Dans l'actualité :

Élections législatives : notre futur se joue maintenant !

"Nous sommes à la veille d’un moment historique" rappelle...

Veille environnementale : deux piliers pour une question stratégique

Sommes-nous dans une période de rupture ou de continuité...

Rendre irrésistible la bascule de l’économie extractive vers l’économie régénérative !

62 entreprises imaginent, produisent, diffusent et financent les récits...
CLIMAT & BIODIVERSITE

La nourriture se fait rare pour les baleines suite au réchauffement de la Terre

Synthèse d'une étude commanditée par le WWF aux chercheurs Dr. Cynthia Tynan et Dr. Joellen Russell

Les zones entourant le Pôle Sud où les baleines viennent s’alimenter s’amenuiseront, seront de moins en moins riches en nourriture et se trouveront de plus en plus éloignées. Tel est le scénario qui attend les baleines dans les océans entourant l’Antarctique si le réchauffement global de la planète atteint les 2°C. Un scénario contenu dans le rapport Ice breaker : Pushing the boundaries for whales publié par le WWF à la veille d’une réunion cruciale de la Commission baleinière internationale qui s’ouvre ce lundi à Santiago du Chili.

Ce sont entre autres le rorqual bleu, le plus grand être vivant de notre planète, et la baleine à bosse qui se trouveront confrontés au manque de ressources alimentaires. Cette dernière espèce, soit dit en passant, commence seulement à reconstituer une partie de ses effectifs après avoir été décimée par la chasse commerciale menée principalement durant la première moitié du 20è siècle. Les deux espèces sont migratrices. Pour s’accoupler, donner naissance à leur petit et l’allaiter, les baleines à bosse fréquentent des zones océaniques situées plus au nord. Mais pendant trois à quatre mois par an, elles se nourrissent principalement de krill dans les océans qui entourent l’Antarctique, où elles se constituent des réserves de graisse pour le reste de l’année. Les baleines se nourrissent à hauteur de ce que l’on appelle les « zones frontales », là où des eaux riches en nutriments provenant des profondeurs permettent le développement d’énormes quantités de krill. Suite au réchauffement de la Terre, ces zones se déplacent vers des régions plus froides autour du Pôle Sud et, avec elles, le précieux krill. Ce phénomène risque de forcer les baleines migratrices à parcourir 200 à 500 kilomètres en plus vers le sud pour pouvoir s’alimenter. Cette distance supplémentaire parcourue durant leur migration annuelle force les animaux à dépenser un surplus d’énergie et raccourcit la période durant laquelle elles peuvent constituer leurs réserves de graisse. Etant donné que les zones riches en krill se déplaceront plus loin vers le sud, elles se rapprocheront les unes des autres, ce qui réduira encore davantage les possibilités d’alimentation des baleines. De plus, les quantités de krill diminueront, réduisant de la sorte les quantités de nourriture disponibles pour les cétacés. Cette diminution s’explique par le fait que le cycle de vie du krill dépend de la banquise qui se forme sur la mer. Si le réchauffement de la planète atteint les 2° C, cette glace se réduira d’environ 30 % autour de l’Antarctique. “Si nous ne parvenons pas à freiner rapidement le réchauffement climatique, une telle situation sera atteinte d’ici moins de 40 ans. Une espèce comme le petit rorqual, qui dépend étroitement de la banquise, se trouvera en moins d’une génération confrontée à des bouleversements dramatiques dans son environnement” annonce le Dr. Susan Lieberman, Directeur du Programme Espèces du WWF-International et qui dirige la délégation du WWF à la réunion de la CBI. “Les conséquences du réchauffement climatique sur les baleines sont une bonne raison supplémentaire pour adopter des mesures drastiques visant à mettre fin au changement climatique.” Notes d’informations complémentaires La 60ème réunion de la CBI se tient cette année à Santiago du Chili, du 23 au 27 juin. Il s’agit de la première réunion de la CBI en Amérique du Sud depuis près d’un quart de siècle. Selon les prévisions actuelles, une augmentation de la température de 2°C par rapport au niveau pré-industriel – et qui est considérée comme le seuil au-delà duquel le changement climatique atteindra des proportions incontrôlables – sera probablement atteinte d’ici 2042. Les conséquences en seront les plus marquées et les plus rapides dans les régions polaires. Une augmentation de température de 2°C entraînera une réduction moyenne de 10 à 15 % de la banquise ; dans certaines régions, cette réduction pourra atteindre les 30 %. La fonte de la banquise influencera la production de krill de deux manières. La banquise fait office de refuge pour les larves de krill en hiver et c’est là que les algues se développent en masse durant l’été. Les algues représentent une importante source de nourriture pour le krill, qui est lui-même un des fondements de l’écosystème dans le Pacifique sud. Les conséquences de la réduction du krill exerceront un impact non seulement sur les baleines, mais également sur les phoques, les oiseaux marins, les manchots et la pêche. Les ‘zones frontales’ sont des endroits où des masses d’eau de températures différentes se rencontrent, ce qui entraîne la remontée de matières nutritives permettant le développement en masse du plancton, servant à son tour de nourriture de base pour le krill. Ice breaker : Pushig the boundaries for whales est un résumé de l’étude commanditée par le WWF aux chercheurs Dr. Cynthia Tynan et Dr. Joellen Russell. Cette étude a été présentée au Comité scientifique de la CBI dans le rapport suivant : Tynan, C. T. et Russell, J.L. 2008. Assessing the impacts of future 2°C global warming on Southern Ocean cetaceans. International Whaling Commission, Scientific Committee document SC/60/E3.

