Dans l'actualité :

Méthanisation : un levier pour l’agroécologie ?

La méthanisation est-elle vraiment un levier pour l’agroécologie ? Aude Dziebowski,...

Pourquoi créer une taxe sur la spéculation financière ?

Agir pour le climat soutient la mise en place...

Fédérer agriculteurs et entreprises pour régénérer notre terre

L’agriculture, c’est 40% des surfaces terrestres et 25% des...

Climat : comment les collectivités territoriales financent leur transition – une anaIyse I4CE

Climat : comment les collectivités territoriales financent leurs investissements
Climat : comment les collectivités territoriales financent leurs investissements

Les chiffres qui recensent les besoins d’investissement ou d’ingénierie des collectivités sont ceux tirés de l’étude publiée en octobre.
L’enjeu de ce rapport est, dans le contexte du dialogue budgétaire et du débat sur la situation exacte des finances locales, d’introduire la discussion sur le financement de ces besoins : entre autofinancement des collectivités, mobilisation supplémentaire de l’emprunt et subventions et dotations de l’Etat, qui doit payer, comment et combien ? Par ailleurs I4CE fait pour la première fois une analyse détaillée des financements spécifiquement climat apportés par l’Etat aux collectivités. Enfin, I4CE attire l’attention de tous sur les risques liés au climat d’incertitude actuel sur la possibilité même d’une accélération des investissements des collectivités.

Synthèse

I4CE - Institute for Climate Economics
I4CE – Institute for Climate Economics
Selon les travaux d’I4CE, les collectivités territoriales doivent, pour remplir les engagements européens et internationaux de la France en matière de neutralité carbone, plus que doubler leurs investissements annuels en direction du climat (12 Mds€ annuels contre 5,5 Mds€ actuellement), pour atteindre environ 20 % du total de leurs dépenses d’investissement actuelles. La présente étude a pour objectif de décrypter les modalités de financement des investissements des collectivités territoriales, tous secteurs confondus, et de mettre en avant la façon dont le contexte macroéconomique actuel est susceptible de percuter la nécessité d’une accélération de ceux dédiés au climat.
Le premier levier de financement de l’investissement des collectivités territoriales est leur capacité d’autofinancement
Le premier des leviers de financement de l’investissement des collectivités territoriales est leur capacité d’autofinancement par l’excédent qu’elles dégagent entre leurs recettes de fonctionnement (fiscalité, dotations et produits des services) et leurs dépenses de fonctionnement (masse salariale, dépenses de fonctionnement courant, subventions, prestations diverses et intérêts de la dette). Sur les 67 Mds€ de dépenses d’investissement réalisées en 2021, 39 Mds€, soit 59 % du total ont été ainsi autofinancées. Les dotations et subventions reçues par les collectivités de la part de tiers (État et ses opérateurs, Europe, autres collectivités) constituent le second levier de financement, dont la part est stable dans le temps (25 Mds€, soit 37 % des dépenses d’investissement en 2021). Les subventions et dotations de l’État et de ses opérateurs qui sont directement dédiées aux actions climat des collectivités ont été quantifiées par I4CE dans la présente publication : d’un montant total de 2,7 Mds€ en autorisations d’engagement en 2023, elles sont en forte hausse sous l’effet, notamment, de la création du « Fonds vert » (qui inclut des dépenses pour d’autres enjeux environnementaux néanmoins). L’endettement constitue le dernier levier de financement du programme d’investissement des collectivités. Le flux net d’emprunt du secteur local (emprunts nouveaux – remboursements effectués) a représenté au total 3 Mds€ en 2021, soit 4 % des dépenses d’investissement, après un pic à 8 % en 2020 du fait de la crise sanitaire.
Subventions de l'Etat et de ses operateurs specifiquement dediees à l'investissement climat des collectivites
Subventions de l’Etat et de ses operateurs specifiquement dediees à l’investissement climat des collectivites
L’accélération des dépenses en direction du climat est menacée par le haut niveau d’incertitude qui caractérise aujourd’hui tous les leviers de financement de l’investissement public local.
La capacité d’autofinancement des collectivités dans les années à venir sera en effet affectée par une croissance des dépenses de fonctionnement qui pourrait être plus rapide que celles de leurs recettes, sous l’effet notamment de la crise énergétique, de l’inflation, des pressions sur la masse salariale et de la remontée des taux d’intérêt. Dans le même temps, les dotations de l’État, en fonctionnement comme en investissement, sont annoncées stables en valeur. Dans ce contexte, le risque majeur est celui d’une anticipation par les collectivités d’une contraction de leur épargne qui les conduirait à prendre, dès aujourd’hui, des décisions prudentes dans la programmation de leurs investissements, y compris pour ceux dédiés au climat. Bien qu’en hausse, les subventions et dotations de l’État (et de ses opérateurs) directement dédiées aux actions climat des collectivités ne constituent qu’une faible part des sources de financement de leurs investissements. Dès lors, le « Fonds vert », s’il envoie un signal positif aux porteurs de projet, ne peut constituer une réponse à la hauteur de l’enjeu d’accélération des actions climat des collectivités. Le caractère pérenne des financements directement dédiés à la transition écologique au sein du Fonds vert n’est par ailleurs pas garanti. L’augmentation du recours à l’emprunt dans les collectivités constitue un autre levier possible de financement pour accélérer les investissements climat, d’autant que les établissements bancaires développent leur offre spécifiquement dédiée à la transition écologique. Néanmoins, la loi de programmation des finances publiques pour les années 2023 à 2027, encore en discussion au Parlement, prévoit dans sa version initiale une trajectoire de désendettement des collectivités qui est contradictoire avec une mobilisation accrue de l’emprunt, sans que des leviers précis aient été mis en avant pour la mettre en œuvre. Enfin, le plafonnement des dépenses de fonctionnement pourrait compromettre la capacité des collectivités à conduire les recrutements nécessaires pour mettre en œuvre la transition et accompagner un programme d’investissement ambitieux. Le besoin d’ingénierie pour mettre en œuvre ces actions est de son côté évalué par I4CE à 1,5 Md€ annuel, soit 2 % de la masse salariale totale des collectivités. Dès lors, dans le cadre de la planification écologique souhaitée par le gouvernement, les chantiers de « France Nation Verte » et de l’« agenda territorial » devraient avoir parmi leurs objectifs celui d’élaborer un cadre financier susceptible d’accompagner et orienter dans la durée cette accélération des investissements indispensable pour l’atteinte de la neutralité carbone à l’échelle nationale.

