Dans l'actualité :

Élections législatives : notre futur se joue maintenant !

"Nous sommes à la veille d’un moment historique" rappelle...

Veille environnementale : deux piliers pour une question stratégique

Sommes-nous dans une période de rupture ou de continuité...

Rendre irrésistible la bascule de l’économie extractive vers l’économie régénérative !

62 entreprises imaginent, produisent, diffusent et financent les récits...
Au CINEMA depuis le 25 septembre 2013

LA DETTE

Un film documentaire de Sophie Mitrani et Nicolas Ubelmann
Vous allez enfin savoir pourquoi les caisses de l’Etat sont vides… et où l’argent public s’est volatilisé ! Soyons francs. Jusqu’ici, la dette de la France ne nous a jamais empêchés de dormir.  Mais depuis quelques années, les discours politiques ont fait de cette question du remboursement de la dette une telle obsession, qu’il a bien fallu y regarder d’un peu plus près. Faut-il privatiser les services publics, vendre notre patrimoine, réduire les salaires, travailler plus longtemps, moins rembourser les médicaments, fermer des hôpitaux et des écoles, augmenter la TVA, les impôts,  les taxes  en tout genre…  POUR REMBOURSER LA DETTE ? QUELLE DETTE ? La réduction de la dette est aujourd’hui au centre de toute la politique économique et sociale de notre gouvernement. L’argument semble irréfutable, il faut réduire les dépenses pour payer la dette, sinon c’est la faillite. Personne ne peut souhaiter la faillite. Les sacrifices qu’il va falloir faire pour payer cette dette  méritent néanmoins qu’on s’attarde sur la logique de l’argument, pour en vérifier la solidité.  D’abord de quelle dette parle-t-on? Qui doit à qui ? Combien ? Il a fallu  reprendre les manuels d’économie, retenir des chiffres, des ordres de grandeur. Notre table de nuit s’est peu à peu couverte d’ouvrages aux titres improbables sur la dette et la monnaie. Mais en réalité le sujet est vite devenu passionnant car derrière le problème de la dette se cache celui de l’argent et de sa création par les banques. Nous avons proposé un documentaire sur cette question à plusieurs chaines de télévision qui ont refusé le projet. Consternés par ce que nous apprenions dans notre enquête, nous décidions de continuer le projet et d’en faire un film dédié aux salles et aux réseaux de diffusion alternatifs. Vous pouvez participer à sa diffusion Mais d’abord quelques notions et ordres de grandeurs. LA FAILLITE ? En 2012, avec le montant des intérêts accumulés depuis 30 ans, la dette atteindrait plus de 1800 milliards d’euros. C’est ce que l’Etat français devrait rembourser pour retrouver des comptes équilibrés. Mais le peut-il vraiment ? Chaque année, l’Etat rembourse péniblement 50 milliards d’Euros. C’est la totalité de ce que rapporte l’impôt sur le revenu des français. Cette somme est versée chaque année aux banques et aux créanciers de la France. A ce rythme, on aura pas fini de payer en 2070, et encore, à condition qu’aucune crise ne vienne aggraver les dépenses ni augmenter les taux auxquels la France peut emprunter aujourd’hui. Ce qui est fort improbable…  De plus la dette est devenue le deuxième poste  de dépense de l’Etat : 50 milliards d’euros soit, il est bon de le répéter,  l’ensemble de l’impot sur le revenu qui est affecté au remboursement ! Les villes, les régions, les administrations sont dans un état proche sinon avéré de surendettement. Il n’y aura bientôt plus d’argent… Après la Grèce, l’Irlande, l’Espagne ou l’Italie, la France est sur la liste des victimes de la dette. Alors que se passe-t-il quand l’Etat fait faillite ? UNE QUESTION D’ARGENT En fait, les attaques contre la dette des pays de l’Union Européenne posent la question du financement de ces pays et de leurs économies. Les Etats ont besoin d’argent. Et doivent l’acheter à des taux de plus en plus élevés. Depuis la fin des trente glorieuses, le système bancaire s’est peu à peu privatisé et aujourd’hui contrairement à une idée fréquemment répandue, l’Etat ne peut pas créer de la monnaie, il doit l’emprunter sur le marché. On prête donc de l’argent à l’Etat, contre intérêt. Et ces intérêts varient, de 1,5 à 5 % mais parfois jusqu’à 20% ou plus selon les croyances du marché et les publications des agences de notation. Mais alors pourquoi les Etats ont-ils donné aux banques le pouvoir de créer la monnaie s’ils pouvaient le faire eux-même ?  Vaste question… à laquelle vous saurez bientôt répondre grâce aux interviews que nous mettons en ligne au fur et à mesure du tournage et du montage. Alors c’est parti, vous allez bientôt en savoir davantage que la plupart des « experts » en économie.  SOUSCRIVEZ AU DVD ! Athènes. 2010. Les manifestations contre les cures d’austérité imposées au pays sont quotidiennes. La démocratie grecque est en tragédie permanente. Quelques 600 ans avant JC, alors que l’esclavage pour dette était monnaie courante dans le pays, Solon  avait décrêté  l’annulation des dettes privées et publiques et libéré les esclaves. Photos : Alexander Kurpik.
LA DETTE
LA DETTE

