biodiversité pendant vos aventures de plein air

Ça y est, c'est l'été ! Fini le "métro...

Éducation canine : dresser et punir ou récompenser et respecter ?

Adopter un chiot est un engagement à long terme...

Un contrat de la filière pour faire plus de vélo(s) en France

Comme prévu dans le plan vélo et marche 2023-2027...

Lidl travaille avec le WWF pour offrir des choix de produits plus durables

Lidl, un distributeur majeur en Europe, et le WWF,...

Mettre la relation entre l’humain et la nature au cœur des décisions

“Towards a better future for biodiversity and people : Modelling Nature Futures” est un article rédigé par Kim et al. en 2023 et publié...

La méthode de la Méthode : concentré de la recherche, de la pensée et de l’œuvre de la vie d’Edgard Morin

En 1977, Edgar Morin publie le premier volume d’une série qui allait devenir l’œuvre maîtresse de sa vie de chercheur, La Méthode, dont la...

Protégeons la biodiversité, le réseau vital dont nous dépendons tous

Selon un sondage réalisé par Harris Interactive pour l’Office français de la biodiversité (OFB), 99% des citoyens ont déjà entendu parler de biodiversité et...