Dans l'actualité :

Un indice « actuariel » climatique sur les données françaises pour le secteur de l’assurance

CNP Assurances, en partenariat avec la Chaire DIALog, publie...

REEVES, le programme de Recherche sur les Espèces Exotiques Végétales EnvahissanteS

Avec le programme REEVES (Recherche sur les Espèces Exotiques...

Pourquoi arracher les haies malgré les bénéfices environnementaux et sociaux de leur maintien ?

Depuis 40 ans, les haies font l’objet de politiques publiques...

Décroissance intensive à crédit

Extraits de l’article de NICOLAS BAVEREZ (avocat et historien) paru dans le quotidien économique « Les Echos » du 11/10/2005.

A rebours du mot d’ordre de Guizot : « Enrichissez-vous par le travail et par l’épargne », la France du début du XXIe siècle a choisi pour devise : « Appauvrissez-vous par le chômage et par la dette publique. »

La dette publique est passée de 20 % du PIB en 1980 à 66 % en 2005… hausse bien réelle des prélèvements (+ 30 milliards d’euros, à 44 % du PIB), des dépenses (2 % en volume et 3,8 % en valeur) et des emplois publics (suppression faciale de 5.300 emplois cachant la création de 45.000 emplois subventionnés dans la seule Education nationale).

L’explosion d’une dette portée pour plus de moitié par des capitaux étrangers – combinée avec la remontée inéluctable des taux d’intérêt – ramènera la France à une dépendance financière qu’elle n’a plus connue depuis la fin de la IVe République. La situation de dépôt de bilan de la puissance publique prive l’économie de toute marge de manoeuvre, la plaçant à la merci des chocs de l’économie ouverte. Après avoir dilapidé l’héritage des Trente Glorieuses, après avoir coupé la France du cycle de croissance mondiale le plus soutenu depuis les années 1920, les responsables de la politique économique ont entrepris, à travers la dette affectée non aux investissements mais à la distribution d’un pouvoir d’achat fictif car non gagé par la production de richesses, de spolier les générations futures en préemptant les fruits de leur travail.

[…]

L’enchaînement des déficits entraîne chaque année une hausse moyenne de 2 % du PIB de la dette publique, dont le montant aura explosé de 58 % à 68 % du PIB entre 2002 et 2007. Encore ne s’agit-il que de la dette au sens des critères de Maastricht (1.150 milliards d’euros à fin 2005) et non pas de la dette réelle à la charge des contribuables français, qui comprend en outre les 900 milliards d’euros d’engagements de retraite des fonctionnaires, les 360 milliards d’euros de dettes et d’engagements de retraite du secteur public, les 150 milliards d’euros logés dans les structures de cantonnement (dette sociale, infrastructures de transport, caisses de défaisance liées à la faillite des banques et des assurances publiques au début des années 1990), soit un total d’environ 2.500 milliards d’euros représentant 145 % du PIB et 42.000 euros par Français.

[…]

A lire

Élections législatives : notre futur se joue maintenant !

"Nous sommes à la veille d’un moment historique" rappelle...

Veille environnementale : deux piliers pour une question stratégique

Sommes-nous dans une période de rupture ou de continuité...

Écolo, oui … mais avec de petits arrangements avec nos consciences

Nous sommes nombreux à en avoir conscience : adopter des...

Européennes 2024 : des enjeux cruciaux pour le climat

Christian de Perthuis, Université Paris Dauphine – PSL Sur le...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

La consommation écoresponsable et les jeunes : faites ce qu’on dit, pas ce qu’on fait ?

Découvrez dans cet avis-d’expert, les 3 raisons pour lesquelles...

Comment s’adapter à la chaleur en gardant son logement frais tout l’été ?

Rester au frais dans son logement en été, tout...

(Re)donner et faire confiance à la jeunesse dans notre société

La Fabrique Spinoza publie une étude scientifique qui dépeint...

Le véganisme, serait-il l’idiot utile de la société de consommation ?

On peut être végane pour diverses raisons : pour la...

Un indice « actuariel » climatique sur les données françaises pour le secteur de l’assurance

CNP Assurances, en partenariat avec la Chaire DIALog, publie un livre vert intitulé « Risque climatique et impact en assurance ». Cette chaire académique...

REEVES, le programme de Recherche sur les Espèces Exotiques Végétales EnvahissanteS

Avec le programme REEVES (Recherche sur les Espèces Exotiques Végétales EnvahissanteS), SNCF Réseau mène une démarche pionnière dans le monde des gestionnaires d’infrastructure. Il...

Pourquoi arracher les haies malgré les bénéfices environnementaux et sociaux de leur maintien ?

Depuis 40 ans, les haies font l’objet de politiques publiques qui tentent de dissuader les agriculteurs n’en voyant plus l’utilité de les arracher. Si l’inefficacité...