Dans l'actualité :

Etudiant-e ? Secoue ton campus !

D’après la Consultation Nationale Étudiante 2023, 74% des étudiant·es...

21 résolutions pour agir en faveur des zones humides, de l’humanité et de la nature

La 14e conférence des pays signataires de la Convention...

Crise agricole : analyser les vrais problèmes et éviter les fausses solutions …

Revenus agricoles, haires, jachères, ecophyto... : voici une analyse...
Une étude de la Fabrique écologique

La grande redistribution ? Écologie et démocratie au sein des supermarchés coopératifs

par Jill Madelenat, directrice de La Fabrique Ecologique, avec le soutien de la Fondation Daniel & Nina Carasso

Depuis quelques années, les supermarchés coopératifs se développent sur le territoire métropolitain. Portés par des consommateurs réunis en coopérative, ils visent à rendre abordable une alimentation saine et durable. Les supermarchés coopératifs disposent de plusieurs leviers pour réduire les prix. De plus, les règles de fonctionnement reposent sur des principes démocratiques (égalité de représentation des bénévoles, implication dans le choix des produits, etc.). Enfin, la forme de supermarché vise à toucher un nombre important de consommateurs. A l’aide d’une enquête de terrain, cette nouvelle étude documente les initiatives de supermarchés coopératifs et questionne le caractère démocratique et écologique de ces alternatives à la grande distribution.

fd4cf3d0-898d-1205-6f50-6ca7cf7c2b6f.png Cette étude s’attache à identifier les atouts et difficultés de ces initiatives :
  • Les enjeux écologiques et socio-économiques de l’alimentation, le poids des acteurs de la grande distribution dans le système alimentaire dominant et le paradigme de la démocratie alimentaire.
  • Les principales caractéristiques des supermarchés coopératifs : situation géographique, nombre de coopérateur·rices, nombre et type de produits vendus, règles de fonctionnement, etc.
  • Les pratiques des supermarchés coopératifs et participatifs, les difficultés rencontrées et les réflexions et expérimentations en cours.
Supermarchés coopératifs visités
Supermarchés coopératifs visités
Cette étude vise à présenter ces initiatives encore peu connues du grand public. Trois caractéristiques principales distinguent les supermarchés coopératifs des supermarchés « classiques » : la non-lucrativité, la marge constante sur tous les produits, la nécessité d’être membre de la coopérative et de travailler bénévolement dans le magasin pour pouvoir y faire ses courses. Ces conditions sont censées permettre aux supermarchés coopératifs de vendre des produits de qualité à des prix moins élevés que ceux vendus dans les magasins bio et dans les grandes et moyennes surfaces (GMS). Les supermarchés coopératifs et participatifs (SCP) prônent le dépassement de la logique individuelle du consom’acteur et des injonctions à « voter avec sa carte de crédit ». En faisant de la distribution alimentaire une activité non lucrative, de la marge un outil politique de fixation des prix et un sujet de délibération collective, tout comme le choix des fournisseurs et des produits, les SCP participent à la repolitisation de la question de l’accès à une alimentation saine et durable.
Schéma simplifié d'un système alimentaire
Schéma simplifié d’un système alimentaire

Synthèse

Concentration des acteurs du système agro-alimentaire
Concentration des acteurs du système agro-alimentaire
Ces dernières années, le constat de l’insoutenabilité du système alimentaire industrialisé s’est encore renforcé, étayé par de nombreux rapports scientifiques et par les situations concrètes de pollutions des écosystèmes générées par les pratiques agricoles, de détresse de nombreux agriculteurs et travailleurs de l’industrie agroalimentaire, et de précarité alimentaire qui explose, y compris dans les pays à fort revenu. A l’échelle européenne comme à l’échelle nationale, les politiques publiques ne sont pas à la hauteur de la double nécessité de transformer les modes de production agricoles et de démocratiser l’accès à une alimentation saine et durable. Face à cette incurie des politiques publiques, des alternatives d’un genre nouveau ont émergé ces dernières années : les supermarchés coopératifs et participatifs.
Le cadre de l'environnement alimentaire et les 21 types d'interventions recensées par IDDRI
Le cadre de l’environnement alimentaire et les 21 types d’interventions recensées par IDDRI