Bande Annonce

La dette publique, une affaire rentable : à qui profite le système ?

La dette publique, une affaire rentable : à qui profite le système ?
La dette publique, une affaire rentable : à qui profite le système ?
« Il faut réduire la dette ! ». On crie à la faillite ! Tel un père qui demande instamment à ses enfants d’aller ranger leur chambre, notre gouvernement nous dit : « Assez de cette gabegie ! Il est temps de devenir sérieux, remettez vos prétentions sociales au tiroir, l’heure est au travail et aux économies ». Ce qu’on ne nous dit pas, c’est qu’il y a une quarantaine d’années, l’État français n’était pas endetté, à l’instar de la plupart des autres nations, d’ailleurs. En moins de quarante ans nous avons accumulé une dette colossale qui avoisine les 1200 milliards d’euros ! Pourquoi ? S’est-il produit quelque chose qui a fait que l’on ait soudain besoin de recourir à l’emprunt, alors qu’auparavant on se suffisait à nous-mêmes? Et si tel est le cas, qui en bénéficie vraiment ? Qui émet la monnaie ? André-Jacques Holbecq et Philippe Derudder nous disent les vraies raisons de la dette et dénoncent les mécanismes destructeurs scrupuleusement occultés. Vulgarisateurs de la « chose économique », leur but est de permettre aux citoyens de « savoir », afin qu’ils ne se laissent pas impressionner par les épouvantails que l’on agite sous leur nez. Afin de comprendre surtout que nous avons tout pour relever l’immense défi humain et écologique de notre temps et que la dette et l’argent ne sont que « vrais-faux » problèmes.