 

L’étude Ice Breaker (en anglais, en français et en espagnol) et le rapport (en anglais) sont disponibles sur le site https://intranet.panda.org/documents/folder.cfm?uFolderID=61441.
Login : intranet@wwfint.org ; mot de passe : dropbox

A lire

Élections législatives : notre futur se joue maintenant !

"Nous sommes à la veille d’un moment historique" rappelle...

Veille environnementale : deux piliers pour une question stratégique

Sommes-nous dans une période de rupture ou de continuité...

Écolo, oui … mais avec de petits arrangements avec nos consciences

Nous sommes nombreux à en avoir conscience : adopter des...

Européennes 2024 : des enjeux cruciaux pour le climat

Christian de Perthuis, Université Paris Dauphine – PSL Sur le...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Le véganisme, serait-il l’idiot utile de la société de consommation ?

On peut être végane pour diverses raisons : pour la...

Réussir l’éducation canine de son chien et le promener sans laisse !

Vous avez certainement déjà vu un chien obéir à...

Le plaisir est essentiel pour engager les Français dans la transition alimentaire

Une étude Jacquet Brossard menée avec BVA révèle que...
Cyrille Souche
Cyrille Souchehttp://cdurable.info
Directeur de la Publication Cdurable.info depuis 2005. Cdurable.info a eu 18 ans en 2023 ... L'occasion d'un nouveau départ vers un webmedia coopératif d'intérêt collectif pour recenser et partager les solutions utiles et durables pour agir et coopérer avec le vivant ...

Élections législatives : notre futur se joue maintenant !

"Nous sommes à la veille d’un moment historique" rappelle Greenpeace qui sort de sa neutralité comme certains syndicats. "Après le choc des élections européennes,...

Veille environnementale : deux piliers pour une question stratégique

Sommes-nous dans une période de rupture ou de continuité ? Dans quelle mesure les transitions actuelles – écologiques, énergétiques, technologiques… – annoncent-elles des changements...

Rendre irrésistible la bascule de l’économie extractive vers l’économie régénérative !

62 entreprises imaginent, produisent, diffusent et financent les récits avec le mouvement de la Convention des Entreprises pour le Climat (CEC) qui place les...