Fondements des supermarchés coopératifs et participatifs

Les points communs avec les supermarchés « classiques » sont multiples : une diversité de produits rassemblés en un seul point de vente, organisés en rayon, des produits principalement achetés auprès de grossistes, des caisses à la sortie, et même des caddies dans certains magasins. Mais la comparaison s’arrête ici. En effet, les supermarchés coopératifs et participatifs sont nés en opposition à la grande distribution. Trois caractéristiques principales les distinguent de celle-ci : la non-lucrativité, la marge constante sur tous les produits, la nécessité d’être membre de la coopérative et de travailler bénévolement dans le magasin pour pouvoir y faire ses courses. Ces conditions sont censées permettre aux supermarchés coopératifs de vendre des produits de qualité à des prix moins élevés que ceux vendus dans les magasins bio et dans les grandes et moyennes surfaces (GMS).
Evaluation des mesures mises en place par grande dimension de l'environnement alimentaire
Evaluation des mesures mises en place par grande dimension de l’environnement alimentaire

Aller au-delà de la logique individuelle et repolitiser les enjeux

Comme d’autres initiatives dans le champ de l’alimentation, les supermarchés coopératifs et participatifs prônent le dépassement de la logique individuelle du consom’acteur et des injonctions à « voter avec sa carte de crédit ». En faisant de la distribution alimentaire une activité non lucrative, en faisant de la marge un outil politique de fixation des prix et un sujet de délibération collective, tout comme le choix des fournisseurs et des produits, les SCP participent à la repolitisation de la question de l’accès à une alimentation saine et durable.
Limites des systèmes alimentaires industrialisés
Limites des systèmes alimentaires industrialisés

Une étude s’attachant à identifier les atouts et difficultés de ces initiatives

Cette étude vise à présenter ces initiatives encore peu connues du grand. Elle s’appuie sur une revue de la littérature, une enquête par questionnaire et des visites de terrain.
  1. La première partie revient sur les enjeux écologiques et socioéconomiques de l’alimentation, sur le poids des acteurs de la grande distribution dans le système alimentaire dominant et sur le paradigme de la démocratie alimentaire.
  1. La seconde partie présente les principales caractéristiques des supermarchés coopératifs : situation géographique, nombre de coopérateur·rices, nombre et type de produits vendus, règles de fonctionnement, etc. Il apparait ainsi que l’étiquette « supermarché coopératif et participatif » rassemble une diversité d’initiatives, qui diffèrent sur de nombreux points.
  1. Enfin, la troisième partie décrit et analyse les pratiques des supermarchés coopératifs et participatifs qui contribuent à démocratiser l’accès à une alimentation saine et durable, les difficultés rencontrées par ces initiatives et les réflexions et expérimentations en cours pour y faire face.
2023-11-30-rapport-vf-1.pdf

 

Documents joints

A lire

Un monde sans argent inspire partage et rencontres …

Un monde sans argent, une idée du Grand Projet...

Quels sont les enjeux écologiques des élections européennes ?

Les prochaines élections européennes seront cruciales pour l’avenir de...

Accélérer le passage à l’action pour la résilience des stations de montagne

Un séminaire de travail Green Cross a eu lieu...

L’agriculture et l’écologie sont condamnées à réussir ensemble selon la LPO

La transition agroécologique s’impose pour assurer la souveraineté alimentaire,...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Etudiant-e ? Secoue ton campus !

D’après la Consultation Nationale Étudiante 2023, 74% des étudiant·es...

Bachelor ACT, un diplôme pour les métiers porteurs de sens

Alors que de plus en plus de jeunes expriment...

Accompagner l’éco-anxiété à l’école et au travail, un rapport de la Fondation Jean Jaurès

Répondre à l’impuissance, la peur, la colère Par Maxime Dupont,...
Cyrille Souche
Cyrille Souchehttp://cdurable.info
Directeur de la Publication CDURABLE.info depuis 2005. Cdurable.info a eu 18 ans en 2023 ... L'occasion d'un nouveau départ vers un webmedia coopératif d'intérêt collectif pour recenser et partager les solutions utiles et durables pour agir et coopérer avec le vivant ...

Etudiant-e ? Secoue ton campus !

D’après la Consultation Nationale Étudiante 2023, 74% des étudiant·es considèrent la mobilisation et l’action citoyenne comme des solutions efficaces dans la lutte contre le...

21 résolutions pour agir en faveur des zones humides, de l’humanité et de la nature

La 14e conférence des pays signataires de la Convention de Bonn pour la protection et la conservation des espèces animales migratrices (COP 14 CMS)...

Crise agricole : analyser les vrais problèmes et éviter les fausses solutions …

Revenus agricoles, haires, jachères, ecophyto... : voici une analyse rapide et, quand c'est pertinent, une "remise en contexte" des principaux arguments avancés par la...