Extrait

Petite histoire absurde d’une dette qui court… qui court… Le 1er janvier 2008, vous voilà dans le besoin d’acheter une voiture afin de pouvoir vous rendre à votre travail. Votre banquier compatissant crée 10 000 euros et crédite votre compte, au taux raisonnable de 6% l’an, les intérêts payables mensuellement à raison de 0,5%. Hélas, vous avez mal calculé car vos revenus ne vous permettent de rembourser ni les intérêts ni le capital … Votre banquier, toujours aussi compatissant, accepte de ne vous réclamer que le montant des intérêts, le capital, quant à lui, vous le rembourserez lorsque vous serez en mesure de le faire. Voilà déjà un bon pas de franchi ! Reste à trouver le financement des intérêts ! Heureusement, votre famille qui a du bien, accepte de vous apporter sa caution. Ainsi pouvez-vous obtenir, auprès d’une autre banque, un crédit qui vous permettra de payer les intérêts au premier banquier. Mais vos revenus ne s’améliorent pas! A chaque échéance, vous voilà dans l’obligation d’emprunter le montant des intérêts, plus ceux que vous devez sur ce que vous avez déjà emprunté!… La roue tourne et d’année en année, globalement, la dette augmente : Janvier 2018 : la voiture a 10 ans. Elle ne vaut plus rien mais vous, vous êtes redevable de plus de 18 000 euros. Janvier 2048: vers la fin de votre vie, vous devez maintenant 200 000 euros … mauvais plan pour vos héritiers. Janvier 2108 : il y a juste 100 ans que vous avez pris ce crédit de 10 000 euros: votre famille vieillissante doit maintenant près de 4 millions d’euros aux successeurs de vos banquiers… s’ils ne réagissent pas, dans un siècle, leurs héritiers devront à leur tour plus de 1 milliard 570 millions euros… Absurde ? Et si cette petite fiction n’était que la triste réalité du peuple français, et de tant d’autres ? La dette de l’État français qui s’élevait à 229 milliards d’euros au début de 1980, avoisinait les 1142 milliards fin 2006, soit près de 5 fois plus, 26 ans plus tard.
La dette publique, une affaire rentable par AtoumX2

Références

Les auteurs : André-Jacques HOLBECQ : « économiste citoyen », est très impliqué dans le mouvement altermondialiste depuis plusieurs années. Philippe DERUDDER : Son expérience de chef d’entreprise l’a conduit à s’interroger sur les contradictions du système. Il démissionne alors et partage depuis lors le fruit de ses recherches et expériences dans ses livres, conférences et ateliers. Étienne CHOUARD a été un des principaux artisans, par son blog, de la prise de conscience ayant mené au NON au Traité Constitutionnel Européen en 2005. La dette publique, une affaire rentable. Cette deuxième édition est publiée aux éditions Yves Michel – 160 pages – Prix public : 12 €

 

A lire

Élections législatives : notre futur se joue maintenant !

"Nous sommes à la veille d’un moment historique" rappelle...

Veille environnementale : deux piliers pour une question stratégique

Sommes-nous dans une période de rupture ou de continuité...

Écolo, oui … mais avec de petits arrangements avec nos consciences

Nous sommes nombreux à en avoir conscience : adopter des...

Européennes 2024 : des enjeux cruciaux pour le climat

Christian de Perthuis, Université Paris Dauphine – PSL Sur le...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Le véganisme, serait-il l’idiot utile de la société de consommation ?

On peut être végane pour diverses raisons : pour la...

Réussir l’éducation canine de son chien et le promener sans laisse !

Vous avez certainement déjà vu un chien obéir à...

Le plaisir est essentiel pour engager les Français dans la transition alimentaire

Une étude Jacquet Brossard menée avec BVA révèle que...
Cyrille Souche
Cyrille Souchehttp://cdurable.info
Directeur de la Publication Cdurable.info depuis 2005. Cdurable.info a eu 18 ans en 2023 ... L'occasion d'un nouveau départ vers un webmedia coopératif d'intérêt collectif pour recenser et partager les solutions utiles et durables pour agir et coopérer avec le vivant ...

Élections législatives : notre futur se joue maintenant !

"Nous sommes à la veille d’un moment historique" rappelle Greenpeace qui sort de sa neutralité comme certains syndicats. "Après le choc des élections européennes,...

Veille environnementale : deux piliers pour une question stratégique

Sommes-nous dans une période de rupture ou de continuité ? Dans quelle mesure les transitions actuelles – écologiques, énergétiques, technologiques… – annoncent-elles des changements...

Rendre irrésistible la bascule de l’économie extractive vers l’économie régénérative !

62 entreprises imaginent, produisent, diffusent et financent les récits avec le mouvement de la Convention des Entreprises pour le Climat (CEC) qui place les...