Dans l'actualité :

Panorama de l’organisation et la performance des services publics de l’eau et d’assainissement

L’Observatoire des services publics d’eau et d’assainissement, piloté par...

La consommation mondiale d’énergie et les émissions de CO2 sont encore à la hausse … Jusqu’où ?

Enerdata, un bureau d'études spécialisé dans le secteur de...

COP28 – Des obstacles politiques empêchent de tripler la production d’électricité d’origine renouvelable dans le monde, selon un rapport de l’ONG Climate group

capture_d_e_cran_2023-12-04_a_15.15_30.png Alors que les dirigeants mondiaux réunis à l’occasion de la 28e Conférence mondiale pour le climat (COP28) devraient s’engager à tripler les capacités d’énergies renouvelables d’ici à 2030, des obstacles politiques communs entravent le déploiement de ces énergies renouvelables dans certaines des plus grandes économies du monde. C’est ce que révèle un nouveau rapport intitulé Financing the Energy Transition: How Governments Can Maximise Corporate Investment (Financer la transition énergétique : comment les gouvernements peuvent maximiser les investissements des entreprises), publié par l’organisation internationale à but non lucratif Climate Group. capture_d_e_cran_2023-12-04_a_14.53_35.png L’initiative RE100 de Climate Group[[RE100 est l’initiative mondiale des entreprises en matière d’énergies renouvelables qui rassemble des centaines de grandes et ambitieuses entreprises engagées en 100 % d’électricité renouvelable.]] collabore avec plus de 400 entreprises dont les besoins combinés en électricité sont supérieurs à ceux de la France et qui se sont engagées à utiliser 100 % d’énergie renouvelable dans l’ensemble de leurs activités. Bien qu’elles investissent des milliards de dollars pour y parvenir, des obstacles politiques et réglementaires empêchent ces entreprises d’investir dans l’électricité renouvelable sur de nombreux marchés. Selon Climate Group, cette situation affecte par ricochet l’élimination progressive des combustibles fossiles.

Investments in energy transition technologies worldwide from 2004 to 2022 (in billion U.S. dollars)

Further details: Visit original statistic Investments in energy transition technologies worldwide from 2004 to 2022 (in billion U.S. dollars)