Climat : comment les collectivités territoriales financent leurs investissements – I4CE

Climat : comment les collectivités territoriales financent leurs investissements

 

Documents joints

A lire

Méthanisation : un levier pour l’agroécologie ?

La méthanisation est-elle vraiment un levier pour l’agroécologie ? Aude Dziebowski,...

Un monde sans argent inspire partage et rencontres …

Un monde sans argent, une idée du Grand Projet...

Quels sont les enjeux écologiques des élections européennes ?

Les prochaines élections européennes seront cruciales pour l’avenir de...

Accélérer le passage à l’action pour la résilience des stations de montagne

Un séminaire de travail Green Cross a eu lieu...

Newsletter

spot_img

Sur Cdurable

Fédérer agriculteurs et entreprises pour régénérer notre terre

L’agriculture, c’est 40% des surfaces terrestres et 25% des...

Roots of Tomorrow : un Jeu Vidéo gratuit pour comprendre l’agroécologie

Gamabilis, studio indépendant français, a créé Roots of Tomorrow,...

Etudiant-e ? Secoue ton campus !

D’après la Consultation Nationale Étudiante 2023, 74% des étudiant·es...

Bachelor ACT, un diplôme pour les métiers porteurs de sens

Alors que de plus en plus de jeunes expriment...

Méthanisation : un levier pour l’agroécologie ?

La méthanisation est-elle vraiment un levier pour l’agroécologie ? Aude Dziebowski, Université de Strasbourg; Emmanuel Guillon, Université de Reims Champagne-Ardenne (URCA); Romain Debref, Université de Reims...

Pourquoi créer une taxe sur la spéculation financière ?

Agir pour le climat soutient la mise en place d'une taxe européenne sur les transactions financières dont les recettes serviraient la transformation écologique de...

Fédérer agriculteurs et entreprises pour régénérer notre terre

L’agriculture, c’est 40% des surfaces terrestres et 25% des émissions de gaz à effet de serre. L’agriculture régénératrice permet de séquestrer du carbone dans...