Le rapport, présenté aujourd’hui lors de la COP28, met en évidence les lacunes politiques communes qui freinent huit économies du G20, les prenant comme exemples des défis auxquels de nombreux pays sont confrontés à travers le monde. Le rapport, qui se concentre sur l’Argentine, la Chine, le Japon, l’Indonésie, l’Inde, le Mexique, la Corée du Sud et l’Afrique du Sud, propose des recommandations visant à éliminer les obstacles, et ainsi permettre aux pays de saisir les opportunités économiques de la transition énergétique et d’accélérer la course vers l’objectif zéro émission. En Corée du Sud, par exemple, 129 des 226 gouvernements locaux (57 %) ont adopté des décrets exigeant que les installations solaires soient situées à une distance minimale de 100 à 1 000 mètres des zones résidentielles et des routes ; excluant tout développement de l’énergie solaire dans de vastes régions du pays.
« Les énergies renouvelables sont la ruée vers l’or du XXIe siècle, mais beaucoup d’entreprises, d’États, de régions et de pays en sont toujours privés. L’ère des combustibles fossiles bon marché est révolue, et il est temps que les gouvernements prennent des mesures simples pour ouvrir leurs marchés à des milliards de dollars d’investissements d’entreprises dans une électricité renouvelable propre et abordable. C’est formidable que des pays parlent activement de tripler leurs capacités d’énergies renouvelables, mais ils devront faire tomber des barrières dans leur propre pays s’ils souhaitent réellement tenir cette promesse », explique Sam Kimmins, directeur de l’énergie chez Climate Group.
capture_d_e_cran_2023-12-04_a_15.16_34.png Les obstacles identifiés dans le rapport se répartissent en trois thèmes communs. Premièrement, la disponibilité de l’électricité renouvelable dans un pays ou une région. Deuxièmement, l’accessibilité de cette électricité aux entreprises. Enfin, le coût de cette énergie sur certains marchés, souvent disproportionné par rapport au coût nettement inférieur de l’électricité renouvelable dans d’autres régions du monde. Les défis posés par les environnements réglementaires restrictifs et les barrières commerciales sont également explorés. À l’approche de la COP28, les demandes de mesures supplémentaires en faveur de l’élimination progressive des combustibles fossiles et d’un leadership plus fort de la part des plus grandes économies mondiales se sont multipliées. Des tendances encourageantes sont apparues en début d’année, lorsque les pays du G20 se sont engagés à tripler les capacités d’énergies renouvelables d’ici à 2030, en s’appuyant sur des objectifs et politiques existants. Pour cela, il est essentiel que les gouvernements éliminent les obstacles politiques les plus courants qui cimentent les combustibles fossiles et ralentissent la transition mondiale vers le zéro émission.
« Le marché des énergies renouvelables devrait atteindre 2,15 billions de dollars d’ici à 2025, les investissements durables ayant dépassé 35 billions de dollars en 2020. Les opportunités commerciales sont donc énormes pour les pays qui, en collaboration avec les entreprises, privilégient la durabilité et la course vers le net zéro. Continuer à promouvoir les combustibles fossiles au détriment des énergies renouvelables, ou ne pas soutenir ces dernières au moyen de politiques et structures de marché adéquates, est une voie sans issue », conclut Kimmins.
capture_d_e_cran_2023-12-04_a_15.16_56.png Les recommandations politiques présentées dans le rapport, que les pays peuvent mettre en œuvre pour libérer le vaste potentiel économique des énergies renouvelables, sont les suivantes :
  • Mettre en place un environnement réglementaire favorisant l’approvisionnement des entreprises et l’accessibilité des énergies renouvelables.
    • Accroître la transparence et l’additionnalité des certificats d’énergie renouvelable (CER).
    • Faciliter les procédures des PPA (accords d’achat d’électricité) complexes, notamment en remédiant au manque de transparence et de mesures incitatives.
    • Comprendre et modifier les disparités géographiques et régionales quant à la disponibilité des PPA, et harmoniser les réglementations et procédures contractuelles relatives aux PPA.
  • Créer des conditions équitables, afin de garantir que les énergies renouvelables soient abordables.
    • Créer des conditions équitables permettant à l’électricité renouvelable de concurrencer justement les combustibles fossiles, et reflétant la compétitivité des coûts de production de l’électricité renouvelable.
    • Éliminer les subventions aux combustibles fossiles, pour mettre fin à la concurrence déloyale avec les énergies renouvelables et réduire la charge fiscale qui pèse sur les contribuables.
  • Encourager et augmenter la disponibilité afin de garantir des énergies renouvelables en quantité suffisante.
    • Travailler avec les services publics ou les fournisseurs d’électricité pour offrir aux entreprises des solutions d’approvisionnement en électricité renouvelable améliorées.
    • Résoudre les problèmes d’autorisation et d’implantation, qui limitent inutilement les possibilités d’installation de nouvelles infrastructures de production d’électricité à partir de sources renouvelables.
    • Promouvoir les investissements directs dans des projets d’énergie renouvelable sur site et hors site.
capture_d_e_cran_2023-12-04_a_15.19_11.png Outre la Corée du Sud, le rapport inclut d’autres exemples de pays où les politiques ont des répercussions directes sur les investissements privés dans l’infrastructure énergétique de la région. En 2018, année de l’arrivée au pouvoir du président Andrés Manuel López Obrador, le Mexique a enregistré 5 milliards de dollars d’investissements étrangers directs dans le secteur de l’énergie. En 2021, ce chiffre est tombé à 600 millions de dollars ; une chute attribuée au discours pro-énergie fossile qui a dissuadé les investisseurs. À l’inverse, le programme sud-africain REIPPP (Renewable Independent Power Producer Programme) a stimulé l’investissement dans le développement des énergies renouvelables, et 256 milliards de rands sud-africains (17,32 milliards de dollars US) ont été mobilisés dans le cadre de ce programme. Cependant, le réseau sud-africain a du mal à les intégrer, démontrant la nécessité d’investir aussi dans les infrastructures. En adoptant les recommandations formulées dans le rapport, les pays pourraient débloquer des milliards de dollars d’investissements, avec pour objectif global de lutter contre le changement climatique et d’aider les pays à atteindre leurs objectifs de zéro émission. financing_the_energy_transition_how_governments_can_maximise_corporate_investment.pdf

Méthodologie :

Le rapport examine principalement les pays où les principaux obstacles et défis sont les plus marqués. Les études sont basées sur des données recueillies auprès de plus de 400 entreprises membres du RE100, ainsi que sur des entretiens avec des membres, des partenaires locaux indispensables sur les marchés évalués, et des instances publiques concernées. Ces données ont été étayées par des sources de données internationales et locales accessibles au public. capture_d_e_cran_2023-12-04_a_15.19_49.png

À propos de Climate Group

capture_d_e_cran_2023-12-04_a_15.17_23.png Climate Group encourage l’action pour le climat. Rapidement. Notre objectif est un monde sans émissions nettes de carbone d’ici 2050, et une plus grande prospérité pour tous. Nous nous concentrons sur les systèmes qui produisent le plus d’émissions et où nous sommes le plus susceptibles de faire évoluer les choses. Pour ce faire, nous créons des réseaux importants et influents, et obligeons les organisations à assumer la responsabilité de leurs actes et à concrétiser leurs engagements. Nous partageons nos accomplissements afin de montrer à d’autres organisations ce qu’elles sont capables de faire. Fondée en 2004, notre organisation internationale à but non lucratif dispose de bureaux à Londres, Amsterdam, Pékin, New Delhi et New York. Nous sommes fiers de faire partie de la coalition We Mean Business.
  • www.theclimategroup.org
À propos de RE100 RE100 est une initiative mondiale qui réunit les entreprises les plus influentes du monde engagées en faveur d’une électricité 100 % renouvelable. Menée par Climate Group, notre mission est de promouvoir le changement vers des réseaux 100 % renouvelables, à la fois au travers des investissements directs de nos membres et en collaborant avec les décideurs politiques pour accélérer la transition vers une économie propre. L’initiative compte plus de 400 membres, allant des marques de produits ménagers aux fournisseurs d’infrastructures essentielles et d’industries lourdes. Totalisant un chiffre d’affaires de plus de 6,6 billions de dollars, nos membres représentent 1,5 % de la consommation mondiale d’électricité, soit une demande en électricité annuelle supérieure à celle du Royaume-Uni. RE100 a été créée en partenariat avec CDP.
  • www.there100.org

 

Documents joints

A lire

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Conseils pour préserver la biodiversité pendant vos aventures de plein air

Ça y est, c'est l'été ! Fini le "métro...

Éducation canine : dresser et punir ou récompenser et respecter ?

Adopter un chiot est un engagement à long terme...

Un contrat de la filière pour faire plus de vélo(s) en France

Comme prévu dans le plan vélo et marche 2023-2027...

Lidl travaille avec le WWF pour offrir des choix de produits plus durables

Lidl, un distributeur majeur en Europe, et le WWF,...

Les Solutions fondées sur la Nature (SfN) offrent la possibilité de recréer un littoral désirable demain et pour tous 

Réputées peu coûteuses et faciles à mettre en œuvre, les solutions fondées sur la nature (SfN)1 sont mises en avant pour lutter contre les...

Panorama de l’organisation et la performance des services publics de l’eau et d’assainissement

L’Observatoire des services publics d’eau et d’assainissement, piloté par l’Office français de la biodiversité avec l’appui des services de l’État, vient de publier son...

La consommation mondiale d’énergie et les émissions de CO2 sont encore à la hausse … Jusqu’où ?

Enerdata, un bureau d'études spécialisé dans le secteur de l'énergie et de son impact sur le climat, publie l'édition 2024 de son rapport “Global...